Délit de non représentation d'enfant , l'urgence d'une réforme

En France en 2020 les mères de famille sont condamnées à la chaîne à des peines d'emprisonnement pour non représentation d'enfant ( code pénal 227-5) pour vouloir protéger l'enfant d'un danger plausible - attouchements, violences, harcèlement... - ou lorsque l'ado refuse de se rendre chez le parent qui a un droit de visite et d'hébergement... combien de temps encore cette honte sociale?

https://blogs.mediapart.fr/fac/blog/170120/delit-de-non-representation-denfant-lurgence-dune-reforme

En France en 2020, une mère divorcée ou en instance de divorce qui refuse le droit de visite et d'hébergement du père parce qu'elle craint un danger plausible pour l'enfant - sévices, attouchements, harcèlement- est condamnée à une peine de prison. La mère est également condamnée à une peine de prison quand l'enfant - en fait l'adolescent(e)- refuse de se rendre chez le père ! C'est ainsi que dans les tribunaux correctionnels les mères sont sur le banc des prévenus ( accusés) regardées comme des délinquantes parce qu'elles craignent un danger pour l'enfant ou parce que l'ado refuse d'aller chez le père. La mère est condamnée à 1 ou 2 mois d' emprisonnement parfois davatage - souvent avec sursis parfois à de la prison ferme.

Et le père souvent pervers les cite devant le tribunal correctionnel par voie de citation directe ( l'enquête se fait alors à l'audience ) pour les faire condamner écoute le juge tancer la mère en pleurs le sourire aux lèvres et savoure la condamnation prononcée.

L'intérêt de l'enfant est absent

Combien de temps encore ce scandale ?

Que font les ministres en charge ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.