La plaie du puritanisme féminin dans un monde patriarcal

Un hors-la-loi part venger une femme qui a été violée par trois hommes et qui a failli être lynchée par un groupe de femmes puritaines.

"La Dernière balle à pile ou face" (Testa o croce) de Piero Pierotti © Artus Films "La Dernière balle à pile ou face" (Testa o croce) de Piero Pierotti © Artus Films
Sortie DVD : La Dernière balle à pile ou face de Piero Pierotti

Le western italien recèle de nombreuses surprises méconnues, qui aurait pu tomber dans les poubelles de l’histoire du cinéma, faute de personnalités connues devant et derrière la caméra. Ici, apparaît bien au casting Edwige Fenech, inoubliable pour ses interprétations dans des comédies légèrement érotiques qui ont fait les belles heures de la télévision française, mais dans un rôle secondaire disposant de peu de temps devant la caméra. Si le film est sobrement réalisé mais avec efficacité, ce qui retient l’attention, c’est le contexte particulier des femmes et la position toujours maladroite de chacun pour justifier ses actes conduisant à des homicides. Cette histoire originale vient d’un scénario que le réalisateur Piero Pierotti a lui-même écrit, ne se contentant pas là d’adapter une histoire imposée alors même qu’il s’agit de l’une de ses rares mises en scène d’un western comme l’explique le spécialiste du genre Curd Ridel en bonus de cette édition DVD.
La première menace conséquente sous la forme d’un cruel lynchage est portée par un groupe violent de puritanisme de quakers féminins dirigée par la sœur du pasteur. La tension sexuelle est omniprésente ici du côté des protagonistes, à l’exception du shérif, personnage le plus serein dans ce monde de fous. Ainsi, des femmes usant de leurs charmes dans un saloon nommé Crazy Horse sont condamnées par des femmes à la sexualité réprimée qui s’expriment avec tout leur excès dans une séquence de lynchage face auquel la justice ne semble pas pouvoir intervenir.
Le scénario aurait pu faire l’impasse sur toute cette scène d’exposition et se contenter de raconter l’histoire de la vengeance d’un homme qui use de l’homicide pour rendre sa justice personnelle à une femme qui vient de se faire violée. Incidemment, le scénariste et réalisateur pose la question du viol comme une responsabilité collective et sociale, d’un côté avec des femmes qui ne sont pas solidaires pour lutter contre un système patriarcal et de l’autre des hommes se contentent de jouir de leurs privilèges rarement mis en cause.
L’épouse du banquier, devenue la personnalité la plus puissante de la ville depuis son récent veuvage, témoigne de sa volonté de redistribuer les cartes et de profiter individuellement du capitalisme qui la situe, en tant que banquière, en position de force. Même si elle n’est pas puritaine, sa sexualité est en souffrance comme on peut le voir dans le développement du scénario, faisant d’elle le personnage le plus intéressant du film, derrière un personnage masculin certes lumineux, efficace, droit, ambigu, mais nullement charismatique, ni singulier. Le dénouement du film se joue presque de l’ironie du sort d’une manière singulière pour justifier pour la première fois un titre jusque-là laissé mystérieux. L’homme quitte le devant de la scène pour laisser la place nouvellement intégrée à une femme dont il fut un modeste passeur.

 

 

qgkk5dy4hr9lfsd3qbjcv2oef-vfl65fyfsypodv-7y5igy7qpmh-9vvtzohaujbzmqrrmrw9npj1npgfxfyvdesp9ishby1rhxg9ulf2j2dwf8azl1p2q
La Dernière balle à pile ou face
Testa o croce
de Piero Pierotti
Avec : John Ericson (Will Hunter), Špela Rozin (Shanda Lee), Franco Lantieri (Serpente), Daniela Surina (Sybille Burton), Edwige Fenech (Manuela), Pinuccio Ardia (Miserere), Ugo Pagliai (Burton), Isarco Ravaioli (le shériff), Dada Gallotti, Loris Gizzi, Maria Teresa Piaggio, Pasquale Basile, Silvana Bacci, Franco Daddi, Antonietta Fiorito, Renato Navarrini
Italie, 1969.
Durée : 95 min
Sortie en salles (France) : 29 mars 1972
Sortie France du DVD : 7 juillet 2020
Format : 1,85 – Couleur
Langues : italien, français - Sous-titres : français.
Éditeur : Artus Films
Collection : Western européen

Bonus :
Présentation du film par Curd Ridel
Diaporama d’affiches et de photos
Film-annonce original

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.