Cham Baya
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

1 Éditions

Billet de blog 14 août 2021

Une petite piqure de rappel ? Le canular du test PCR et autres impostures.

Une nouvelle direction pour Macron et sa belle équipe ? La Santé ? Et non, ne rêvez pas. La rampe de lancement d’Elon Musk !

Cham Baya
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au sens quasi mécanique du terme, le premier élément clef de cette «  crise sanitaire, ou épidémie, ou prétendue pandémie » due à cette manipulation sublime dite du « gain de fonction », est notre chère protéine Spike tueuse. Mais qu’est-ce d’abord que ce fameux gain de fonction ? Les doigts dans la tête et la tête dans le pot sanguinolent du scientisme, dans sa version la plus infiniment géniale : créer des bidouillages mortels pour les êtres humains, sous prétexte de prévoir de futures pandémies super mortelles, au cas où… tout ça se barre du labo.

La Spike foreuse donc. Présente dans le SARS Cov2, tout comme dans les prétendus vaccins ARNm (trop drôle non ? Katalin Kariko plus forte que Robert Malone !). Cette protéine, pas de chance, ruine les cellules épithéliales des vaisseaux sanguins, effet démontré en avril de cette année par celui que l’on considère régulièrement comme le meilleur centre de recherche médicale au monde, le SALK Institute. Une activité métabolique causant à court terme grâce aux joujoux ARNm, moins bien en quantité, mais mieux en variété que le virus lui-même : thromboses, embolies pulmonaires, paralysies faciales et autres AVC fulgurants. Mais aussi, engorgements inquiétants au longs termes des petits vaisseaux capillaires, reliant les deux systèmes veineux et artériel. L’essentiel de ces effets indésirables étant reconnus en France, entre autres, par l’ANSM, organe de référence de l’Etat, mais Origine de l’immonde à dissimuler pour d’autres, quand dépeint par l’équipe du CNRS dirigé par Laurent Mucchielli. 

Tous ces faits confirmés aujourd’hui, par une floppée d’articles parus dans le monde (l’organe véritable, pas le journal pour notables de bureau), et confirmés par EudraVigilance, le site de référence européen en matière de surveillance des effets dus aux vaccins et médicaments.
EudraVigilance. Au 31 07 21 base, en Europe : 20525 Morts. 1 960 000 effets secondaires dont 1 000 000 effets secondaires graves. Avec toujours la même chanson. «  La clause de non-responsabilité contient les informations suivantes : les informations présentées sur ce site web ne reflètent aucune confirmation d'un lien potentiel entre le médicament et le(s) effet(s) observé(s) (…) Les informations présentées sur ce site web concernent des suspicions d’associations (…) »
Et comme personne en ce moment, en fait depuis toujours, ne cherche réellement à approfondir ces dites « suspicions » le lien entre un décès, un effet indésirable grave et l'inoculation concomitante, ici d’un prétendu «  vaccin », ne reste qu’une chose à faire : comparer ces chiffres avec les campagnes de vaccination anti-grippe classiques, pas davantage étudiées en post inoculation évidemment. El là, c’est l’explosion.

Juste pour la Suisse par exemple. 
Entre 2011 et 2019 plus de 10 millions de personnes ont reçu un des vaccins contre la grippe avec 375 effets non graves, 99 effets graves et 2 morts.
Entre le 1er janvier et le 21 juillet 2021, sur les plus de 4,5 millions de personnes qui ont reçu les vaccins ARNm, on compte 2.782 effets non graves 1.537 effets graves et 128 morts.

Ce qui veut dire qu’aujourd’hui en moins de 7 mois, les vaccins ARNm contre la Covid-19 provoquent donc 146 fois plus de décès que ceux cumulés sur 9 ans, dus au vaccin contre la grippe !
https://lilianeheldkhawam.com/2021/08/01/les-deces-associes-aux-vaccins-anti-covid-sont-exceptionnellement-eleves-le-pasteur-hoegger-denonce-le-silence-coupable-des-autorites/#more-58131

Ah la Santé messieurs Macron et Véran. La Santé !

Et tiens, un fact-checker éthique.
Efficacité de la vaccination : Il manque plus de la moitié des décès !
Vidéo courte, mais vous allez halluciner tellement c’est implacable.
https://odysee.com/@decoderleco:c/efficacité-de-la-vaccination-il-manque:f?


