Covidé de la vie

Tous les commentaires

Que la folie et l'indifférence ait pris possession des cerveaux de nos dirigeants... managers... etc. est indéniable...

Maintenant... y a combien de personnes adultes qui composent cette famille...

Et ?

...et ?...réagir... dois je aussi dire...comment on le peut selon le nombre...

Ah !!??? Et Vous accueillez donc chez vous à demeure vos parents et grands parents ? Si ce n'est pas le cas, évitez de juger ! Isabelle Deligne

Entièrement de votre avis...

Mais ce n'est pas que pour ce sujet.

...On ne peut rien y faire

...c'est comme cela

...etc.

Les moutons comptez vous

Que les moutons se posent la question...il fut un temps ...s'ils avaient été tous comme eux...heureusement qu'il y avait de vrais résistants et pas que des ...Au bon beurre ( film)

Et non pas TOUS les Epadh.

Certains sont très humains.

 

L'inhumanité... La bête immonde.

... à la faveur  du Corona, l'exercice démultiplié des petits pouvoirs minables de coercition de tou(te)s les petit(e)s chef(fe)s " gestionnaires " et irresponsables (pardon pour la série de pléonasmes) qui par ailleurs ont envahi depuis une vingtaine d'années les systèmes dits      " de santé " pour oui, la rente qu'ils constituent et le sentiment d'être fort(e)s surtout avec les " faibles ", tout en voulant [se faire] passer, non rarement, pour des " soignant(e)s " →    on approche du degré 0 d(e l)'humanité : que désirent maintenant ces gens-là ? mettre tout le monde en bulles stériles pour protéger leur survie égotique et narcissique vide de sens, proche(s) du zombie ? 

ce n'est souvent pas du sadisme - pour être sadique, il faut avoir un minimum d'empathie - mais bien plus fréquemment et hélas !!! de l'indifférence totale à l'autre, par incapacité, justement, à sortir de sa bulle ... on ne trouve pas le contact, avec ces gens-là, ils n'en veulent pas de toute(s) façon(s)

L'amour en plus, celui qu'on empêche une jeune femme, son petit bonhomme et sa vieille grand-mère de vivre. Les crêpes, les fleurs, des moments partagés dans le jardin, c'est vrai, c'est dangereux.

9 personnes sur 10 qui décèdent du Covid ont plus de 65 ans.... Après c'est comme vous voulez...

Bizarre que ce sont ceux qui sont aller prier à Mulhouse et ailleurs... mais ils avaient plus dans les 54-65...

Et ceux que les incompétents qui ont paniqués ont enfermé à double tours dans les EHPAD et les couloirs ...les couloirs de la mort...des hôpitaux fortement contaminés, pour qu'ils meurent sans soins...en silence...et seul..le plus rapidement possible

J'espère que toutes ces merdes, auront un retour...car ces merdes vont bien vieillir...ou non...

Vous voulez des noms...

 

No shit, Sherlock ! *

Pour info, voilà les statistiques des décès sur une année normale (2017) :  https://www.insee.fr/fr/statistiques/3629105

606 000 décès sur toute l'année, dont..

  • plus de 65 ans : 508314, soit 85%
  • plus de 60 ans : 540245, soit 9 personnes sur 10

C'est fou, c'est à croire que Covid ou pas, on a plus de chances de mourir vieux que jeune ! Merci pour l'info pertinente, la réflexion de haute volée, et surtout pour l'inhumanité de ce commentaire qui à l'expression d'une souffrance réelle se contente de répondre "Mais les gens meurent, espèce de sale irresponsable égoiste

Un merci pas du tout ironique à l'autrice, par contre

* en français : Tu l'as dit, bouffi

  • Nouveau
  • 01/09/2020 14:58
  • Par

Témoignage plein d'humanité et d'émotion. Merci !

Les personnels des Ehpads sont dans la logique du monde dans lequel on vit : surtout pas d'erreurs professionnelles qui entraineraient beaucoup de soucis pour eux (qui font au mieux) et pour les résidents. Le problème, c'est que les décideurs ne se questionnent pas sur quelle fin de vie est souhaitable pour nos ainés : un endroit aseptisé et froid ou chaleureux, convivial (avec ses microbes) et vivant ? 

Vivre quelques mois de plus dans la solitude n'est pas forcément le meilleur choix..

  • Nouveau
  • 01/09/2020 16:41
  • Par

Je vous souhaite de pouvoir très prochainement serrer dans vos bras votre grand-mère !

Nous vivons une drôle d'époque, humainement aseptisé... La domination des éléments de langage, de la communication politique et de ses artifices tuent notre société a petit feu. La gestion de la crise sanitaire liée au COVID 19 en est la preuve.

