La prostitution sous forme de carte postale

Dans une rue parisienne près des Halles, Irma la douce officie avec ses collègues prostituées. L’agent de police Patou, fraîchement débarqué sur place, contrairement à ses collègues corrompus, veut faire respecter la loi… et tombe sous le charme d’Irma dont il devient vite le souteneur.

"Irma la douce" de Billy Wilder © Rimini "Irma la douce" de Billy Wilder © Rimini
Au sujet de l'édition DVD : Irma la douce de Billy Wilder

Au début d’une réalisation signée Billy Wilder, il y a un scénario finement ciselé écrit avec le complice du cinéaste : I. A. L. Diamond. D’un film à l’autre, Billy Wilder ne perd jamais la richesse de son écriture, qu’il s’agisse de ses dialogues qui offrent de véritables joutes verbales à ses personnages, comme des situations rocambolesques dans cette comédie satirique menée rondement menée. Et pourtant, là encore, le projet est tout d’abord une commande qui fait suite à la volonté des studios d’adapter au cinéma une comédie musicale de la scène de théâtre qui a remporté un grand succès public en France, en Angleterre et ensuite aux USA. Billy Wilder a renoncé à la comédie musicale qui est un genre où il ne se sent pas du tout à l’aise, comme on peut le voir dans sa malheureuse Valse de l’empereur (The Emperor Waltz, 1948) avec Bing Crosby en costume tyrolien ! En revanche, il a dû céder à la couleur alors qu’il ne croit qu’au Noir & Blanc. Au final, le film est grandement désavoué par le réalisateur, même s’il l’on y trouve amplement sa signature unique. Le Paris est certes une reconstruction de carte postale, comme la représentation glamour de la prostitution entièrement apolitique mais les enjeux sont tout autres, notamment par son sujet dans une Amérique pudibonde, hypocritement puritaine dont l’industrie hollywoodienne répondait encore au code Hays de censure.

Jack Lemmon est au centre de toutes les attentions du cinéaste, un peu trop, au détriment de Shirley MacLaine brillante dans son rôle mais qui n’a presqu’aucune opportunité pour développer un point de vue consistant à son personnage. Les scènes sont d’une grande efficacité comique et le second rôle du personnage Moustache interprété par Lou Jacobi en barman philosophe aux mille vies offre un humour surréaliste d’une inventivité folle et surprenante. Le film est en revanche un peu trop long et aurait gagné à recentrer sa dynamique pour dépasser l’histoire originale de la pièce de théâtre qui fait peu de place à une réflexion pertinente sur la société contemporaine.

L'édition vidéo concoctée par Rimini est d'une grande richesse par les bonus vidéo et un livret où des spécialistes apportent leur regard sur la réalisation du film.

 

 

ux4pusintnyl7dz8eptsx7dfjbzrwpwaxvk17vc6fvn4h63rfpfi-eufvz3tqvyaaeluu9k7-qe54y1chb-4bnbvcrgd8o272ghyfs3xspafrodgbbvaplz-exm
Irma la douce
de Billy Wilder
Avec : Jack Lemmon (Nestor Patou, Lord X), Shirley MacLaine (Irma la douce), Lou Jacobi (Moustache), Bruce Yarnell (Hippolyte), Herschel Bernardi (l'inspecteur Lefèvre), Hope Holiday (Lolita), Joan Shawlee (Amazon Annie), Grace Lee Whitney (Kiki la Cosaque), Tura Satana (Suzette Wong), James Brown (un client texan d'Irma), Bill Bixby (le marin tatoué), Edgar Barrier (le général Lafayette), Louis Jourdan (le narrateur), Howard McNear (le concierge), Cliff Osmond (le sergent de police), Diki Lerner (Jojo), Paul Dubov (André), Herb Jones (Casablanca Charlie), Ruth Earl et Jane Earl (les jumelles Zebra), Lou Krugman (un client), John Alvin (un client), Susan Woods (une prostituée avec balcon), Harriette Young (Mimi la Mau Mau), Sheryl Deauville (Carmen), Billy Beck (l'officier Dupont), Jack Sahakian (Jack)
USA – 1963.
Durée : 137 min
Sortie en salles (France) : 28 septembre 1963
Sortie France du DVD : 24 avril 2018
Format : 2,35 – Couleur
Langues : anglais, français - Sous-titres : français.
Éditeur : Rimini Éditions


Bonus :
Conversation entre les journalistes Olivier Macheret (Le Monde) et Frédéric Mercier (Transfuge) (33’)
« Photos revisitées » : Les décors d’Irma la Douce conçus par Alexandre Trauner, un entretien avec Didier Naert, peintre et architecte (6’)
« Naissance d’Irma la douce » : Entretien avec Laurent Valière, producteur de l’émission 42ème Rue (11’)
Bande-annonce

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.