La protéine spike du coronavirus joue un rôle clé dans la maladie
http://www.geopolintel.fr/article2705.html

-------

La seconde clef si l’on peut dire, celle qui a ouvert la boîte de Pandore de tous ces maux extraordinaires dont nous souffrons presque tous aujourd'hui, c’est le test RT-PCR tel qu’il a été déposé par Christian Drosten au comité de rédaction d’Eurosurveillance en 2020.

Cristian Drosten est la personne qui a vendu au « monde entier » (qui ne demandait que ça, mais bien sûr) le test PCR, pour des fonctions ou des qualités qu'il n'a pas. Il n'est d’ailleurs pas l'inventeur de celui-ci. Un premier jugement d’une cour d’appel du Portugal a déclaré il y a quelques mois que le test PCR - comme son inventeur, le prix Nobel Kary Mullis l’a souligné à maintes reprises - n’est pas fait pour, ni n’est capable de détecter les infections, ou même les maladies. Ce que Drosten avait d’ailleurs déclaré lui-même en 2014.

Or, voici qu’une étude, de novembre 2020 - eh oui, prenez vot'temps monsieur Dracula - une étude approfondie et normée, d’un collectif international de biologistes moléculaires mainstream, connus et reconnus dans le domaine des analyses médicales, a permis la réévaluation détaillée du rapport Corman-Drosten, et l’a soumis à son tour au comité de rédaction d’Eurosurveillance le 27 novembre 2020.
Or, cette étude démonte et dénonce de façon indiscutable, des défauts scientifiques et méthodologiques majeurs, sans parler de conflits d’intérêts non mentionnés par les auteurs, et cerise dégoupillée sur le gâteau, un délai éhontément court entre la soumission et l’acceptation de la publication (24h ! ) empêchant tout processus d’examen par les pairs.

Conclusion : « Compte tenu des défauts scientifiques et méthodologiques présentés ici, nous sommes convaincus que le comité de rédaction d’Eurosurveillance n’a pas d’autre choix que de retirer la publication ».

Avant de s’intéresser, aux conditions techniques, qu’elles soient mondiales ou locales, qui ont permis qu’une telle arnaque prospère à la vitesse du magma explosé de Tchernobyl, je conseille à tous, mais en particulier à quiconque maîtrise suffisamment les bases de la biologie moléculaire, de lire soigneusement et en entier cette contre-enquête du rapport d’analyse Corman-Drosten.

Vous trouverez plus loin un lien vers un dossier complet sur Drosten et le rapport d’analyse dit Corman-Drosten, dont voici le résumé cinglant de cette contre-enquête, ainsi que la présentation de l’équipe qui en est à l’origine.

Rapport d’analyse Corman-Drosten et al. Eurosurveillance 2020

27 novembre 2020

« Ce rapport d’évaluation détaillé a été officiellement soumis au comité de rédaction d’Eurosurveillance le 27 novembre 2020, via leur portail adéquat. Une lettre de demande de rétractation, signée par tous les auteurs principaux et co-auteurs, est jointe au présent rapport d’évaluation. Les noms et prénoms indiqués sont ceux des premier et deuxième auteurs principaux. Tous les noms entre les deux sont des co-auteurs.
L’examen externe par les pairs du test RTPCR pour la détection du SRAS-CoV-2 révèle 10 failles scientifiques majeures au niveau moléculaire et méthodologique. »

Pieter Borger(1), Bobby Rajesh Malhotra(2) , Michael Yeadon(3) , Clare Craig(4), Kevin McKernan(5) , Klaus Steger(6) , Paul McSheehy(7) , Lidiya Angelova(8), Fabio Franchi(9), Thomas Binder(10), Henrik Ullrich(11) , Makoto Ohashi(12), Stefano Scoglio(13), Marjolein Doesburg-van Kleffens(14), Dorothea Gilbert(15), Rainer Klement(16), Ruth Schruefer(17), Berber W. Pieksma(18), Jan Bonte(19), Bruno H. Dalle Carbonare(20), Kevin P. Corbett(21), Ulrike Kämmerer(22)

ABSTRACT

"Dans la publication intitulée « Detection of 2019 novel coronavirus (2019-nCoV) by real-time RT-PCR » (Eurosurveillance 25(8) 2020), les auteurs présentent un flux de travail diagnostique et un protocole RT-qPCR pour la détection et le diagnostic du 2019-nCoV (maintenant connu sous le nom de SARS-CoV-2), qu’ils affirment avoir validé, ainsi qu’une méthodologie de diagnostic robuste pour une utilisation dans les laboratoires de santé publique.

