Les grands médias français cyniquement aveugles

Dans ce premier volet d’une série de réflexion sur le monde politique d’aujourd’hui et notamment des réelles alternatives offertes par la gauche, Pierre Carles continue à s’intéresser aux médias français et de leur absence de volonté de s’intéresser à la politique de refus de la dette de la présidence de Correa en Équateur.

"Opération Correa. Épisode 1 : Les Ânes ont soif" de Pierre Carles © C-P Productions "Opération Correa. Épisode 1 : Les Ânes ont soif" de Pierre Carles © C-P Productions
Au sujet de l’édition DVD : Opération Correa. Épisode 1 : Les Ânes ont soif de Pierre Carles

Depuis vingt ans déjà, un homme s’est dédié à la critique sans concession des médias français : son nom est Pierre Carles. Cette analyse critique passe par des documentaires qui mêlent investigation, portrait de grandes figures médiatiques, sens de l’humour corrosif à l’égard d’un milieu cynique. Le cinéma de Pierre Carles appelle à un regard distancié face aux grands médias dominants, où les voix dissidentes se font rares. À ce titre, le nouveau documentaire de Pierre Carles poursuit le débat lancé comme un pavé dans la mare par Les Nouveaux chiens de garde de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat (2012). Pierre Carles focalise ici son attention sur l’impossibilité de la plupart des médias à sortir d’une commune voix en ce qui concerne l’analyse économique, politique et sociale de la dette. Ceci est d’autant plus dommageable que c’est bien au nom de la prétendue « nécessité et obligation » pour les États de rembourser la dette que s’organise aujourd’hui l’ensemble de la vie politique actuelle, en France comme ailleurs. Il y a pourtant de véritables alternatives et avec l’arrivée de Syriza à la tête de la Grèce en 2015, difficile pour les grands médias français d’oublier cette réalité européenne. Or, la remise en cause de la dette par le gouvernement grec se base sur une expérience hors du commun débutée il y a quelques années en Équateur avec l’arrivée à la présidence de Rafael Correa. En novembre 2013, le chef d’État équatorien faisait une visite officielle en France, reçu par le président Hollande. Or, cette visite a été complètement passée sous silence par la plupart des médias en France. C’est à partir de ce constat que Pierre Carles mène son enquête, allant à la rencontre des grandes figures du journalisme, faisant face à de brutales fins de non recevoir à l’instar d’un Yves Calvi. La démarche pourrait rappeler un Michael Moore, la subtilité de l’analyse en plus. L’énergie d’une volonté dominée par l’envie d’une information diversifiée pour tous est omniprésente dans ce documentaire. De l’aveu même des journalistes et éditorialistes interrogés, Ivan Levaï en tête, il n’y a pas de place dans les informations quotidiennes pour l’analyse détaillée de l’actualité du monde à laquelle se prête, par exemple, Le Monde diplomatique. Ainsi, ce journal est totalement absent des revues de presse sur les grandes ondes qui se veulent pourtant diversifiées, sans distinction idéologique et partisane. Avec condescendance et un certain mépris pour son public, l’ex animateur responsable d’une revue de presse quotidienne sur France Inter, Ivan Levaï, explique que « l’on ne saurait faire boire un âne qui n'a pas soif », autrement dit, le public ne saurait s’intéresser à certains sujets de l’actualité : inutile dès lors de lui en parler !

Ainsi, les médias participent à une vision univoque de l’état du monde dominé par la crise et la nécessité de rembourser la Dette, d’accepter les licenciements massifs pour relancer l’économie, etc. Le sujet d’Opération Correa n’étant pas la dette en tant que telle même si elle est toujours en toile de fond de l’analyse critique des médias, le documentaire On a mal à la dette qui accompagne en bonus cette édition DVD, est donc le bienvenu, devenant une bonne introduction, explicative et non dépourvue d’humour (car il en faut pour faire face aux enjeux souvent cyniques de certains économistes et milieux financiers) de ce que signifie cette dette dont on parle beaucoup sans jamais chercher à la comprendre de fait.

Pierre Carles, comme à son accoutumée, s’empare de son sujet avec conviction et ténacité, réussissant à accéder à des aveux de la part des responsables médiatiques qui sont souvent peu enclins à le faire et offre une véritable bouffée d’air dans le Paysage Audiovisuel Français.

 

 

oc1-jaquetteafficheweb-2-715x1024
Opération Correa. Épisode 1 : Les Ânes ont soif
de Pierre Carles
Avec la participation plus ou moins volontaire de Christophe Barbier, Agnès Bonfillon, Yves Calvi, Frédéric Haziza, Christophe Hondelatte, Thomas Legrand, Ivan Levaï, Elisabeth Quin, Frédéric Taddeï et Alban Ventura et les interventions de Patrick Bèle, Maurice Lemoine, Mylène Sauloy

France – 2015.
Durée : 54 min
Sortie en salles (France) : 15 avril 2015
Sortie France du DVD : 23 octobre 2017
Format : 1,78 – Couleur
Langue : français - Sous-titres : anglais, espagnol, grec.
Éditeur : C-P Productions


Bonus :
On a mal à la dette  de Pierre Carles (2015, 30’)
un livret de 16 pages

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.