On a assassiné le quatrième pouvoir en France

La présidence socialiste de Mitterrand dans les années 1980 vivait un grand moment de triomphe capitalistique droitière lorsque la première chaîne de télévision nationale a été vendue au grand patron du bâtiment à l’ambition médiatique insatiable : Bouygues.

"Fin de concession" de Pierre Carles © C-P Productions "Fin de concession" de Pierre Carles © C-P Productions
Au sujet de l’édition DVD : Fin de concession de Pierre Carles

Il y a dix ans, Pierre Carles faisait une synthèse de son parcours de journaliste critique acéré des médias dominants tout en réinterrogeant les formes possibles de la lutte au moment où lui-même pouvait devenir un maillon périphérique d’une chaîne médiatique tournant sans remise en cause. Revenir sur ses origines permet à la fois de montrer les impertinences qu’il a offert à la télévision et notamment sur la toute jeune TF1 dans une émission de Dechavanne, à la dénonciation de la fausse interview de PPDA de Fidel Castro à ses nombreuses interviews de personnalités journalistiques dont il déjoua les mensonges dans ses films Pas vu pas pris (1998) et Enfin pris ? (2002). Se retrouver au centre de son récit en utilisant d’ailleurs un personnage fictif dénommé Carlos Pedro lui permet un exercice autocritique de sa propre démarche au fil des années : tous ses films ont ainsi l’avantage de l’honnêteté intellectuelle de montrer l’exercice de la réflexion à l’œuvre avec ses failles, ses incertitudes et son endurance malgré tout.

Pierre Carles décide ici de se concentrer sur une question clé : la privatisation de TF1 et comment la concession prévue initialement sur dix ans avec vérification du respect du cahier des charges au bout de ce délai, n’a jamais été remise en cause par le pouvoir en place, à gauche comme à droite, ni même par la conscience des journalistes qui avaient là entre leurs mains un beau sujet d’abus de pouvoir de la part de l’entreprise Bouygues qui a depuis étendu son empire médiatique avec Bouygues Telecom. La fameuse épée de Damoclès du ministre Philippe Léotard qui devait permettre à l’État de vérifier le contenu ambitieux des programmes de la chaîne s’est révélée être une parfaite fumisterie de plus témoignant de la connivence étroite entre politiques et journalistes. Et qui de mieux alors pour défendre les intérêts de TF1 dans les années 1990 que le jeune homme politique Nicolas Sarkozy invité sur le plateau télévisé, lui qui fut l’avocat de Bouygues quelques années plus tôt ? S’interroger sur la concession jamais remise en cause de la chaîne de télévision au groupe Bouygues devient alors un moyen de mener une réflexion plus large sur la réalité actuelle où le journalisme en France à travers ses grands médias est à mille lieues de pouvoir jouer le quatrième pouvoir dont toute démocratie a besoin pour maintenir une santé fiable et durable.

 

 

fdc-jaquette-boutique
Fin de concession
de Pierre Carles

France – 2016.
Durée : 128 min
Sortie en salles (France) : 27 octobre 2010
Sortie France du DVD : 23 mai 2011
Couleur
Langue : français- Sous-titres : anglais, espagnol.
Éditeur : C-P Productions
Bonus :
Livret 16 pages : Le cinéma de Pierre Carles de A à Z, par Philippe Person et Lefred Thouron

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.