Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2073 Billets

5 Éditions

Billet de blog 30 nov. 2021

"Calibre 32" (Killer calibro 32) d’Alfonso Brescia

Silver, un chasseur de prime distingué, a pour mission de retrouver et d’éliminer chaque membre d’un groupe qui a braqué une diligence qui contenait les fonds d’une banque.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sortie du combo Blu-ray/DVD : Calibre 32 d’Alfonso Brescia

Un western italien qui aurait tout du film mineur se révèle brillamment construit. Tout d’abord, le personnage principal du chasseur de prime qui tient à ce qu’on l’appelle Monsieur et se considère comme un gentilhomme est une belle originalité, qui continue à se construire tout au long du film avec un humour discret autour du leitmotiv de l’évocation de sa grand-mère et une intelligence hors du commun qui lui permet d’anticiper les mauvais coups de ses ennemis qui en veulent à sa vie. Peter Lee Lawrence joue avec délectation ce rôle avec une véritable rigueur du début à la fin, en homme condamné à la solitude, imperturbable dans ses choix.

"Calibre 32" (Killer calibro 32) d’Alfonso Brescia © Artus Films

Le scénario est l’autre point fort du film sur cette histoire d’enquête policière qui va de révélations en révélations tout au long du récit, en laissant peu à peu tomber les masques desdits assassins et braqueurs de banque. Le spectateur emmené dans cette dynamique ne s’ennuie aucunement, ce qui laisse largement oublier l’aspect statique du cadre géographique puisque le personnage principal ne quitte au final jamais la ville où il a été contractualisé.

Les décors et les costumes sont également choisis avec soin, tout comme la galerie d’acteurs secondaires qui représentent en outre les différentes figures à abattre. Le film s’inscrit pleinement dans le sillon leonien du western où le héros est un personnage vénal sans scrupule, mais dont le code moral, l’humour et l’intelligence finissent par emporter la sympathie du public, d’autant plus qu’il ne cesse de défendre les opprimés, même si cela est réalisé contre monnaies sonnantes et trébuchantes.

Calibre 32
Killer calibro 32
d’Alfonso Brescia
Avec : Peter Lee Lawrence (Silver), Agnès Spaak (Beth), Hélène Chanel (Doll), Andrea Bosic (Averell), Mirko Ellis (Sheriff Bear), John Bartha (Parker), Silvio Bagolini (le vieil homme), Michael Bolt (Carruthers), Alberto Dell'Acqua (Spot Averell), Massimo Righi (Jud), Nello Pazzafini (Fitch)
Italie, 1967.
Durée : 90 min
Sortie en salles (France) : 24 avril 1968
Sortie France du combo Blu-ray/DVD : 16 novembre 2021
Format : 2,35 – Couleur
Langues : italien, français - Sous-titres : français.
Éditeur : Artus Films

Bonus :
Présentation du film par Curd Ridel (25 min)
Diaporama d’affiches et photos
Bande-annonce originale

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot