Eglise catholique du Gabon : Mgr Basile Mvé se retire dans la honte et le déshonneur

Le 12 mars dernier, le pape François nommait un nouvel archevêque métropolitain de Libreville, en la personne de Mgr Jean-Patrick Iba-Ba. La passation des charges entre l’ancien et le nouvel archevêque s’est passée un mois, jour pour jour, après cette nomination. Mais, ce que le commun des Gabonais ignore c’est que le sortant, Basile Mvé a mis plus de 2 mois pour quitter l’archevêché.

Mgr Basile Mvé Engone, ange ou démon ? Mgr Basile Mvé Engone, ange ou démon ?

Plus grave, il a emporté tout ce qui pouvait servir à son successeur (véhicules, mobilier, etc.). Une grande mesquinerie de sa part quand on sait que lui-même n’avait pas tardé à mettre son prédécesseur, André Fernand Anguilé, à la porte dès sa prise de fonction en avril 1998.

Âgé de 79 ans, Basile Mvé a récemment fêté en catimini et quasiment dans la clandestinité ses 47 ans de sacerdoce. Pour rappel, il a été ordonné prêtre chez les Salésiens de saint Jean Bosco en 1973. C’est donc près d’un demi-siècle, prétendument au service du peuple de Dieu.  Mais pour quel bilan ? Du point de vue de sa mission auprès de l’ensemble de ses prêtres, il est difficile de savoir quelle a été réellement l’impulsion spirituelle laissée comme héritage par lui. En revanche, pour l’abbé Abel (*), un jeune curé de la nouvelle génération de prêtres qui compte en son sein de nombreux contempteurs de l'ancien archevêque émérite de Libreville, les choses sont claires : « Le bilan de Mgr Basile Mvé est négatif à bien des égards. Et s’il a manqué de devenir cardinal, c’est entre autres à cause de son obsession maladive pour l'argent et les biens matériels de ce bas monde ». Abordant le sujet des relations entre l’ancien archevêque et le peuple des fidèles dont il a été en charge pendant près de cinq décennies, l’abbé s’interroge, « combien de fois, s’est-il retrouvé du côté du peuple comme le recommande la Bible ou la Doctrine sociale de l’Eglise ? »

Comme qui dirait, poser la question c’est y répondre : en rappelant par exemple cette période de triste mémoire où des centaines de Gabonais ont été massacrés par le pouvoir en place en août/septembre 2016, sans susciter la moindre compassion pour les victimes ni pour leurs familles de la part de Basile Mvé. Au contraire, l’archevêque des Bongo a poussé le cynisme jusqu’à nier les faits.

Toutefois, son action auprès du régime Bongo/PDG est des plus honorables. Depuis la Conférence nationale de 1990 dont il a présidé les travaux sur recommandation d’Omar Bongo, Basile Mvé s’est toujours montré d’une très grande servilité à l’égard des Bongo. D’abord vis-à-vis d’Omar le père, ensuite d’Ali le fils avant, projetait-il, de boucler cette « satanique trinité » avec le petit-fils Noureddin. Malheureusement pour lui, sa mise au placard par Rome est venue contrarier ses plans.

Comme les Bongo père et fils, Basile Mvé pensait mourir au pouvoir. C’est sans doute pour cela qu’il n’a pas construit un abri qui l’accueillerait à Libreville après sa retraite et ce, malgré tous les milliards qu’il a brassés pendant ses années de gloire. S’agissant de ce qu’il laisse derrière lui, on peut affirmer sans se tromper que Mgr Iba-Ba hérite d’un diocèse en ruine tant du point de vue spirituel que financier. La Vallée Ste Marie a été cédée à des spéculateurs immobiliers tout comme beaucoup d’autres sites appartenant à l’Eglise catholique. Basile Mvé a dilapidé à son unique profit tout le patrimoine de l’église catholique laissé par son prédécesseur. Aujourd’hui l’Archidiocèse se retrouve archi-endetté.

Entre-temps, l’ancien archevêque métropolitain a été recueilli à Essassa, non loin de Libreville, par les religieuses de la congrégation des « Sœurs Clarisse ». Comme un indigent, il est nourri et blanchi. 

Selon nos informations, Basile Mvé aurait demandé à Pascaline Bongo de financer à son profit la restauration de la résidence Mambré, qui se trouve à côté du Séminaire St Jean de Libreville. Rien que pour la réfection du toit, Basile Mvé a présenté un devis de 120 millions de francs CFA. Une pure aberration ! C'est à se demander si le logiciel mental de cet « évêque diabolique » que l'on dit franc-maçon n'est pas resté bloqué aux années 1990, une période au cours de laquelle la fille aînée d’Omar Bongo avait fait bâtir pour lui une superbe villa au quartier Ndamava’a à Oyem, sur un terrain appartenant à…l’église catholique.

Une villa cossue qui côtoie la misère des populations Une villa cossue qui côtoie la misère des populations

Pour la petite histoire, il faut indiquer que c’est en ces lieux qu’a été inhumé son petit-neveu, Sullivan Bongo Ondimba, décédé en septembre 2013.

Comme on fait son lit, on se couche, dit une sagesse populaire. Basile Mvé qui a passé la quasi-totalité de sa carrière à se noyer dans la débauche et le stupre va très vite apprendre à ses dépens que tout se paie ici-bas. Avide de pouvoir, d'argent, de luxure, il a, dès le début de son ministère, tourné le dos au peuple de Dieu. Aurait-il vécu au Moyen Âge qu’il se serait, comme certains prêtres et évêques de l’époque, enrichi en vendant des sacrements…

Selon une religieuse qui dit l’avoir « très bien connu », « Mgr était devenu un danger pour notre Eglise. Il a totalement ruiné le prestige et l’image des serviteurs de Dieu auprès des fidèles ». Sévère, mais néanmoins lucide, ce constat est parfaitement corroboré par une scène ubuesque qui s’est déroulée en septembre 2011. Le 26, très précisément. Ce jour-là, des paroissiens avaient envahi le parvis de la cathédrale Ste Marie pour exprimer bruyamment leur mécontentement à Basile Mvé. Ce dernier était accusé, entre autres, de « procéder à des affectations fantaisistes et discriminatoires de certains curés ». La fronde, menée par des proches de l’abbé Alexis Owanwiri était, en réalité, l’expression d’une série de griefs accumulés depuis plusieurs années. Bongoïste acharné, le retraité maltraité Basile Mvé  est sans nul doute en train de réaliser que lorsque l’on fréquente les diables, il ne faut pas s’étonner de se réveiller en Enfer.

(*) Le nom a été modifié

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.