James Coburn en James Bond prédateur décomplexé

L’agent indestructible et tombeur de toutes les dames Derek Flint est appelé à la rescousse pour faire face à une organisation féministe qui souhaite prendre le pouvoir au niveau mondial.

"F comme Flint" (In Like Flint) de Gordon Douglas © BQHL "F comme Flint" (In Like Flint) de Gordon Douglas © BQHL
Au sujet de l'édition DVD : F comme Flint de Gordon Douglas

Dans cette seconde aventure de l’espion Derek Flint réalisée un an à peine après Notre homme Flint (Our Man Flint, 1966) de Daniel Mann avec James Coburn et Lee J. Cobb dans les rôles principaux, F comme Flint repose pleinement sur le magnétisme de l’acteur principal même s’il ne s’agit pas forcément du meilleur choix de casting : il est facile d’avoir de la sympathie pour James Coburn (acteur fétiche de Sam Peckinpah) qui propose quelques traits singuliers à son personnage mais celui-ci reste un peu brouillon et à la fois ni convainquant dans le registre comique ni dans celui machiste de l’homme d’action séducteur de femmes.

Le projet de ces deux films consiste à réaliser à peu de frais une version surfant sur la vague des succès des premiers films de la saga James Bond, sous le mode notamment de la parodie. Ici, l’enjeu du récit se trouve délibérément à mille lieux des problématiques géopolitiques à prétention plausible avec la réalité du moment. La menace vient ici d’un groupe de femmes disposant d’un certain pouvoir sur la société et cherchant à évincer les hommes pour prendre leur place dans la sphère politique. Cela pourrait être un élément de dérision fustigeant le machisme conséquent propre à James Bond mais au final F comme Flint tient lourdement à souligner que l’ordre du monde repose sur des femmes restant sagement dans l’ombre des hommes. La stratégie de faire une parodie sur la surenchère des défauts de James Bond, notamment son besoin irrépressible d’avoir de nombreuses partenaires trouve ici un paroxysme, du mini harem de Flint dans son appartement à la représentation de toutes ces femmes en bikini autour de lui. Sauf que le scénario ne se sert pas de cette proposition pour la tourner en ironie mais au contraire finit par revendiquer cette représentation du patriarcat du monde archaïque, combattant à peine la menace fasciste d’une prise de pouvoir par l’armée.

L’aventure qui fait se déplacer le héros des USA à Moscou, pour se terminer aux Îles Vierges et surtout, cerise sur le gâteau, en orbite dans l’espace, est là un effet bon marché de singer James Bond sans pour autant que ces déplacements soient justifiés par le scénario. Il reste du film le plaisir de découvrir l’un des multiples avatars de James Bond, que celui soit issu d’Italie, de France, d’Allemagne, des USA ou encore de Turquie ou d’Inde, comme l’explique de manière assez complète le livret qui accompagne cette édition DVD.

 

 

f-comme-flint-dvd
F comme Flint
In Like Flint
de Gordon Douglas
Avec : James Coburn (Derek Flint), Lee J. Cobb (Lloyd C. Cramden), Jean Hale (Lisa Norton / Norma Benson), Andrew Duggan (le président Trent / Sebastien, l'acteur), Anna Lee (Elisabeth), Hanna Landy (Helena), Totty Ames (Simone), Steve Ihnat (le colonel puis général Carter), Thomas Hasson (le lieutenant Avery), Mary Michael (Terry), Diane Bond (Jan), Jacki Ray (Denise), Herb Edelman (le personnage russe), Yvonne Craig (Natasha, la ballerine), Buzz Henry (Austin), Mary Meade French (Hilda), W.P. Lear Jr. (Bill Lear), Dick Dial (le second astronaute séquestré)
USA – 1967.
Durée : 114 min
Sortie en salles (France) : 26 mai 1967
Sortie France du DVD : 28 janvier 2020
Format : 1,85 – Couleur
Langue : anglais - Sous-titres : français.
Éditeur : BQHL Éditions
Bonus :
Un livret

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.