Séjour de Bongo Junior dans le Haut-Ogooué : réaction déplacée des Valentin/Dabany

Les trois jours (du 16 au 19 mars) que Bongo Junior a passés dans le Haut-Ogooué ont manifestement réveillé chez Patience Dabany et sa belle-fille fille Sylvia Valentin des peurs irrationnelles. L’idée de perdre le pouvoir et la perspective de devoir rendre des comptes aux Gabonais font notamment partie de ces peurs.

Patience Dabany poursuit Edith-Lucie Bongo de sa rancœur Patience Dabany poursuit Edith-Lucie Bongo de sa rancœur

D’où cette réaction grégaire et totalement déplacée du clan Dabany/Valentin – qui nous a été rapportée, contre un rival plus fantasmé que réel. Aussi, pour conjurer le péril Omar Bongo Junior, la détestation réciproque, le mépris, la défiance et la jalousie qui ont toujours caractérisé les relations entre la prétendue « mère biologique » d’Ali Bongo et l’épouse de ce dernier ont été provisoirement rangés au placard. Une alliance  de circonstance contre un ennemi objectif commun. Sauf que, celui-ci dispose, en Fidèle Andjoua, d'un soutien de taille dans la famille, car le grand-frère de feu Omar Bongo n'a jamais fait mystère de sa profonde affection pour le fils cadet de l'ancien président gabonais.

On a encore pu le constater en début de semaine lorsque le patriarche s'est rendu à Libreville. Objectif, s’expliquer  avec  Sylvia Valentin Bongo et son fils Noureddin au sujet des vexations qu’Omar Bongo Junior a récemment subies dans le Haut-Ogooué. Dès qu'elle en a été informée, Patience Dabany, connue pour ses hallucinations persécutives et sa paranoïa, a sauté sur l’occasion pour menacer son ancien beau-frère au téléphone. « Il faut dire à ton neveu de ne plus jamais aller s’incliner et faire n’importe quoi sur la tombe de ma fille », a-t-elle enjoint Andjoua. Rappelons que la tombe en question est celle d’Amissa Bongo, décédée en 1993 et inhumée à Bongoville. Seulement, il est de notoriété publique dans le Haut-Ogooué et même au-delà, que la « maman » d’Amissa ne s’est jamais véritablement préoccupée de sa sépulture souvent laissée à l’abandon et couverte par de hautes herbes. Donc en interdisant à Omar Bongo Junior d’aller se recueillir sur celle-ci, on devine aisément que Patience Dabany s’offrait là une occasion pour exprimer la haine profonde qu’elle nourrissait vis-à-vis d’Edith-Lucie Bongo, la défunte mère de Junior. Indiscutablement, Patience continue sa vendetta contre Edith-Lucie qu’elle poursuit de sa rancœur  jusque dans l’au-delà…

 Pour leur part, les Valentin (mère et fils) ont, contrairement à la « mère biologique » d’Ali Bongo, fait le choix d’utiliser la carotte pour amadouer  le patriarche Fidèle Andjoua qu’ils savaient remonté comme un pendule.

Sylvia et Noureddin Valentin, le couple présidentiel de fait Sylvia et Noureddin Valentin, le couple présidentiel de fait

Et c’est Noureddin qui a été commis à la tâche. Face à un Fidèle Andjoua quelque peu déconcerté – il ne s’était jamais retrouvé en tête-à-tête avec le fils de Sylvia valentin Bongo, en plus ce dernier ne s’exprime qu’en français, une langue que vieil homme comprend à peine – Noureddin Bongo Valentin donne l’impression ne réciter une leçon mal apprise. Il n’en mène pas large. Heureusement pour lui, dans la pièce il y avait deux neveux de Fidèle Andjoua, et l’un d’eux va s’improviser interprète. « Tu sais, papy, je suis quelqu’un de bien, les gens qui disent du mal de moi ne me connaissent pas. J’ai décidé de prendre les choses en mains pour garder le pouvoir dans notre famille et pour lui permettre de continuer à rayonner. Je vais rassembler toute la famille et m’occuper de tout le monde. Pour le Haut-Ogooué, je viendrai régulièrement vous voir et je serai souvent présent à Bongoville… ». Et patati, et patata… Et des fariboles, en veux-tu, en voilà !

Après avoir épuisé ses sornettes, Noureddin a pris congé de « papy » en lui promettant, toutefois, de repasser le voir « très bientôt ». Comme quoi, il aura fallu un petit passage de Bongo Junior dans le Haut-Ogooué pour cette province retrouve, comme par enchantement, de l’intérêt aux yeux du clan Dabany/Valentin. Mais pour combien de temps ?

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.