L'étrange cas de l'artiste cinéaste Suzan Pitt

5 courts métrages d'animation de Suzan Pitt récemment disparue (16 juin 2019) en une édition DVD Re:Voir.

"Joy Street" de Suzan Pitt © Re:Voir "Joy Street" de Suzan Pitt © Re:Voir

Au sujet de l'édition DVD : Animated films de Suzan Pitt

L'artiste Suzan Pitt est passée à partir des années 1970 de la peinture au cinéma selon une suite logique profondément naturelle. L'univers qu'elle décrit est celui convoqué par le surréalisme où les fantasmes, l'érotisme, les cauchemars se trouvent ensemble dans un récit volontairement étrange. Lorsqu'Asparagus sort en première partie de la projection du premier long métrage de David Lynch Eraserhead, il trouve en effet un magnifique dialogue avec cet autre pan immense du cinéma de l'étrange. Le cinéma permet à Suzan Pitt de continuer ce qu'elle a exploré dans ses peintures, l'une d'elle pouvant en effet se développer ensuite sous la forme d'un film. Si Frida Kahlo avait pu faire des films, peut-être que ceux-ci auraient eu quelques ressemblances avec ceux de Sarah Pitt, tant la torture intrinsèque de la féminité dans une société malade y est explorée sans complexe. Avec une certaine nonchalance dans le traitement d'une animation qui pourrait par ses mouvements, ses rondeurs et ses couleurs faire écho à Disney, Suzan Pitt explore la potentialité onirique propre à l'outil du cinéma d'animation. Il en ressort un cheminement introspectif où notamment dans Joy Street un pantin désarticulé, lointain cousin de Mickey Mouse, vient sauver une femme suicidaire.
El Doctor, Suzan Pitt, inspiré par ses divers séjours au Mexique, raconte le cauchemar éveillé d'un médecin confronté à divers miracles qui frôlent cependant le fantastique gore. Cette inquiétante étrangeté se rattache également aux expériences d'animation de Roland Topor et René Laloux, notamment avec Les Escargots (1965) et La Planète sauvage (1973). Suzan Pitt appartient à une planète du cinéma affranchie des normes de la grande industrie pour explorer les confins les plus étranges de l'âme humaine. Elle est ainsi une figure incontournable du cinéma expérimental toujours très riche d'évocations dans un rapport atemporel à son cinéma.

 

 

71tmck2fdzl-sl1500
Animated films
de Suzan Pitt
Asparagus - 1979, 20 min, 35 mm
Joy Street - 1995, 24 min, 35 mm
El Doctor - 2006, 23 min, 35 mm & vidéo
Visitation - 2012, 12 min, vidéo
Pinball - 2013, 7 min, vidéo

Durée totale du DVD : 119 min
Couleur
Langue : anglais - Sous-titres : français.
Éditeur : Re:Voir
Bonus :
Persistence of Vision, a film by Blue And Laura Kraning - 2006, 33 min

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.