Délocalisation et nouvelle génération d’ouvriers politisés en Chine

Dans ce documentaire réalisé il y a plus de sept ans, le constat était porté sur la conscience de leurs droits de la part d’une nouvelle génération d’ouvriers en Chine, au Cambodge et au Bangladesh.

Au sujet de l'édition DVD : Asie, le réveil ouvrier de Michaël Sztanke

Sous la forme d’un reportage de 52 min réalisé pour la télévision Asie, le réveil ouvrier débute son voyage en Chine pour rendre compte des revendications de quelques ouvriers avant de se rendre au Cambodge et au Bangladesh ou de nombreux entrepreneurs chinois ont choisi de délocaliser leurs usines afin d’exploiter une main d’œuvre payée à un salaire des plus misérables. Le reportage multiplie les témoignages avec des ouvriers et ouvrières subissant des conditions de travail qui les contraint à en devenir esclave, leur salaire ne leur permettant qu’à peine à payer leur logement et leur alimentation quotidienne. Le sujet est hélas survolé sans jamais chercher à enquêter davantage sur les conditions de chaque personne en mettant en valeur par exemple les différents liens d’interdépendance entre les entreprises et les autorités locales.

Le livret qui accompagne l’édition DVD du film, qui comprend le témoignage de Han Dongfang, à l’initiative de l’organisation « China Labour Bulletin » qui vise à défendre juridiquement les droits des ouvriers en Chine, est plus riche d’informations malgré seulement 8 pages. Car au final, ce reportage se contente de confirmer ce qui était énoncé en préambule : une nouvelle génération d’ouvriers qui s’organise à l’heure d’Internet est prête à défendre ses droits tandis que les patrons chinois d’entreprises lucratives poursuivent sans complexe leur délocalisation au Cambodge et au Bangladesh.

 

 

dvd-asie-le-reveil-ouvrier-michael-sztanke
Asie, le réveil ouvrier
de Michaël Sztanke
France – 2013.
Durée : 52 min
Sortie France du DVD : 27 janvier 2014
Format : 1,78 – Couleur
Langues : chinois, français - Sous-titres : français.
Éditeur : Doriane Films


Bonus :
un livret de 8 pages proposant un extrait du livre « Han Dongfang, mon combat pour les ouvriers chinois », coécrit par Han Dongfang et Michaël Szantke

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.