L’accroissement des inégalités sociales : une fatalité ?

Après le succès de l’édition du livre de l’économiste Thomas Piketty sur l’accroissement des inégalités dues au capitalisme, le réalisateur Justin Pemberton propose ici une adaptation documentaire.

" Le Capital au XXe siècle" de Justin Pemberton © Diaphana " Le Capital au XXe siècle" de Justin Pemberton © Diaphana
Sortie DVD : Le Capital au XXe siècle de Justin Pemberton

Ce n’est pas le premier documentaire au cinéma à rendre compte de la violence de l’économie mondialisée imposée par l’idéologie économique et sociale du capitalisme, mais cette fois-ci le scénario qui fait l’architecture principale du documentaire est portée par l’économiste français Thomas Piketty, dont le livre Le Capital au XXe siècle paru en 2013, fut un succès de vente non seulement en France, mais aussi aux USA et globalement dans le monde avec plus de 2,5 millions d’exemplaires vendus, fin 2017, selon une information issue d’un article du journal Le Monde, dans son supplément économie et entreprise du 15 décembre 2017. L’ouvrage et ses thèses furent bien établis et accueillis, sa rédaction venant après la crise bancaire de la bulle immobilière de 2008, qui a donné une nouvelle attention aux analyses des économistes alternatifs, à l’instar notamment de Joseph Stiglitz qui apparaît d’ailleurs dans le film de Justin Pemberton aux côtés d’autres experts. L’enjeu est ici de créer une « université populaire » concise sous le format classique d’un documentaire de 99 minutes, en plaçant au centre de la narration les analyses de Thomas Piketty comme narrateur principal, associé à des économistes et universitaires issus des USA, du Royaume-Uni, de France et de Nouvelle-Zélande (pays d’origine du réalisateur) pour offrir une leçon élargie d’économie autour de l’accroissement de l’inégalité au fil des siècles.
Suivant l’ordre original du livre, le documentaire commence avec le constat de l’effondrement de l’URSS entraînant au début des années 1990 un capitalisme triomphant décomplexé, au sens d’entreprise d’une violence sans commune mesure, où la valeur travail va disparaître comme la place de l’humain au cœur de l’organisation sociale au profit de la création infinie de richesse selon la liturgie de la croissance infinie.
Le documentaire plonge immédiatement après quelques siècles plus tôt pour comprendre, notamment avec l’Ancien Régime en France à la veille de 1789, comment les inégalités sociales ont débouché sur le désir d’un autre ordre social. Or, les époques se succèdent et les décisions politiques aboutissent à une gestion différente des inégalités sociales sans jamais remettre en cause la légitimité de leur existence comme organisation de tout un pays. Autour de films d’archives et de fiction, le spectateur est amené à parcourir plus particulièrement le XXe siècle, avec notamment des vues aériennes et globalisées rappelant Koyaanisqatsi de Godfrey Reggio pour le meilleur, avec l’esprit expérimental et le souffle vital du monde en moins, et l’esthétique photographique « vue de haut » propre à Yann Arthus-Bertrand pour le pire. Ce choix de mise en scène visant à illustrer les propos des économistes avec des images des quatre coins du monde avec un point de vue qui se veut impersonnel, s’inscrit dans une démonstration assumée de la pop-culture du réalisateur sans pour autant témoigner de créativité dans le positionnement de ces images.
Il en résulte un film fort intéressant par ses idées qui se veulent ouvertes au plus grand nombre, mais qui n’apprendra rien à celles et ceux déjà sensibilisé-e-s aux inégalités sociales dans le monde actuel. Le propos d’ailleurs se veut assez conciliant, ne remettant pas en cause le système capitaliste lui-même et n’évoquant à aucun moment le contre-modèle de la décroissance, notamment. Au moins le film confirme qu’un modèle économique dominant est responsable de l’élargissement monstrueux de l’accroissement des inégalités sociales qui s’est encore plus aggravé en cette année 2020 avec la pandémie mondiale et la précarisation de tout un pan de la société qui n’est toujours pas la priorité des divers gouvernements actuels. Le film ayant eu comme date de sortie en salles en France le 18 mars 2020, autrement dit quelques jours à peine avant la fermeture des salles de cinéma comme espace public, les échanges qu’il aurait pu nourrir entre les spectateurs citoyens n’ont pas été possibles et cette édition DVD pourra dès lors combler cette diffusion sacrifiée.

 

 

le-capital-au-xxie-siecle-dvd
Le Capital au XXe siècle
de Justin Pemberton

France, Nouvelle-Zélande, 2019.
Durée : 99 min
Sortie en salles (France) : 18 mars 2020
Sortie France du DVD : 6 octobre 2020
Format : 2,35 – Couleur
Langues : anglais, français - Sous-titres : français.
Éditeur : Diaphana

Bonus :
Débat avec Thomas Piketty et Lucas Chancel, co-directeur du World Inequality Lab (36’)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.