A quoi sert la franc-maçonnerie au Gabon ?

A quoi peuvent penser les Francs-maçons gabonais et africains, en apprenant dans les médias que plusieurs jeunes collégiens sont morts par noyade à Libreville, dans des conditions suspectes, sans éveiller la moindre compassion des dirigeants du pays ? Des dirigeants qui, soit dit en passant, sont tous passés sous le bandeau…

Que pensent les francs-maçons gabonais et africains, en apprenant toujours par les médias, la régularité des tueries et mutilations opérées sur de pauvres innocents par des individus à la solde de l’élite politique du pays ? Une élite politique constituée en grande partie de Maçons haut gradés…Les feux de la Première Respectable Loge dans le sous continent noir francophone sont allumés en 1781 à Saint-Louis (Sénégal).En 1922, Blaise Diagne en est le premier membre noir.Dès 1938, Félix Eboué, franc-maçon, est affecté en Afrique Centrale. Il en est nommé Gouverneur Général en 1940. Sur une stèle à sa mémoire, nous trouvons cette phrase d’André Malraux : « Les yeux de l’homme qui repose ici, n’ont jamais reflété que les traits du Courage et de la Liberté ».Alors qu’en Europe et aux Etats-Unis, les francs-maçons ont aidé à l’avènement de l’Etat de Droit en instaurant dans les Constitutions, les principes de Liberté, d’Egalité et de Fraternité, chez nous, en Afrique, où les Présidents sont presque tous des Grands Maîtres ou des Vénérables Maîtres, la cruauté a atteint des sommets inimaginables. Depuis des décennies, la société civile engagée dénonce la misère, les massacres des innocents, l’incurie des dirigeants, l’inhumain que subissent les populations et qui ne peut plus perdurer. Elle stigmatise l’enracinement au pouvoir de Présidents dont le seul mérite est la maltraitance des populations civiles. Du côté des francs-maçons, c’est le silence absolu. Tout au plus, ils essaient parfois de se donner bonne conscience en organisant  de temps en temps des ateliers dans tous les Orients du continent.Voilà des hommes, qui disent, à ceux qui veulent les entendre, qu’ils ont reçu la Lumière. Ils affirment que dans les Respectables Loges, la démocratie règne. Ils trouvent que les vertus de ce système qu’est la démocratie, sont ce qu’il y a de mieux. Voilà donc des îlots qui dans chaque pays africain se réclament des anciens Bâtisseurs de Cathédrales en louant leurs apports dans la construction de l’Occident.La Démocratie, oui, mais uniquement… en Loge, et encore. Nullement ailleurs, car ailleurs, ils s’en vont soutenir à coups de millions et de promotions professionnelles, des criminels, des destructeurs. Ces Présidents de la République, Grands Maîtres, sont tout l’opposé du Bâtisseur de Cathédrales. La preuve se trouve dans la misère qui sévit dans tous les pays africains, dont le niveau de destruction est proportionnel au temps mis au pouvoir par le Président. En revanche, le niveau de richesses amassées par ce dernier est inversement proportionnel au niveau de délabrement du pays qu’il dirige. On juge un arbre par ses fruits. Cela devrait aller sans le dire, mais cela vaut encore mieux en le disant. Les francs-maçons ne sont nullement ces spectateurs se réfugiant dans une quelconque contemplation intérieure et faisant fi de tout ce qui se passe autour d’eux. Les francs-maçons, hommes parmi les Hommes, ont toujours et de tout temps été des spectateurs engagés. Ils ont toujours été impliqués positivement dans la formidable histoire de la création. De tout temps, les francs-maçons se sont assignés ce grand combat pour le triomphe de la Justice et de la Vérité. Les francs-maçons sont des Initiés qui se lèvent pour dire NON. Ils sont certes tolérants, ce qui ne signifie nullement qu’ils acceptent l’intolérable que constituent les abominables crimes rituels que l’on a totalement banalisés dans des pays comme le  Gabon.La franc-maçonnerie gabonaise, à force de collaboration, de collusion, de confusion d’intérêts avec le régime PDG-Bongo, s’est prostituée au gré des intérêts matériels, remisant l’idéal maçonnique dans quelques cagibis obscurs. Cet idéal qui est résumé en ces trois mots qu’ils scandent dans leurs réunions : Liberté, Egalité, Fraternité. Tant sur le plan institutionnel, social qu’économique. Le Président de la République, Grand Maître, peut donc affamer, tuer des populations innocentes, vider les caisses de l’Etat, déstructurer notre pays, les francs-maçons, porteurs de Lumière se taisent et applaudissent même. Ils consentent, ils participent. L’appartenance aux sphères gouvernementales étant le moyen le plus sûr pour satisfaire, mériter,  protéger un standing social, jouir de toutes les largesses du système en place. Les francs-maçons se laissent alors aller à soutenir le Président de la République, leur Grand Maître ou le Ministre, leur Vénérable Maître. Le cercle vicieux.Il ne suffit pas seulement d’avoir reçu la Lumière. Il faut savoir et oser la répandre. « On n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau », avait dit un grand esprit ayant traversé l’Humanité. Et, voilà des francs-maçons, qui savent que l’aboutissement du progrès de l’Humanité a été la venue de l’Homme nouveau, eux qui savent que : « Plus un ordre viole la nature, l’habitude et la norme et plus l’usage de la violence lui est indispensable  » (Lanza del Vasto), se taisent. La violence, donc, comme unique solution pour survivre au Gabon : telle semble être l’ultime option que nos dirigeants francs-maçons laissent à notre jeunesse. (*) Inspiré d’un texte d’Alexandre DZELA-MPASSY

 

Omar Bongo et Paul Toungui Omar Bongo et Paul Toungui
boa-fm2
collegiens-noyes

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.