Le fil ténu de la lutte

Durant le tournage du film « La Fille du patron » réalisé par Olivier Lousteau dans l'usine de textile Bel Maille, le patron de la vie réelle annonce à ses employés le redressement judiciaire de l'entreprise.

"Des bobines et des hommes" de Charlotte Pouch © Blaq Out "Des bobines et des hommes" de Charlotte Pouch © Blaq Out

Sortie DVD : Des bobines et des hommes de Charlotte Pouch

Il y a des titres qui rendent honneur à la singularité d'une approche, d'un univers : c'est le cas de ce film réalisé par Charlotte Pouch qui a su jouer avec toute la polysémie de quelques mots. Ainsi, les bobines sont à la fois celles du cinéma et du textile, et les hommes sont en même temps ces individualités singulières et la foi plus générale de la cinéaste en l'humanisme. Ce n'est pas la première fois, suivant la triste réalité sociale actuelle du triomphe de l'ultralibéralisme décomplexé non régulé par les gouvernements de tous bords confondus complices d'une certaine loi du marché, qu'un documentaire suit la réalité de la liquidation judiciaire d'une entreprise multidécennale employant plusieurs dizaines d'ouvriers. En revanche, Charlotte Pouch s'éloigne de la dramaturgie classique du documentaire militant qui se contente de suivre avec un fatalisme non dissimulé la fin de la lutte dans l'amertume la plus profonde. Ici, tout commence par le tournage d'un film dans ladite entreprise : La Fille du patron réalisé par Olivier Lousteau. Il se trouve que sur ce lieu de tournage se joue un drame beaucoup plus profond, plus sournois : l'assassinat pur et simple d'une entreprise par un patron manipulateur. Partant de la fiction, ce qui peut-être commençait comme un making of, suit un nouvel élan pour suivre les tractations en cours et les attentes douloureuses des ouvriers face à leur avenir incertain. Charlotte Pouch, investie dans cette réalité en hors champ du tournage, finit par la suivre avec toute son implication et son film dès lors naît au tournage avec une véritable spontanéité. C'est toute la force totalement inédite de ce tournage qui se construit non pas sur un scénario préétabli mais sur l'histoire de vie comme force scénaristique que porte chaque protagoniste. Ainsi, Charlotte Pouch réalise une série de portraits d'hommes et de quelques femmes (l'univers de la textile est ici contre toute attente traditionnelle dévolu majoritairement aux hommes) dans leurs rapports au travail, leurs stratégies pour faire face malgré tout à un avenir inquiétant. Du début à la fin de son récit chronologique, la réalisatrice filme la dignité de la lutte, sans défaitisme mais avec la volonté d'accompagner l'humanité là où elle se trouve.

 

 

61meps1n6el-sl1000
Des bobines et des hommes
de Charlotte Pouch
France, 2017.
Durée : 65 min
Sortie en salles (France) : 25 octobre 2017
Sortie France du DVD : 2 mai 2018
Format : 1,78 – Couleur
Langue : français - Sous-titres : français.
Éditeur : Blaq Out
Bonus :
« Le nouveau rendez-vous » (France Inter) : émission avec Charlotte Pouch, Driss Mountadir et Julie Gayet (25’)
Chez Nadine (22’)
Variation sur machine à tricoter : du réglage au tricotage (3’)
Machine à tricoter : une définition de Geneviève Brissac, écrivain (2’)
Notre temps, son haleine de fauve, sa bobine : texte d’Arno Bertina, écrivain

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.