Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2214 Billets

5 Éditions

Billet de blog 27 janv. 2022

"Mourir peut attendre" (No Time to Die) de Cary Joji Fukunaga

Alors que James Bond passe des jours heureux et amoureux avec Madeleine Swann en Italie, il est victime d’un attentat à la bombe. L’agent secret suspecte Madeleine et rompt avec elle. Cinq ans plus tard, une menace mondiale sort l’agent britannique de sa retraite.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sortie Blu-ray : Mourir peut attendre de Cary Joji Fukunaga

Pour ce 25e épisode des aventures cinématographiques de James Bond, un cycle se termine et plus particulièrement celui des films interprétés par Daniel Craig. Dans les épisodes précédents, l’agent britannique avait passé par toutes les étapes de sa propre mythologie, renouant avec les éléments fétichistes bondiens tout en les faisant renaître comme si les épisodes précédents n’avaient pas existé. Cette volonté d’isoler les épisodes autour d’un nouvel acteur interprétant James Bond était audacieux et novateur en termes scénaristiques et permettait ainsi de donner un nouveau souffle à la saga.

"Mourir peut attendre" (No Time to Die) de Cary Joji Fukunaga © DR

Cary Joji Fukunaga (Sin nombre, 2009) arrive à la tête de cette nouvelle réalisation après l’exclusion du réalisateur de Trainspotting Danny Boyle officiellement pour « désaccords artistiques ». Cette arrivée sur un projet déjà bien avancé dans son écriture n’est pas la situation la plus idéale pour un réalisateur qui se retrouve qui plus est propulsé pour la première fois à la tête de la production d’un blockbuster qui le dépasse totalement. Contrairement aux réalisations précédentes, Cary Joji Fukunaga est contraint de suivre un programme préétabli dès le début du cycle Daniel Craig sur la fin de son personnage.

Mourir peut attendre est ainsi l’épisode qui vient clore une époque mais sans volonté de faire un épisode qui serait une apothéose. Pourtant, ici et là apparaissent des séquences fascinantes de cascades traditionnelles très inventives collant parfaitement à la mythologie bondienne. James Bond se voit invité à vivre une nouvelle expérience d’homme plus ancré dans la société quotidienne notamment avec l’apparition d’une potentielle famille. Cependant, le grand défaut du film est l’alchimie qui n’opère aucunement entre son personnage et celui de son amoureuse Madeleine. Avec son nom proustien, il y avait matière à faire renaître toute la mémoire des amours perdus de Bond, mais à aucun moment l’amour n’est crédible entre eux même si chaque acteur joue sa partition avec une réelle implication.

Par ailleurs, du côté de la grande menace mondiale incarnée par le grand méchant de service, Rami Malek est également très convaincant mais n’a droit qu’à de rares apparitions qui ne permettent pas de comprendre les motivations de son personnage qui veut éradiquer une grande partie de la population sur terre. Alors que le film se perd dans de longues explications inutiles aux dialogues alambiqués pour imposer la gravité de la situation, davantage de séquences avec Lyutsifer Safin auraient permis de rendre plus explicite son personnage et les enjeux du film. James Bond se perd rapidement d’une scène à l’autre et n’avance que dans une incarnation toujours plus massive et hiératique, à l’exception d’un regard tendre lors de ses retrouvailles avec Madeleine dans un long couloir.

De même, la tentative de faire apparaître des personnages féminins comme des homologues de James Bond, qu’il s’agisse de Nomi comme de Paloma à Cuba, est une excellente idée pour contrebalancer le machisme tout puissant de l’homme d’action mais malheureusement ces deux personnages sont très vite effacés à l’instar de Miss Moneypenny reléguée à de la figuration en tant que secrétaire soumise.

Mourir peut attendre
No Time to Die
de Cary Joji Fukunaga
Avec : Daniel Craig (James Bond / Agent 007 retraité), Rami Malek (Lyutsifer Safin), Léa Seydoux (Dr Madeleine Swann), Lashana Lynch (Nomi / Agent 007), Ralph Fiennes (M), Christoph Waltz (Ernst Stavro Blofeld), Ben Whishaw (Q), Naomie Harris (Miss Moneypenny), Jeffrey Wright (Felix Leiter), Billy Magnussen (Logan Ash), Ana de Armas (Paloma), David Dencik (Valdo Obruchev), Rory Kinnear (Bill Tanner), Dali Benssalah (Primo / Cyclope), Priyanga Burford (Dr Symes), Brigitte Millar (Dr Vogel), Lisa-Dorah Sonnet (Mathilde), Coline Defaud (Madeleine Swann, enfant), Mathilde Bourbin (la mère de Madeleine)
Royaume-Uni, USA, 2021.
Durée : 163 min
Sortie en salles (France) : 6 octobre 2021
Sortie France du Blu-ray : 16 février 2022
Format : 2,39 – Couleur
Éditeur : MGM / United Artists
Distributeur : Universal Pictures Vidéo France SAS

Bonus :
Anatomie d’une scène : Matera
Les scènes d’action
Bond autour du monde
Le style Bond

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques