Total Gabon (suite) : Fabrice Brouard, un DRH raciste et susceptible

Reprenant une partie des informations publiées dans une de nos précédentes parutions à propos du racisme et de la négrophobie dont sont victimes les salariés gabonais de Total Gabon, le média en ligne « gabon média time » a joint la cellule communication de l’entreprise pétrolière.

Sans surprise, ces professionnels de la langue de bois ont répondu : « Les allégations sont entièrement fausses bien entendu, la méthode est totalement inacceptable et l’entreprise promeut le dialogue dans le respect et la transparence ». Pour très convaincantes qu’elles puissent être, ces circonvolutions sémantiques de la division communication de Total nous ont surtout rappelé les ridicules dénégations de l’Eglise catholique qui, pendant longtemps, a refusé de reconnaître les viols et autres actes de pédophilie dont se rendaient coupables de nombreux curés à travers le monde. Ce n’est donc pas étonnant que l’entreprise française fasse dans le déni. Une manière, disent certains, non seulement de protéger les Français, mais aussi de pérenniser le racisme. Sinon, comment comprendre qu’en 2020, le racisme anti gabonais par certains travailleurs immigrés français ait toujours cours au sein de la société ? Et ce racisme, on le sait, s’exerce de différentes façons. Soit de manière insidieuse par un chantage permanent à l’emploi et/ou à la promotion, soit brutalement par des attitudes vexatoires et des mots blessants.

Dans ce registre, le DRH Fabrice Brouard, alias « M. je sais tout », a des années d’avance sur ses compatriotes. Heureusement pour lui d’ailleurs, car le bonhomme est tellement susceptible qu’il aurait pu ne pas s’en remettre.

Le très susceptible DRH de Total Gabon Le très susceptible DRH de Total Gabon

Susceptible, Fabrice Brouard l’est, effectivement. La preuve, il n’a pas du tout apprécié que nous dénoncions dans notre dernière publication ses petits et grands travers. Aussi, il aurait décidé de saisir la 17è Chambre correctionnelle du tribunal de Paris pour nous assigner. Chiche !

Nul doute qu’il le fera après un passage à la Tour Total de la Défense où il négocie la prolongation de son contrat. Une véritable absurdité, du reste, car Fabrice Brouard aurait pu tout simplement rentrer en France, plus précisément à St-Malo où son épouse Fabienne Heulluy et lui viennent d’acquérir une coquette résidence.

Image trompeuse, le couple va devoir vivre séparé pendant de longues périodes Image trompeuse, le couple va devoir vivre séparé pendant de longues périodes

Mais il préfère laisser sa femme et leurs deux enfants se débrouiller sans lui, partageant leur existence entre Paris (où la fille va étudier) et la Bretagne. Pendant que lui, l’indispensable DRH, continuera, aussi longtemps que possible, sa mission civilisatrice au Gabon. Pour le plus grand malheur des indigènes employés par la multinationale française !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.