Cinemed 2020 : "Sème le vent" de Danilo Caputo

Nica, 21 ans, abandonne ses études d’agronomie pour retrouver le foyer familial dans les Pouilles après trois années d’absence. Elle est particulièrement attachée à l’oliveraie qui faisait la richesse familiale et qui à présent est susceptible d’être arrachée sur décision de son père.

"Sème le vent" (Semina il vento) de Danilo Caputo © Pyramide Distribution "Sème le vent" (Semina il vento) de Danilo Caputo © Pyramide Distribution
Film en compétition long métrage de fiction lors de la 42e édition de Cinemed, Festival de cinéma méditerranéen de Montpellier

Présenté à la fois avec une semaine d’intervalle en octobre 2020 aux festivals FIFIB de Bordeaux et Cinemed de Montpellier en compétition fiction, le second long métrage de Danilo Caputo, dont le premier La Mezza stagione (2014) est inédit en France, s’inscrit dans une problématique contemporaine qui émerge de plus en plus au cinéma : les nouvelles formes d’engagement politique, féministe et écologique. Et pourtant, avant de découvrir la force de ces thèmes, Sème le vent avance doucement sous la forme d’une chronique initiatique intime d’une jeune femme mettant fin à ses études et qui fait un retour aux sources en retrouvant son milieu d’enfance. L’accueil n’est pas chaleureux et le contexte social et économique se révèle plutôt sinistré avec l’omniprésence latente d’une violente pollution.
Très vite, face à la froideur des relations humaines, notamment auprès de ses propres parents, Nica redécouvre un jardin secret, un véritable paradis perdu, qui symbolise le lien magique qu’elle entretient avec sa grand-mère défunte, tout aussi bien que dans une filiation avec une tradition qui traverse les siècles. En effet, les oliviers sont le symbole de la culture gréco-romaine du bassin méditerranéen et en découvrant notamment une crypte aux usages magiques, Nica trouve l’occasion d’un réenchantement d’un monde matérialiste où des déchets à haute teneur toxique sont un moyen de ressources financières pour des individus sans scrupules. C’est par une forme naturelle panthéiste que Nica se reconnecte aux oliviers, dont la force de vie est magnifiée par la mise en scène choisie par Danilo Caputo, autant dans la prise de vue qu’un soin particulier accordé à la piste sonore. Cette présence de la nature rejoint l’approche de Julie Bertuccelli dans son film L’Arbre (2010) dont l’histoire est librement inspirée du roman italien d’Italo Calvino Le Baron perché (Il Barone rampante, 1957). Le souci des origines enfuies italiennes associées à l’écologie apparaît également dans Les Merveilles (Le Meraviglie, 2014) d’Alice Rohrwacher, où les origines étrusques étaient exploitées par une émission de télé-réalité, expressive du cynisme du spectacle télévisé berlusconien. Déjà dans ce film d’Alice Rohrwacher se trouvait un conflit de génération dans le rapport dans la manière de vivre et d’habiter un lieu en lien avec la nature et l’histoire humaine.
Dans Sème le vent, l’opposition générationnelle entre une jeune femme et ses parents se fait peu à peu plus violente au fil de la prise de conscience des enjeux autour de la destinée d’une oliveraie comme symbole d’une société italienne corrompue par le mirage néolibéral. En retrouvant littéralement ses racines dans cette oliveraie, Nica renoue avec sa grand-mère et à travers elle toute une lignée de femmes qui ont dû se livrer à des pratiques magiques dans cette crypte sacrée. C’est ainsi que le film devient le témoin de la conjonction moderne entre écologie et féminisme.

 

 

Sème le vent
Semina il vento
de Danilo Caputo

Fiction
91 minutes. Italie, France, Grèce, 2020.
Couleur
Langue originale : italien
Sortie cinéma (France) : 17 février 2021

Avec : Yile Yara Vianello (Nica), Feliciana Sibilano (Paola), Caterina Valente (Rosa), Espedito Chionna (Demetrio)
Scénario : Danilo Caputo, Milena Magnani
Images : Christos Karamanis
Montage : Sylvie Gadmer
Musique : Valerio Camporini
Son : Maximilien Gobiet
Décors : Federica Bologna
Production : JBA Production (France), Okta Film (Italie), Graal Films (Grèce)
Producteurs : Jacques Bidou, Marianne Dumoulin, Paolo Benzi
Distributeur (France) : Pyramide Distribution

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.