L’horreur de l'ignorance machiste

Une bande d’amis trentenaires et plus se retrouvent entre mecs pour parler de leurs difficultés d’être des hommes et de manifester leur machisme ordinaire à l’égard des femmes qui ne sont plus les proies d’hier à leur grand regret.

"Testostérone" de Pierre-Loup Rajot © Doriane Films "Testostérone" de Pierre-Loup Rajot © Doriane Films
Au sujet de l'édition DVD : Testostérone de Pierre-Loup Rajot

Dans cette édition DVD sortie en 2011 par Doriane Films sont réunis les deux premiers longs métrages réalisés par Pierre-Loup Rajot, plus connu en tant qu’acteur sur plusieurs dizaines de films depuis les années 1980. Il a depuis réalisé un troisième long métrage intitulé French Affairs (2013) et continue ses activités d’acteur en quelques rares occasions dont Ceci est mon corps (2014) de Jérôme Soubeyrand dans le rôle de l’évêque.
Les deux films qu’il a réalisés souffrent du passage du temps dans les choix de mise en scène autant que dans les thèmes traités un peu légèrement autour de la dépendance affective entre hommes et femmes. La question est posée dans son premier long métrage Jeunes gens, présenté ici en guise de bonus, où un jeune couple joue à se déchirer pour mieux se retrouver mais en risquant à plusieurs reprises de se perdre dans un véritable chaos sentimental. La mise en scène rend hommage par sa filiation à l’énergie émancipatrice d’une jeunesse en quête d’elle-même tout droit issue de Godard et son À bout de souffle (1960) mais avec de multiples maladresses et des lourdeurs dans les interprétations qui mettent à mal le sens de l’improvisation.
Une décennie après ce film, Pierre-Loup Rajot revient à la réalisation avec Testostérone qui, comme son nom l’indique, parle du mal-être masculin à travers une large gamme de machismes ordinaires. Le film est un huis clos où des amis se retrouvent à manger chez l’un des leurs et le récit ne se terminera que lorsqu’ils quitteront cette pièce. Le choix de mise en scène tourné à l’économie permettant une indépendance économique, tend à la mise en scène théâtrale avec des personnages qui quittent le champs de la caméra et de la scène, avec deux pièces seulement filmées, des personnages qui vont et viennent mais que l’on ne suit jamais, des femmes dont on parle beaucoup mais qui jamais n’auront leur place devant la caméra en dehors du passage furtif de la voisine, objet des fantasmes les plus divers à laquelle la parole pourtant n’est pas permise.
Si le plaisir cinématographique est au plus bas avec des choix de plans maladroits, scolaires et jamais inventifs, le contexte permet malgré tout de libérer la parole sur les intolérances venant du machisme ordinaire, entre hypocrisie et affirmation décomplexée. Avant l’ère #MeToo, Testostérone réussit à faire le point du masculinisme qui pourrit dans son intolérance étouffante et son mépris misogyne qui cache une grande peur d’hommes qui sentent leur pouvoir jusqu’ici incontesté, vaciller. Malgré toutes ses nombreuses faiblesses et maladresses de mises en scène, le film reste une démonstration de l’horreur du machisme confiné.

 

 

mv5bzwm2mwewogutowuzzs00m2qzlweyzwmtm2flyjc1ndc1mjyyxkeyxkfqcgdeqxvymjqzmzqzody-v1-uy1200-cr111-0-630-1200-al
Testostérone
de Pierre-Loup Rajot
Avec : Tom Novembre (Thomas), Ged Marlon (Raphaël), Philippe Fretun (Joseph), Éric Bonicatto (Éric), Philippe Blancher (Cyril), Antoine Herbez (Antoine), Valentine de Beauregard (la voisine), Bruno Prédebon (le coursier), Pierre-Loup Rajot (l’ex de la voisine)
France, 2008.
Durée : 86 min
Sortie en salles (France) : 12 février 2008
Sortie France du DVD : 23 mai 2011
Couleur
Langue : français.
Éditeur : Doriane Films
Bonus :
Jeunes gens (1996) de Pierre-Loup Rajot
Avec : Anne Roussel (Céramique), Jean-Pierre Lorit (Antoine), Tom Novembre (Louis), Roc LaFortune (l'étranger), Myriem Roussel (Lucie), Richard Schroeder (Paul), Éric Bonicatto (le serveur), Delphine Hayat (l’infirmière)

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.