Merci pour votre beau témoignage La confusion des sécurités rend fou, malgré toute la bonne volonté des soignants. La securite fondamentale dont nous avons besoin est la sécurité affective. Merci d’oser dire que vous préférez prendre le risque du covid plutôt que celui de la déshumanisation, je vous rejoins. On vient d’annoncer par message à mon père de 91 ans qu’il pouvait aller à la trésorerie de sa ville, récupérer l’alliance de sa femme, ma mère, qui est en ehpad à cause d’une maladie d’Alzheimer. Affolé, il la croît morte. Non, elle va bien, on a simplement scié son alliance sans le prévenir.......

Cendrine, j'aurais pu écrire le même témoignage, avec les mêmes réflexions sur des mesures qui sont plus destinées à préserver la réputation d'un établissement et de sa direction que la santé des résidents.

Les personnels étaient conscients de la dégradation morale des personnes âgées, mais ils ont obéi à des règles imposées par la direction de leur groupe, soucieuse de conserver les futures entrées qui enrichissent leurs actionnaires, et à des ARS complètement déconnectées des Ehpad, mais dépendantes du pouvoir politique qui nourrit une multitude de fonctionnaires-comptables.

J'ai été avertie par un coup de fil "anonyme" d'un personnel soignant, que ma mère de 92 ans refusait de manger ; je suis allée voir la direction en demandant s'il était "préférable" de voir ma mère mourir par glissement et en ignorant qu'auparavant je la voyais tous les soirs sans exception, ou si on me permettrait de reprendre mes visites, sans quoi je porterai plainte "pour non assistance à personne en danger". J'ai obtenu l'autorisation de venir tous les soirs (avec masque et sur-blouse évidemment) pour assister au repas de ma mère ; c'est pratique pour l'Ehpad qui bénéficie par là d'un personnel "bénévole" pour l'aide alimentaire en chambre, vu qu'il n'y avait pas un aide-soignant par personne qui refusait de manger et à qui il fallait donner la becquée ! Ma mère va mieux, mais la tête que je  voyais partir au fil de mes appels téléphoniques journaliers n'est pas revenue comme avant ces mois d'isolement. 

Sachant que les familles sont soucieuses du bien-être de leurs proches et par là prenaient toutes les précautions nécessaires pour ne pas les contaminer, il était possible de douter que les mêmes précautions étaient prises par les personnels qui n'ont été testés que mi-avril, quand le gouvernement s'est réveillé et a réussi à s'approvisionner en matériel sanitaire. Là où le virus a fait des morts en nombre dans les Ehpad, il est permis de mettre en cause le refus d'admission des premiers cas à l'hôpital, selon les instructions du ministère de la santé, pour ne pas engorger plus les services avec des personnes jugées "irrécupérables".

D'où le confinement drastique, et peu importent les dégâts psychologiques tant sur les résidents que leurs proches, car ces constats ne figurent pas dans les statistiques égrenées tous les soirs.

OUI les Ehpad sont des prisons, même quand tout va bien, mais quand une personne âgée, malade et dépendante doit recevoir des soins nuit et jour, on est bien contraint d'avoir recours à ces établissements qui sont privés et coûteux, parce-que la "dépendance" n'a jamais été une priorité pour l'Etat qui s'est toujours reposé sur la capacité de grands groupes à s'enrichir sur le dos de la vieillesse et des familles.

OUI les Ehpad sont des prisons car les familles deviennent des "accessoires-visiteurs", les résidents sont dépossédés de leurs traitements médicaux qui deviennent la propriété des services infirmiers, ils conservent leur médecin personnel mais il doit se soumettre à une convention, la pharmacie est fournie par contrat avec un seul pharmacien, idem avec un laboratoire d'analyses médicales, les kinés sont ceux de l'Ehpad obligatoirement, et quand les familles veulent être renseignées elles doivent le demander, sauf urgence car l'Ehpad entend se décharger !

Dans le cas de cette pandémie, nous familles et les résidents avons été littéralement pris en otages, et ce n'est pas terminé.

 

Il y a dans ma famille une personne très âgée, qui se déplace très peu et avec un déambulateur. Son fils ne l’a pas mise dans un Epahd. Elle reste chez elle, et ce sont des assistantes de vie qui viennent la laver, la faire manger, la coucher. N’est- ce pas la meilleure solution, qui permet de rester dans l’environnement auquel on est habitué ? Ce système devrait être généralisé, il permet par ailleurs de créer des emplois. Un Ehpad, je regrette, pour moi, c’est un cauchemar qu’on devrait tous chercher à épargner à nos proches âgés.
Je fus désemparée en sortant de l'EHPAD, mardi dernier. J'ai écrit. Comme par nécessité. Par survie. J'ai écrit ce texte sans savoir ce que j'en ferai. Et maintenant, on m'ecrit, on me répond. Ça résonne donc pour d'autres ? Vos commentaires me ramènent dans cette Humanité, que j'ai cru totalement dévitalisée, désinfectée et désaffectée. Je vois qu'il en est, qui réfléchissent encore et m'en voilà un peu revigorée ! Merci !

