Cedric Limani
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 juil. 2015

Changement climatique: L’Union Européenne « ne peut pas échouer »

Cedric Limani
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’Union européenne se prépare pour la 21ème conférence sur les changements climatiques qui aura lieu en fin d’année à Paris. Cette conférence devra déboucher sur des mesures limitant le réchauffement climatique et ainsi éviter des effets irréversibles sur l’environnement.

Afin de préparer la très importante 21ème Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015 – COP21/CMP11 – qui aura lieu à Paris du 30 novembre au 11 décembre, les ministres de l’Environnement de l’UE se sont retrouvés les 22 et 23 juillet 2015 à Luxembourg.

Cette réunion informelle offrait l’occasion de faire l’état des lieux des négociations climatiques en vue d’un accord de Paris ambitieux. Comme l’indique la ministre de l’environnement luxembourgeoise, Carole Dieschbourg, qui préside actuellement le Conseil Environnement: « Le temps est compté jusqu’à Paris. »

Les ministres ont discuté des prochaines étapes en vue d’accélérer les négociations et de trouver des positions convergentes avec d’autres pays. Ils adopteront des conclusions lors du Conseil Environnement du 18 septembre 2015.

Un processus de négociation « assez lent »

« Des points de convergence commencent à émerger sur plusieurs sujets, par exemple en matière d’adaptation aux effets du changement climatique, une question particulièrement importante pour les pays en voie de développement », a expliqué Carole Dieschbourg.

Le commissaire européen chargé de l’Action pour le climat et de l’énergie, Miguel Arias Cañete, précise que « si le progrès des négociations est assez lent au niveau technique, il y a une volonté politique croissante d’arriver à un accord à Paris ». « Nous ne pouvons pas échouer », a-t-il insisté.

Les réunions s’enchaînent et doivent déboucher sur une position commune de l’Union Européenne à la COP21, la Conférence de Paris, en fin d’année.

Eviter des effets irréversibles sur l’environnement

Pour rappel, dans ses conclusions en octobre 2014, le conseil européen avait adopté un objectif contraignant de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans l’UE d’au moins 40 % d’ici 2030.

La part des énergies renouvelables dans la consommation énergétique et l’amélioration de l’efficacité énergétique doivent, tous les deux, atteindre au moins 27% à l’horizon 2030 au niveau de l’UE. Autant de mesures qui consolident l’Union Européenne dans sa place de leader quant à la lutte contre le réchauffement climatique.

Notons qu’une augmentation de la température globale de plus de 2 degrés entraînera des effets irréversibles sur l’environnement. Pour ne pas dépasser ce chiffre fatidique, le GIEC – Groupe intergouvernemental des experts sur l’évolution du climat – indique qu’il faudra réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre de 40% à 70% en 2050 et atteindre des niveaux proches de zéro en 2100. (Lire le résumé du dernier rapport du GIEC)

Les objectifs européens se rapprochent donc des recommandations émises par le GIEC mais devront très certainement être amplifiés et soutenus.

L’inaction coûterait 5 à 20% du PIB

D’autant plus que le coût de l’inaction est énorme et pourrait être à la base d’une baisse annuelle du produit intérieur brut (PIB) mondial de l’ordre de 5 à 20 %, voire plus, sans politique de réduction des gaz à effet de serre (selon les prévisions du rapport Stern).

Alors qu’une analyse de la Commission européenne montre que les investissements nécessaires pour obtenir une économie faible en carbone représenteraient environ 0,5 % du PIB mondial.

L’Union Européenne reste l’acteur le plus ambitieux dans la lutte contre le réchauffement climatique. Reste à espérer que cette politique volontariste se concrétisera lors de la COP 21 de cette fin d’année et qu’elle entraînera une dynamique positive pour tous les acteurs.

(post initiallement publié sur mon blog www.cedriclimani.com)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B