Maison Bénin: Crédibilité Et Incrédibilité, Selon Célestine Zanou

Maison Bénin: Crédibilité Et Incrédibilité, Selon Célestine Zanou (source : Le matin libre du 24/07/2020)

INCREDIBILITE !

Il paraît qu’écrire soit un acte d’impuissance ; mais je crois tout autant que c’est un refus de renoncer. Des fois, en effet, alors que tout semble compromis ou perdu, et luttant dans son cœur tel le héros levant le bras sur Goho, l’homme finit par douter de lui, et son impuissance devient une résistance, comme quand sa résistance est prise pour une impuissance. Et telle est la méthode que je choisis pour parler de la crédibilité ou, si l’on veut, de son contraire. Ce contraire où se fourvoient encore nos administrateurs, notre famille, la Maison tout entière, surtout en ces temps (prophétiques ?) de COVID 19.

Mais dit de cette façon peut susciter quelque incompréhension et même jeter l’opprobre sur ce que nous aimons, cette Maison et cette famille, sur ceux que nous ne haïssons point, nos administrateurs, y compris lorsqu’il s’agit d’être sous serment pour la Maison. Quand sourd la conviction que quelque vérité se refuse au voile de la prudence ou de la circonspection, quand sonne l’appel de la conscience qui dicte sa loi, il devient quasiment impossible de ne pas franchir quelconque Rubicon. Alors, ce n’est plus assez de parler ni même d’écrire, mais quand on parle ou qu’on écrit, qu’on se vise dans la glace ! Alors aussi, à l’instar du poète, « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément ».

Or, puisqu’il est question de chez-soi, parlons sans détour.

Tant que la crédibilité est prégnante, point du cercle de famille. Tant que rayonne son attrait magique, nul besoin de s’en préoccuper. N’est-ce pas que la crédibilité est le plus aimée, le plus respectée et le plus rassurante des enfants de CROIRE? Mais sitôt que c’est l’incrédibilité qui, enfant lui aussi, se répand en gesticulations, c’est le jour tout d’un coup qui s’évanouit, la nuit sur la Maison qui tombe. Alors, tous s’inquiètent et aussi gravement que la famille est nombreuse. Tous disent : « Quoi donc, n’est-ce point notre devoir à chacune et à chacun ! »

Ainsi, c’est pour moi un devoir impérieux : Qu’est-ce qui ne tourne pas rond dans notre Maison, à l’image que nous projetons ? Aussi, me permettra-t-on d’en appeler radicalement à l’ancêtre “CROIRE” pour qu’à son tour il en appelle au cercle de famille et que, dans l’ordre le plus impartial, tous et toutes – accréditation, accréditer, accréditeur, créance, créancier, crédibiliser, crédibilité, crédible, crédit, créditer, créditeur, credo, crédule, crédulité, croyable, croyance, croyant, décrédibiliser, discrédit, discréditer, incrédibilité, incrédulité, incroyable, incroyablement, sans oublier les jumeaux incroyant et mécréant – que toutes et tous se réunissent ! Qu’ils se réunissent et qu’ils se prononcent sur CREDIBILITE et INCREDIBILITE. Qu’ils tâchent de garder étanches les isoloirs,  saines et sauves les urnes. Qu’ils récoltent les bulletins et les suffrages comme on récolte le maïs, le mil ou le sorgho, sans rien laisser. Qu’ils se montrent dans les rangs dignes et disciplinés, telles les graines sur l’épi, telle la semence dans la gousse. Pas de bavure, pas de dérive, ni à gauche ni à droite. Vert, Jaune, Rouge, que dis-je, qu’un grain compte pour un grain ! C’est ensemble qu’il y a famille ! Que les comptes soient bien séparés et point mêlés. Qu’ils soient seulement  bons, sincères et légitimes !

Mais qu’est-ce qu’une Maison sans grenier, une famille sans champ et un administrateur sans administration ? Qu’est-ce qu’une administration qui n’ait point d’égard pour le passé ni pour le présent ni pour les temps à venir ? Le maïs ne se souvient-il du riz ? Le mil ne donne-t-il à penser au blé ? Le sorgho ne cligne-t-il pas de l’œil au fonio ? Car tout se tient et se transforme. On ne peut être CREDIBLE que quand il y a confiance et considération. On ne peut croire que s’il y a Dieu. Cette tonne de vertus que nous célébrons, qu’elles s’appellent amitié ou foi, sincérité ou vérité, droiture ou sagesse, solidarité ou intégrité, qu’elles aient noms représentation, réputation, sens du devoir et de la responsabilité, justice, impartialité, ne le sont qu’autant qu’elles tiennent toutes dans une même ambassade, en une même communauté. Tant de choses qui chez nous souffrent l’ébranlement, commencent par manquer cruellement.

Voilà pourquoi quand nous décidons, encore faut-il plus de tenue et de retenue, plus de rationalité et de discernement, plus de crédibilité. Y compris quand il s’agit d’organiser notre riposte contre la COVID 19 ! D’avril à mai, de juin à Juillet et pour le 1er Août  tel sera mon cri de cœur.

Afin que l’image de la famille, de la Maison tout entière, ne soit point brouillée ni bradée.

 

Madame Célestine ZANOU

Consultante Internationale

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.