Un cœur avec sa détresse derrière le flegme archaïcobritannique

Andrew Crocker-Harris, professeur de lettres classiques dans un collège anglais, doit quitter son poste pour raisons médicales. Tandis que son épouse qui n’a que mépris pour lui le trompe avec son collègue, il est honni par ses élèves et déconsidéré par sa hiérarchie malgré son dévouement.

"The Browning Version" d’Anthony Asquith © Doriane Films "The Browning Version" d’Anthony Asquith © Doriane Films
Sortie DVD : The Browning Version d’Anthony Asquith

Réadapté en 1994 sous la direction de Mike Figgis sous le titre français Les Leçons de la vie, The Browning Version est une nouvelle révélation de l’histoire du cinéma britannique d’avant le Free Cinema qui n’a rien perdu de sa dynamique originelle. Le film est porté essentiellement par Michael Redgrave dans le rôle d’un professeur déchu dans sa vie professionnelles et intime, qui semble accepter sa condition comme un condamné à mort dont la sentence est inéluctable. De ce personnage peu sympathique au premier abord se dégage peu à peu une humanité contrariée dans l’expression de ses sentiments, contraint à cacher ses failles dans le cadre extrêmement rigoureux de la fonction professorale inscrite qui plus est dans une tradition archaïque britannique. C’est grâce à l’humanité généreuse et spontanée de l’un de ses élèves qui osera ne pas suivre la haine de groupe de tout un collège contre un seul homme, qu’une nouvelle prise de conscience s’offre à lui afin de pouvoir dans un dernier sursaut de vie retrouver sa propre dignité. Le personnage le plus cruel est son épouse mais dans un contexte où la frustration d’un amour l’a elle-même rendue amère. C’est là l’intérêt d’une approche psychologique développée avec subtilité et humanisme dans ce film au récit aussi touchant que servi par une efficace mise en scène. Michael Redgrave offre également une fascinante interprétation dans un rôle tout en nuance qui ne répond pas aux réflexes des personnages masculins du cinéma américain et britannique de la même époque. Les hommes, même malgré le flegme britannique ont un cœur, fallait-il le rappeler ? Un chef-d’œuvre une fois de plus ressuscitée au sein de l’indispensable collection « Typiquement british » conçue par Doriane Films. Dans cette édition DVD, on trouve également en bonus le premier long métrage muet réalisé par Anthony Asquith où il est déjà question de disharmonie de couple.

 

 

61rh-tzg8ml-sl1233
The Browning Version
d’Anthony Asquith
Avec : Michael Redgrave (Andrew Crocker-Harris), Jean Kent (Millie Crocker-Harris, l’épouse d’Andrew), Nigel Patrick (Frank Hunter, professeur de sciences et amant de Millie), Wilfrid Hyde-White (Frobisher, le directeur du collège), Brian Smith (Taplow, un élève de Crocker-Harris), Bill Travers (Fletcher, l'autre professeur qui quitte le collège), Ronald Howard (Gilbert, le remplaçant de Crocker-Harris), Paul Medland (Wilson, l'élève de Crocker-Harris en retard dans la première scène du film), Ivan Samson (le général Baxter, membre du conseil d'établissement du collège), Josephine Middleton (Mrs. Frobisher)
Royaume-Uni – 1951.
Durée : 90 min
Sortie en salles (France) : 19 juin 1951
Sortie France du DVD : 22 octobre 2019
Format : 1,37 – Noir & Blanc
Langue : anglais - Sous-titres : français.
Éditeur : Doriane Films
Collection : Typiquement British
Bonus :
Shooting Stars d’Anthony Asquith - 1928 - 90 min
Avec Annette Benson, Brian Aherne, Donald Calthrop
La belle Mae, actrice célèbre, cherche à profiter d’un tournage avec son mari pour se débarrasser de lui. Mais les accessoires de cinéma sont capricieux...

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.