SF made in RDA de 1959

Une équipe internationale de scientifiques part dans une fusée en direction de Vénus à la suite d’un message retrouvé sur Terre émanant de cette planète.

"L’Étoile du silence" (Der schweigende Stern) de Kurt Maetzig © Artus Films "L’Étoile du silence" (Der schweigende Stern) de Kurt Maetzig © Artus Films
Sortie DVD : L’Étoile du silence de Kurt Maetzig

Produit par la DEFA, studio d'État de la RDA, ce film de science-fiction réalisé en 1959 en pleine Guerre Froide et durant la course à la conquête de l’espace opposant URSS et USA, représente bien l’atmosphère de l’époque où la menace atomique est omniprésente et constitue d’ailleurs l’un des messages conclusifs du film, appelant à la réconciliation internationale. Poursuivant son travail archéologique de l’histoire du cinéma, Artus Films en s’intéressant à la série B, met une fois encore au centre de son attention l’histoire non officielle du cinéma, témoignant ici des expériences de la science-fiction de l’industrie du cinéma de la RDA, le genre comme cette industrie nationale étant à l’heure actuelle bien méconnus. Comme pour les films made in USA produits à la même époque, la science-fiction est idéologique et permet à la fois de mettre en scène les angoisses du moment comme les ambitions démagogiques des pays de production. Ici, la mission scientifique internationale est portée par un éminent professeur russe qui réclame d’ailleurs son homologue américain à participer à l’expédition, validant ainsi la suprématie de l’URSS en conquête spatiale : l’histoire se déroulant au début des années 1970, une décennie après la date du tournage, montre l’avance technologique du bloc soviétique et le considérable retard américain. La menace n’émane plus ici des USA mais bien ses mystérieuses intentions extraterrestres venant de Vénus. Les moyens mobilisés pour construire un décor de science-fiction plausible sont important pour l’époque et font de ce film une réussite qui dépasse les moyens limités de la série B. Porté par une équipe de scientifiques, le ton est toujours éminemment sérieux au risque souvent de laisser poindre l’ennui par ses multiples explications et le temps passé sur Terre avant le décollage de la fusée à destination de Vénus. De même, les menaces qui aboutiront sur quelques scènes d’action portent difficilement le récit si l’on en attend des scènes héroïques de confrontation. C’est là la différence avec le même genre de film aux USA à la même époque où l’enjeu est centré sur l’action alors qu’ici, la démarche étant éminemment idéologique et soucieuse du savoir-faire mobilisé, L’Étoile du silence (Der schweigende Stern) de Kurt Maetzig est un film honnêtement réalisé, au ton résolument sombre, en cela connecté avec le contexte de la Guerre froide malgré le semi dégel initié par Khrouchtchev. Une autre spécificité est un récit porté par l’ensemble du groupe de scientifiques dans lesquels ne se détache pas une personnalité singulière dans le mythe individualiste du héros qui se démarque dans les situations les plus difficiles.

 

 

l-etoile-du-silence-dvd
L’Étoile du silence
Der schweigende Stern
de Kurt Maetzig
Avec : Günther Simon (le pilote allemand Raimund Brinkmann), Julius Ongewe (technicien télé africain / Talua), Yoko Tani (le docteur japonais / Dr. Sumiko Ogimura), Oldrich Lukes (le physicien nucléaire américain, le professeur Harringway Hawling), Ignacy Machowski (l’ingénieur polonais, le professeur Saltyk), Michail N. Postnikow (le cosmonaute soviétique, le professeur Arseniev), Kurt Rackelmann (le mathématicien indien, le professeur Sikarna), Tang Hua-Ta (le linguiste chinois, le Dr. Chen Yu), Lucyna Winnicka (la reporter télévisée Jeanne Moreau)
Allemagne de l’Est, Pologne – 1959.
Durée : 89 min
Sortie en salles (France) : inédit
Sortie France du DVD : 2 juin 2020
Format : 2,35 – Couleur
Langues : allemand, français - Sous-titres : français.
Éditeur : Artus Films
Collection : SF Vintage
Bonus :
L’étoile rouge du silence par Christian Lucas
Diaporama d’affiches et de photos
Film-annonce original

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.