Oui Cendrine , il faut écrire vos émotions, vos colères .Merci !!!

Je vous en prie, reprenez vos anciens chez vous. J'ai été choqué par un interview du président des EHPAD de France durant le confinement. Selon lui certains établissements ont pratiqué ce qu'il qualifiait lui même de "torture". L'isolement, l'éloignement des proches, etc, sous contrainte, sont des actes de tortures, qui ne respectent pas les droits des personnes. De plus, d'un point de vu sanitaire tout dans les EHPAD permet la propagation du virus quelques soient les manières de faire. Ce n'est pas les mesures inhumaines et contraignantes qui peuvent empêcher les EHPAD de devenir des mouroirs. Ce sont des mouroirs responsables du tiers des deces liés au covid en France malgré les mesures prises, les masques, les gels hydroliques et l'isolement des personnes. C'est un milieu fermé, peu aéré, qui rassemble des personnes au système immunitaire affaibli. Ramenez vos anciens chez vous! Apprenez a vivre les dernières années, profitez de leur présence, de leur sagesse, et de leur transmission de savoirs.
La question n'est pas du côté de savoir si on garde nos anciens chez nous ou pas. De cela, nous pouvons y être contraints, du fait de nos configurations de vie "modernes"- qui nous amènent aussi à confier, à d'autres, nos enfants ( dans les crèches, chez les assistantes maternelles,...). La question se situe plutôt du côté de l'application des mesures sanitaires, de leur intérêt, de leur pertinence... La question , au fond, est celle de la nécessité à se maintenir "pensants" ! Le Covid n'est pas obligé de nous rendre idiots ! Restons humains !
Je ne me suis jamais posé de questions quand j'ai du m'occuper de ma mère ou de ma grand mère. S'il faut tout arrêter, s'il faut renoncer, c'est au moins ce qu'on doit a celle ou celui qui s'est occupé de nous quand nous étions dépendants et fragiles. On y gagne en humanité ce qu'on perd en "vie moderne" je vous assure. Cette question même des EHPAD est tout a fait justifiée car en temps de covid c'est la structure même des EHPAD qui est remise en compte, humanité ou pas, qualité des soignants ou pas, consignes sanitaires ou pas. On ne devrait pas regrouper en milieu clôt, avec l'air conditionné, des personnes a l'immunité faible! 10 000 personnes en France en sont mortes, c'est considérable, a ça n'a rien a voir avec les consignes, la légèreté du personnel, l'inconscience des familles. C'est juste impossible, inhumain, injustifiable. D'un point de vu médical, il faudrait être en combinaison de la tête au pied, donner a tous des gants, et ne plus respirer ! Autant dire, mourir sous une forme intolerable de torture, si on voulait éviter le risque de faire mourir nos anciens du sars cov 2 en établissement! Alors qu'il est tout a fait possible de vivre avec nos vieilles personnes, avec l'assistante d'infirmiers a domicile et tout ce qui existe aujourd'hui pour faciliter les choses.

Les technocrates sont au pouvoir.

Un technocrate n'a pas d'âme. C'est une machine.

Votre témoignage est bouleversant Ce qui se passe est horrible et terrifiant Ça me dégoûte ce que l'on vous impose de force au nom d'un virus qui n'est plus, il suffit d'écouter les grands infectiologues, Péronne, Olivier de Soyres... 19 décès du covid ou autre maladie hier. Certes beaucoup de cas positifs car tout le monde se fait tester mais ces gens ne sont pas malades ils ont quelques symptômes ou pas du tout. Ils créent un délit de bonne santé (expression de Maître Brusa, avocat, qui se bat pour comprendre, défendre nos droits et nous libertés) où toute personne est présumée malade du covid !!! Les gens ont peur de la maladie et n'ont plus de réflexion, il n'y a plus aucune décision de bon sens. Nous sommes dans un état de dictature sanitaire délirante.

+++

virus létal à .. 1% qui a " autorisé " la violation du secret médical - et rémunérée pour    plus de sûreté (55€ par " cas " dénoncé et de 2 à 4€ par contact signalé aux " brigades    sanitaires " → j'ai vu à la télé une " toubibe " qui s'appliquait à recopier des répertoires téléphoniques et qui en plus, expliquait combien c'était important money-mouth et si fatigant !) ...    ça n'était pas arrivé  lors de la vague de SIDA, pourtant létal à 100% à l'époque 

j'ai une amie qui s'occupe chez elle de son père dépendant, dont la pneumonie bactérienne tout ce qu'il y a de classique s'est miraculeusement innocent transformée     après mûre réflexion en Covid money-mouth avec questionnaire policier expédié à toute la famille pour je cite, " progresser dans les connaissances  "

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.