"Boxcar Bertha" un film de Martin Scorsese

Dans les 1930 dans une Amérique en pleine dépression, Bertha s’éprend d’un syndicaliste avec qui elle finit par devenir hors-la-loi dans un contexte social de haine à l’égard des socialistes.

"Boxcar Bertha" de Martin Scorsese © Rimini Éditions "Boxcar Bertha" de Martin Scorsese © Rimini Éditions
Sortie DVD : Boxcar Bertha de Martin Scorsese

Avant de réaliser Mean Streets (1973), Martin Scorsese a répondu à une commande de Roger Corman. La logique en était simple : faire un cocktail de sexe et de violence à une trame qui a fait ses preuves. En l’occurrence, Roger Corman souhaite donner une suite à Bloody Mama (1970) tout en surfant sur le succès de Bonnie and Clyde (1967, Arthur Penn). Ainsi naquit le scénario de Boxcar Bertha inspiré de la pseudo autobiographie du personnage féminin. C’est ainsi l’un des rares films de Martin Scorsese ayant comme personnage principal une femme alors qu’il est bien plus à l’aise avec les univers masculins fermés sur eux-mêmes. Cependant, même si Martin Scorsese s’approprie le film avec des thèmes christiques autour de la rédemption, l’irruption inattendue de la violence surenchérie et un montage haché accélérant la dynamique, le film reste une commande dont il se sort par sa mise en scène avec honnêteté.

La tonalité du film peut surprendre car dans ce climat délétère volontairement antinaturaliste, plane une certaine légèreté, comme si les protagonistes étaient des enfants jouant aux hors-la-loi. Le tout est accompagné d’une ambiance bon enfant sur un air d’harmonica. Les séquences d’extrême violence sont dès lors d’autant plus frappantes que l’on ne s’y attendait pas à la seconde précédente. Martin Scorsese expérimente clairement son sens de la mise en scène, avec notamment une attention toute particulière accordée au montage. Son récit est en effet volontairement saccadé pour découper les scènes d’action dans une sensation de ralenti.

Bientôt avec Mean Streets, Martin Scorsese va enfin devenir le cinéaste que l’on connaît à présent avec un sujet plus personnel et une approche sociologique plus poussée. Avec Boxcar Bertha, il signe un film d’époque sur la dépression dans le cadre assumé d’un film de genre mais sans contenu politique à proprement parler puisque les thèmes de la haine des « bolcheviks » et des Noirs comme des gens du Nord ne sont qu’un contexte narratif. La violence subie par les laissés-pour-compte du modèle américain a dû cependant intéresser Martin Scorsese. Les scènes d’action sont ici les moins crédibles et clairement Scorsese est encore un débutant en la matière. Mais en référence avec toute sa filmographie ultérieure, Boxcar Bertha témoigne d’un cinéaste en gestation.

 

 

thumbnail
Boxcar Bertha
de Martin Scorsese
Avec : Barbara Hershey ("Boxcar" Bertha Thompson), David Carradine ("Big" Bill Shelly), Barry Primus (Rake Brown), Bernie Casey (Von Morton), John Carradine (H. Buckram Sartoris), Victor Argo (McIver n°1), David Osterhout (McIver n°2), Grahame Pratt (Emeric Pressburger), "Chicken" Holleman (M. Powell), Harry Northup (Harvey Hall), Ann Morell (Tillie Parr), Marianne Dole (Mme Mailler), Joe Reynolds (Joe Cox)
USA, 1972.
Durée : 85 min
Sortie en salles (France) : 4 octobre 1973
Sortie France du DVD : 17 février 2021
Format : 1,85 – Couleur
Langues : anglais, français - Sous-titres : français.
Éditeur : Rimini Éditions

Bonus :
Interview de Alexis Trosset, journaliste cinéma (26’)
Boxing Bertha par Julie Corman (2020, 7 »)
Bande-annonce (2’31”, VO)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.