« Curieuse disparition » de 353 conteneurs : des têtes vont tomber !

« Le 30 avril 2019, suite à la saisine du magistrat instructeur en charge de l’affaire, le Ministère public, avec ledit magistrat s’est transporté sur les lieux, notamment sur le site 3C Transit où, y étant, il a été constaté que 353 containers de bois frauduleux pourtant placés sous mains de justice avaient curieusement disparu. »

Ces propos du procureur de la République de Libreville, rapportés par le quotidien gabonais L’Union dans son édition du 8 mai dernier, donne une idée du niveau de corruption au pays des Bongo.  Dans sa relation des faits, le procureur  Olivier Nzaou a précisé que « Les agents de eaux et Forêts requis par le Ministère public pour mener les investigations avaient été curieusement rappelés par leur hiérarchie, entravant ainsi le bon déroulement de l’enquête ».

Au ministère des Eaux et Forêts, la « hiérarchie » c’est le ministre d’Etat Guy-Bertrand Mapangou et son ministre délégué Franck Nguema. Il va sans dire que l’un des deux, au moins, va devoir rendre des comptes. Ce qui, selon nos informations, ne saurait tarder. Certaines sources spéculent même sur une « imminente interpellation du ministre ». Avec, à la clé, un léger remaniement gouvernemental. Et si tout ceci n’était finalement qu’enfumage et poudre aux yeux ? Car si l’on veut vraiment  régler le problème de la corruption endémique au Gabon, il faudrait alors envoyer tout le gouvernement en prison et ce, après avoir procédé à un nettoyage en profondeur de la présidence de la République.

Guy-Bertrand Mapangou aura besoin de la puissance de ses fétiches pour ne pas aller en prison Guy-Bertrand Mapangou aura besoin de la puissance de ses fétiches pour ne pas aller en prison

Pour  éteindre la polémique sur ce scandale portant sur la disparition de près de 5000 m3 de bois pour une valeur marchande de plus de 100 milliards de francs, le régime gabonais va certainement sacrifier  Guy-Bertrand Mapangou ou Franck Nguema. Ou même tout simplement les deux. D’ores et déjà, l’un et l’autre seraient bien inspirés de s’exercer à la lecture de la Bible. Laquelle, dans Psaumes 125v3, rappelle fort à propos : « Un gouvernement indigne ne pourra pas se maintenir sur la patrie des fidèles ; autrement ceux-ci seraient tentés de prendre part au mal. ».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.