Compte tenu de toutes les conséquences de cette même publication pour les sociétés du monde entier, un groupe de chercheurs indépendants a réalisé un examen point par point de ladite publication dans lequel 1) tous les éléments de la conception du test présenté ont été vérifiés, 2) les recommandations du protocole RT-qPCR ont été évaluées par rapport aux bonnes pratiques de laboratoire et 3) les paramètres ont été examinés par rapport à la littérature scientifique pertinente couvrant le domaine.

Le protocole RT-qPCR publié pour la détection et le diagnostic du 2019-nCoV et le manuscrit souffrent de nombreuses erreurs techniques et scientifiques, notamment une conception d’amorce insuffisante, un protocole RT-qPCR problématique et insuffisant, et l’absence d’une validation précise du test. Ni le test présenté, ni le manuscrit lui-même, ne remplissent les conditions d’une publication scientifique acceptable. En outre, de graves conflits d’intérêts des auteurs ne sont pas mentionnés. Enfin, le délai très court entre la soumission et l’acceptation de la publication (24 heures) signifie qu’un processus systématique d’examen par les pairs n’a pas été effectué ici, ou qu’il est de mauvaise qualité. Nous fournissons des preuves irréfutables de plusieurs insuffisances, erreurs et défauts scientifiques.

Compte tenu des défauts scientifiques et méthodologiques présentés ici, nous sommes convaincus que le comité de rédaction d’Eurosurveillance n’a pas d’autre choix que de retirer la publication."

Pour ceux qui ont peu de temps, vous trouverez un peu plus bas une vidéo courte et très claire, avec entre autres Kary Mullis, l’inventeur du test.

Le rapport traduit (ainsi que l’original en anglais) auparavant disponible le site de Eric Langermann a été supprimé pour toutes les « bonnes » raisons que vous imaginez. Mais trop tard pour que ça parte aux égouts. UN dossier complet ici :
 ://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-test-pcr-est-une-enorme-230617

Le dossier tenu secret
de Christian Drosten
https://www.kla.tv/SujetBrulant/17960

Pour résumer :

Un test PCR ne permet pas de différencier une simple contamination d'une infection.  
Pour trouver quelque chose de notable dans ce type de test, il faut réaliser des amplifications. A partir de 35 amplifications, le degré de fiabilité tombe à 3%. Et oui, on trouve de tout dans le nez, surtout au pifomètre. Des débris de virus occis par votre immunité entre autres.
Combien Drosten a-t-il suggéré d’amplifications ? 45 !

Et pour vraiment comprendre qu’elle est la fonction véritable de ce test selon son inventeur, et donc l’arnaque mondiale et absolue de l’usage qu’en fait Drosten, voici une vidéo courte et vraiment explicite, avec entre autres Kary Mullis (décédé en août 2019)
https://www.youtube.com/watch?v=rjW0fowbKA0 

Et si vous voulez maintenant vous faire un avis global, de grande qualité sur toute cette guerre et tentative de coup d'Etat, voici un article complet récent d’un chercheur et enseignant français en biologie.
https://criigen.org/wp-content/uploads/2021/08/2021-07-29_Lettre-a-Charlie-Hebdo-juillet-2021-02_D.pdf

Et quant à vous cher Monsieur Macron, comment sauver votre mise ? Les étoiles de Général que vous n’avez pas pu conquérir sur les Champs Elysée désertés par l’armée chinoise, ou pas mieux via l’accélération des ventes d’armes à ces grandes démocraties que sont l’Egypte ou l’Arabie Saoudite, vous pouvez encore y rêver. Il suffit d’une petite visite chez votre futur Pygmalion, Monsieur Elon Musk et sa base magique.
Ce type-là, c’est sûr, saura vous relancer.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart