Apartheid made in USA

En 1964 au Mississippi, trois activistes pour les droits civiques disparaissent. Deux agents du FBI sont envoyés pour enquêter dans une ville sous la coupe du Klux Klux Klan.

"Mississippi Burning" d’Alan Parker © DR "Mississippi Burning" d’Alan Parker © DR
Sortie DVD : Mississippi Burning d’Alan Parker

En dénonçant le racisme des USA en 1988 autour de l’évocation d’un crime raciste de 1964, Mississippi Burning rend hommage à la marche pour les droits civiques des années 1960 et ouvre un nouveau débat public sur la question du racisme toujours actuellement irrésolu même si les consciences évoluent lentement. Trois décennies après la réalisation du film, les USA se trouvent sous la présidence d’un Trump qui a décomplexé l’expression des suprémacistes blancs et rappellent ainsi la nécessité de réactualiser la conscience de l’histoire passée.

Le récit est porté par une enquête policière qui se révèle être un grand prétexte pour retranscrire avant tout une époque passée afin de réveiller les consciences au présent des questions soulevées. Le film n’a rien perdu de sa force de dénonciation trois décennies plus tard en rappelant l’histoire des USA à l’heure où le révisionnisme voudrait effacer une histoire peut portée par les scénarios de cinéma jusque-là. Cette évocation de la lutte pour les droits civiques aux USA a trop longtemps été éludée par l’industrie du cinéma trop peu friande de sujets politiques. Il fallait peut-être la force décomplexée d’un cinéaste britannique pour briser le silence sur un tel sujet à la fin des années 1980. Gene Hackman impose une fois encore une interprétation forte, toute en nuances et complexité, dans le rôle d’un agent du FBI qui n’a pas oublié le Sud profond dont il est issu mais en portant des valeurs qui font défaut à d’autres. Le film constitue ainsi une redécouverte essentielle d’un pan d’une histoire que les révisionnistes actuels voudraient pouvoir effacer des mémoires. Même si l’on peut reprocher avec raison que pour un film sur l’évocation de la lutte pour les droits civiques, les rôles principaux soient portés par des acteurs blancs, sa réalisation a marqué une grande étape et son impact sur la société a eu un impact non négligeable. Un document pour saisir encore la haine raciale d’hier et d’aujourd’hui.

 

 

miiippi-burning-dvd
Mississippi Burning
d’Alan Parker
Avec : Gene Hackman (Rupert Anderson), Willem Dafoe (Alan Ward), Frances McDormand (madame Pell), Brad Dourif (le shérif-adjoint Pell), R. Lee Ermey (le maire Tilman), Gailard Sartain (le shérif Stuckey), Stephen Tobolowsky (Clayton Townley), Michael Rooker (Frank Bailey), Pruitt Taylor Vince (Lester Cowens), Badja Djola (l'agent Monk), Kevin Dunn (l'agent Bird), Stanley Collins (Hollis), Marc Clement (Floyd Swilley), Darius McCrary (Aaron Williams), Lou Walker (Vertis Williams), Ralnardo Davis (Willie), Tobin Bell (l’agent Stokes), Frankie Faison (le chantre)
USA – 1988.
Durée : 127 min
Sortie en salles (France) : 29 mars 1989
Sortie France du DVD : 31 mai 2020
Couleur
Langues : anglais, français - Sous-titres : français.
Éditeur : L’Atelier d’images
Distributeur : ARTE


Bonus :
Interview du réalisateur Alan Parker par Jean-Pierre Lavoignat et Christophe D’Yvoire
Vidéo sur le tournage du film
Interview des acteurs
Bande-annonce

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.