Le dollar sans nom ou le western ad vitam aeternam

Un étranger venu de nulle part convoite l'or qu'une troupe américaine doit apporter au gouvernement mexicain. Pour cela, il s'associe à un chef de bande qui ne va pas tarder à le trahir.

"Un dollar entre les dents" (Un dollaro tra i denti) de Luigi Vanzi © Artus Films "Un dollar entre les dents" (Un dollaro tra i denti) de Luigi Vanzi © Artus Films

Sortie du coffret Blu-ray/DVD : Un dollar entre les dents de Luigi Vanzi

Dans l'histoire quasi infinie du western européen, nombreux furent ceux à s'inspirer ouvertement du film fondateur de Sergio Leone Pour une poignée de dollars (1964) lui-même inspiré du film d'Akira Kurosawa Yojimbo (1961). Ici, Un dollar entre les dents est réalisé dans l'objectif aucunement dissimulé de refaire le film de Leone. Le scénario, dépourvu d'originalité, reproduit la trame archi éculée du western de référence. Le mot dollar du titre est lui aussi là pour rappeler la filiation tout comme la figure de l'étranger qui dans le film se réfère à l'homme sans nom interprété par Clint Eastwood chez Leone. Le film est ainsi un pur produit de commande qui ne vise aucunement à proposer la fraîcheur d'une œuvre unique, bien au contraire. Et pourtant, ce film possède une singularité là où on ne l'attend plus. En effet, la mise en scène se révèle plus subtile qu'il n'y paraît en présentant notamment un anti-héros lâche, petit, ne réalisant pas de prouesses autre que de vouloir à tout prix jouer les héros. Comme si derrière le sérieux affiché du cow-boy invincible se trouvait une figure plus profonde tournée en dérision. Dès lors, le film suit son programme westernien avec des scènes attendues mais avec une surprenante prise de position laconique. En effet, les dialogues n'existent presque pas et le film aurait très bien pu être tourné en muet. C'est là une démarche honnête du réalisateur qui ne donne guère de crédit à son scénario et décide de ne pas surinvestir son sens : le film est ainsi totalement assumé en tant que western au cheminement extrêmement balisé avec une condensation de l'action. Cette démarche est louable et pourrait même faire oublier les multiples énormes incohérences qui parsèment tout le film. Une magnifique édition en médiabook incluant un livret rédigé par Alain Petit présentant l'ensemble de l'équipe du film, le Blu-ray et le DVD du film avec plusieurs bonus vidéos.

 

 

71jt5zqmjnl-sl1000
Un dollar entre les dents
Un dollaro tra i denti
de Luigi Vanzi
Avec : Tony Anthony (l'étranger), Frank Wolff (Aguilar), Jolanda Modio (Chica), Raf Baldassarre (Corgo), Aldo Berti (Marinero), Lars Bloch (capitaine George Stafford), Enrico Capoleoni), Arturo Corso), Antonio Marsina (un homme de main d'Aguilar), Salvatore Puntillo (le prêtre), Fortunato Arena (le capitaine Cordoba), Rossella Bergamonti (une femme du village), Ugo Carboni), Giovanni Ivan Scratuglia (un homme de main d'Aguilar), Gia Sandri (Maruka)
Italie, 1967.
Durée : 86 min
Sortie en salles (France) : 2 août 1967
Sortie France du médiabook Blu-ray/DVD : 4 juin 2019
Format : 1,85 – Couleur
Langues : français, italien - Sous-titres : français.
Éditeur : Artus Films
Collection : Western européen
Bonus :
un livret de 64 pages intégré à l’étui (« La saga de l’Étranger » par Alain Petit
Présentation du film par Curd Ridel
Entretien avec Tony Anthony
Générique français
Diaporama d’affiches et de photos
Bande-annonce originale

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.