Portrait de Strindberg par un libre filmeur

La vie d’August Strindberg, son époque, ses unions maritales, son œuvre, ses conflits intérieurs, les débats qu’il a suscité dans la société, sa solitude, son enfance, sa vieillesse, sa mort.

 

"Le Libre penseur" de Peter Watkins © Doriane "Le Libre penseur" de Peter Watkins © Doriane

À propos de l'édition DVD : Le Libre penseur de Peter Watkins

Tout commença dans les années 1970 avec une commande adressée au cinéaste critique des médias Peter Watkins par l'Institut Suédois du Cinéma et la télévision suédoise en vue de la réalisation d’un film sur l’une des plus grandes figures littéraires suédoises qui a énormément inspiré Ingmar Bergman : August Strindberg. Faute de financement, le projet a été annulé mais pas abandonné puisque le cinéaste l’a repris moins de deux décennies plus tard, dans le cadre d’un projet pédagogique où de nombreux lycéens ont participé à toutes les étapes de la réalisation. À l’heure où Pablo Larraín signe un antibiopic saisissant d’une figure monumentale de la littérature chilienne et mondiale dans son film Neruda, Peter Watkins développait deux décennies plus tôt une saine distance critique vis-à-vis de ce genre cinématographique promis à une effervescente production. Le cinéaste qui avait déjà proposé une version de biopic avec Edward Munch (1974), poursuit ici ses recherches en expérimentant différentes formes d’énonciation qui sont autant d’invitations faites au spectateur du film diffusé qu’aux spectateurs et divers acteurs même du film durant son tournage. Chacun est ainsi en mesure de penser l’œuvre de Strindberg à travers l’évocation de sa vie, présentée par fragments non chronologiques, telle une spirale qui prend des grands moments de vie d’un homme en les associant plus par thèmes que par époque. La vie et l’œuvre de l’écrivain est confrontée pour éclairer ce que d’aucuns, hier comme aujourd’hui encore, interpréteront comme misogynes. Or ce n’est pas seulement Strindberg qui est ici évoqué par Watkins mais aussi toute son époque avec toutes les hypocrisies d’une société suédoise en pleine industrialisation, où de nouvelles normes bourgeoises étaient en train de se cristalliser. La réflexion critique des médias de masse actuels ne peut pas faire l’impasse du temps : on ne s’étonnera pas dès lors de la dimension de film fleuve que prend la réalisation de Peter Watkins avec ses 270 minutes d’exploration ininterrompue d’un homme, de son œuvre et de son époque, où se reflète le portrait de notre époque actuelle. La voix de Strindberg est ici incarnée par la mise en scène même d’un cinéaste hors du commun à découvrir hors des sentiers de la « monoforme » de l’emprise néolibérale médiatique.

 

lelibrepenseur

Le Libre penseur
Fritänkaren
de Peter Watkins
Avec : Yasmine Garbi (Harriet Bosse), Anders Mattsson (August Strindberg), Lena Settervall (Siri von Essen)
Suède – 1994.
Durée : 270 min
Sortie en salles (France) : inédit
Sortie France du DVD : 24 novembre 2008
Format : 1,33 – Couleur
Langue : suédois - Sous-titres : français.
Éditeur : Doriane Films

lien vers le site de l’éditeur

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.