Dans les tranchées de la Première Guerre mondiale

Pour commémorer le centenaire de la fin des hostilités suite à la première de l’une des guerres qui a le plus ravagé et détruit aussi bien l’humanité que toutes formes de vie, le réalisateur néo-zélandais de "King Kong" et du "Seigneur des anneaux" se plonge dans les archives de l’armée britannique.

"Pour les soldats tombés" (They Shall Not Grow Old) réalisé par Peter Jackson © Warner Bros. "Pour les soldats tombés" (They Shall Not Grow Old) réalisé par Peter Jackson © Warner Bros.
Sortie DVD : Pour les soldats tombés de Peter Jackson

Le projet pourrait paraître surprenant de la part d’un cinéaste connu pour ses productions spectaculaires qui ont ces dernières décennies imposé auprès du public un nouveau souffle à l’industrie du grand spectacle cinématographique. Et pourtant, de l’aveu même de Peter Jackson provenant du précieux témoignage qu’il offre en guise de making of du film présent dans cette édition DVD, ce documentaire est peut-être l’un de ses films les plus personnels pour diverses raisons. L’une des plus surprenantes qu’il révèle à peine à la fin du film en rendant hommage à son grand-père, est que celui-ci, qui a combattu durant la Première Guerre mondiale en tant que Néo-Zélandais dans les tranchées en France, a rencontré en Angleterre, là où il fut rapatrié pour être soigné, celle qui allait devenir la grand-mère de Peter Jackson. Autrement dit, cette guerre a contribué à la naissance du futur cinéaste et se plonger dans cette époque c’est alors pour lui partir en quête de ses origines.

En réalisant ce documentaire historique, malgré tout le souci de restitution des sources d’informations, Peter Jackson ne joue jamais les historiens. Il cherche davantage à éprouver la situation d’un soldat anglais participant à cette guerre. Les stratégies militaires comme l’état de la société à la même époque sont alors totalement évacués, ce qui à plusieurs moments est clairement frustrant. Ainsi, Peter Jackson avoue lui-même avoir eu accès à des sources qui lui permettaient à la fois de parler notamment de la place des compagnies militaires issues des anciennes colonies du Royaume-Uni comme de France et de parler encore de la situation des femmes qui allait évoluer au fil de ces années déterminantes. Le film est ainsi bien trop centré sur une expérience des soldats anglais de la guerre, parfois même avec un regard unanime laissant plutôt perplexe quant à la restitution réelle des différentes manières de se positionner par rapport au conflit. En écoutant, en effet, les témoignages des anciens combattants britanniques, l’enthousiasme de partir à la guerre est non seulement majoritaire mais unanime. Aucun esprit de contestation, aucun désir de mutinerie et de tentatives de désertion ne sont évoqués. C’est là un choix tout à fait personnel du cinéaste qu’il assume pleinement en âme et conscience puisqu’il ne souhaite pas traiter cette guerre dans sa globalité et dans sa diversité.

Son intérêt consiste à s’approcher au plus près de la réalité des soldats en apportant par ses choix de mise en scène et une nouvelle technologie phénoménale une réalité comme si elle était filmée par des opérateurs du temps présent. Peter Jackson a puisé dans les archives des films de l’armée britannique et les témoignages sonores des anciens combattants de cette guerre enregistrés notamment dans les années 1970. Les films muets en noir & blanc sont colorisés et vocalisés en s’efforçant avec le plus de justesse possible de retrouver la réalité vécue. C’est-à-dire que Peter Jackson reconstitue la vitesse de défilement de l’image qui soit la plus proche du mouvement humain naturel, comme le permet la vitesse traditionnelle au cinéma des 24 images par seconde par exemple. Quant aux voix, il fait appel à des personnes capables de lire sur les lèvres pour y découvrir ce que ses hommes filmés racontaient. Par tout ce procédé et ce travail titanesque, Peter Jackson réussit à faire vivre toute une époque révolue. Le résultat est fascinant d’efficacité et d’authenticité dans la reconstitution historique. Le cinéaste se permet même de voyager avec sa caméra dans les images filmées, ce qui lui permet des zooms et mouvements de caméra totalement absents du document original. Ce désir de faire revivre une époque révolue était d’ailleurs déjà présent dans la réalisation de son King Kong dans le dialogue que celui-ci opère avec le film original de 1933. C’est là aussi une obsession personnelle boulimique de Peter Jackson de dévorer les images passées pour mieux se les approprier au temps présent. Il en découle un regard un peu trop dépolitisé d’une réalité passée, même si apparaît en dernier ressort le témoignage d’un unique combattant révélant que cette guerre n’en valait peut-être pas la peine.

 

 

pour-les-soldats-tombes-dvd
Pour les soldats tombés

They Shall Not Grow Old

réalisé par Peter Jackson

Royaume-Uni, Nouvelle-Zélande, 2018.

Durée : 95 min

Sortie en salles (France) : 3 juillet 2019

Sortie France du DVD : 6 novembre 2019

Format : 1,85 – Couleur

Langue : anglais - Sous-titres : français, néerlandais.

Éditeur : Warner Bros.

Bonus :

Making of (28’29”)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.