De la responsabilité génocidaire de la Roumanie durant la Seconde Guerre mondiale

Mariana prépare un spectacle ambitieux rappelant la responsabilité de la Roumanie dans l’extermination des familles juives au début de la Seconde Guerre mondiale à Odessa alors que le pays est dirigé par le maréchal Antonescu. Ce réveil du passé fasciste de la Roumanie n’est pas du goût des officiels actuels.

"Peu m'importe si l'histoire nous considère comme des barbares" (Îmi este indiferent daca în istorie vom intra ca barbari) de Radu Jude © JHR Films "Peu m'importe si l'histoire nous considère comme des barbares" (Îmi este indiferent daca în istorie vom intra ca barbari) de Radu Jude © JHR Films
Sortie DVD : Peu m'importe si l'histoire nous considère comme des barbares de Radu Jude

Faut-il ou non rappeler aux citoyens actuels la contribution active à l’extermination des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale ? Le rappeler permettra-t-il aux horreurs incommensurables de l’Histoire de ne pas se répéter ? Et pourquoi faire un film ? Les questionnements multiples sur l’histoire tortueuse de la Roumanie du XXe siècle ne sont pas là pour simplifier la position du cinéaste roumain Radu Jude et c’est pourquoi celui-ci finit par s’emparer du regard le plus juste pour lui sur toutes ces questions : leur mise en abyme. Ainsi, dans ce nouveau long métrage, Radu Jude raconte l’histoire de Mariana, une metteuse en scène en train de préparer la reconstitution théâtrale prévue sur la place publique des armées roumaines d’Antonescu massacrant les Juifs. Mariana est la seule femme qui doit tenir tête à toute une armée d’acteurs non professionnels jouant des soldats et qui ont chacun une interprétation différente de l’histoire de leur pays allant jusqu’au négationnisme pur et simple de l’extermination des Juifs en passant par l’expression du racisme toujours actuel à l’égard des Tziganes et un antisémitisme virulent décomplexé.

La mise en abyme d’un film se réfléchissant lui-même sur le sujet qu’il tente de questionner en cherchant à le mettre en scène n’est pas sans rappeler les préoccupations du cinéma de Jean-Luc Godard mais ici avec un personnage central, celui de Mariana, la metteuse en scène, qui vit intrinsèquement au cœur d’elle-même son implication personnelle dans ses choix d’artiste engagée dans la mise en avant de la mémoire historique refoulée de tout un pays. Les réparties fantastiques dans de longues séquences, notamment la confrontation entre Mariana et le représentant de la mairie, sont un grand moment de cinéma par l’inventivité de ses dialogues questionnant avec une très grande perspicacité l’Histoire et le regard postérieur que l’on peut en avoir au présent pour briser les mirages idéologiques contemporains où les relents du nationalisme xénophobique sont toujours prompts à saisir les foules avides de bouc émissaire pour traduire une crise sociale ambiante.

En bonus de ce film, figurent deux autres réalisations de Radu Jude qui poursuit sa réflexion historique sur la Roumanie : un long métrage documentaire utilisant en voix off le récit écrit d’un journal personnel sur des photographies datant de la période évoquée tandis que le court métrage confronte deux films distincts représentant l’exécution en 1946 des criminels de guerre avec d’une part l’enregistrement documentaire de cette exécution et sa représentation dans un film de fiction dans les années 1990 intitulé Le Miroir cherchant à réhabiliter le dictateur génocidaire Antonescu.

 

 

peumimporte
Peu m'importe si l'histoire nous considère comme des barbares
Îmi este indiferent daca în istorie vom intra ca barbari
de Radu Jude
Avec : Ioana Iacob (Mariana), Alex Bogdan (Traian), Alexandru Dabija (Movila), Alfredo Minea (Gelu), Ion Rizea, Claudia Ieremia, Catalin Anchidin, Ion Arcudeanu, Ilinca Belciu, Dana Bunescu, Adrian Cioflâncã, Eduard Cirlan, Bogdan Cotlet, Larisa Crunteanu, Liliana Ghita, Ilinca Harnut, Rares Hontzu, Ilinca Manolache, Gheorghe Mezei, Sofia Nicolaescu, Mihai Niculescu, Serban Pavlu, Dumitru Raducu, Gabriel Spahiu, Andrea Tokai, Luca Tudor


Roumanie, Allemagne, Bulgarie, France, République tchèque – 2018.
Durée : 120 min
Sortie en salles (France) : 20 février 2019
Sortie France du DVD : 4 février 2020
Format : 1,85 – Couleur
Langue : roumain - Sous-titres : français.
Éditeur : JHR Films

Bonus :

  • The Dead Nation (documentaire de Radu Jude – 83′)
  • Cele doua executii ale Maresalului (court-métrage de Radu Jude – 9′)
  • Livret de 12 pages
  • Bande-annonce

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.