la porte tambour

De plus en plus de mineurs mis à la porte de certains Centre Départementaux de protection de l'enfance sur les critères opaques et ce en plein hiver . Quelle est la pertinence des "évaluations" qui aboutissent à ces décisions? Derrière la question de l'âge se cachent d'autres enjeux ... Réflexions d'une citoyenne des Cotes d'Armor .

La porte tambour

. 

J’ai d’abord choisi ce titre car je croyais qu’il y avait un problème de places à libérer qui aurait expliqué  ( ?)l’expulsion en plein hiver de jeunes migrants ,tant cela paraissait insensé …

 Mais j’ai appris qu’en plus il n’en est rien …!!et que les services de « protection de l’enfance «  qui décident cela ont encore beaucoup de places pour orienter ces jeunes vers un accueil possible….!!!Le motif  de ces exclusions serait une loi d’airain qui répartirait avec certitude les uns et les autres en fonction de critères d’âge supposé . 

C’est suffisamment grave pour essayer de comprendre quelle est cette loi. Et par quelle conception de la justice elle est sous tendue .

 

Certains jouent leur date de naissance au loto…pour d’autres la date de naissance, ou plutôt les déclarations de naissance dans des pays  ,où l’état civil n’a rien à voir avec le notre ,peuvent aussi donner lieu à une loterie…

C’est surtout le cas si tu es ce qu’on appelle ici mineur . Loterie quand il s’agit de s’appuyer sur cet âge pour demander protection et soutien .

 

Ici ça correspond à une situation juridique et administrative très définie et sans ambiguïté . Ça marque en quelque sorte une frontière . Frontière entre l’autonomie possible et la responsabilité d’un coté , ,et la dépendance matérielle et morale ainsi que le fait que l’éducation et la construction ne sont pas terminées  ,de l’autre . 

 

C’est un peu arbitraire sans doute parfois . Effectivement parfois on est très mur à 16 ans et on prend déjà beaucoup de choses en charge. et parfois à 25 ans on est encore totalement immature et dépendant .

La loi a donc fixé une règle qui correspond à un repère globalement confirmé . et c’est nécessaire et utile.

 

Par contre la minorité ou la majorité est malgré tout un fait social plus que biologique…

 

Biologiquement il y a la puberté qui est effectivement repérable..et dont l’âge est très variable d’une individu à l’autre d’un sexe à l’autre…etc…et la puberté est antérieure à la majorité . 

La fin de la croissance également est repérable ( après coup )…mais la croissance se poursuit généralement après 18 ans, comme elle peut s ‘arrêter à 16…!!!

Etre mineur ne signifie donc absolument pas ne pas etre physiologiquement adulte . 

Les critères évoqués parfois dans les évaluations des mineurs semblent parfois confondre un peu les deux .

 

Sinon  ,apparemment  ,dans les termes proposés pour cette évaluation , il s’agit davantage de vérifier l’isolement du jeune ( donc non accompagné ) et ce critère est important  ;mais il semble là aussi peu déterminant..et sinon ce sont des questions sur les raisons du départ et les conditions . 

Donc rien à voir avec la question de la minorité et  aux droits de l’enfant là encore .

 

Le résultat est parfaitement subjectif  ,et n’a rien à voir avec le mesurable que laisserait supposer le mot « évaluation ».. et pour cause , on n’est pas dans le mesurable ..

Et l’histoire de chacun est différente et tout à fait hétérogène.

 

.Dans l’histoire occidentale de Rome à nos jours  On pouvait etre majeur à 25 ans mais se marier à 15 et entrer dans l’armée à 18…quant au droit de vote…et le droit du travail…. C’est encore une autre histoire .

Rappelons qu’en France après 200 ans de majorité à 21 ans ( de 1792 à 1974 ) elle est passée à 18 ans en 1974.

 

Tout ceci pour dire que les fameux critères de minorité, qu’on a essayé un temps de baser sur les cartilages osseux, et pour lesquels maintenant on voudrait faire croire qu’il existe un critère pathognomonique et imparable affirmant le passage des 18 ans ou non,  tout ça pour dire que ‘c’est une « imposture » .Par contre cela sert à accuser l’autre de mensonge …..

 

 Aucun scientifique digne de ce nom ne pourra produire d’échelle d’évaluation fixant cela…parce que ce n’est pas un critère biologique…!! 

 

Rappelons aussi que les femmes ont longtemps eu  ,y compris dans ce pays  ,un statut de mineures  quand on pense à l’accès au vote, à la possibilité de posséder un compte chèque et de décider de certaines choses .

Donc nous avons des critères « psychologiques « ou plutôt sociaux, pour définir l’autonomie d’un jeune et sa capacité à avoir une responsabilité , une possibilité de travailler, d’être consentant sexuellement, de posséder un carnet de chèque etc…. et tout jeune qui ne présente pas ces critères est par déduction mineur en quelque sorte donc…

 

Donc si on ignore la date de naissance d’une personne jeune, mais que selon certains de ces critères , elle ne peut pas etre considérée comme majeure  ,elle est par définition mineure. 

 

En tous cas elle est évidemment mineure si elle est dépendante pour sa sécurité de la protection d’un adulte . 

 

 

Les jeunes adolescents en provenance de pays en souffrance que cela soit d’Afrique , du Moyen Orient ou d’Asie sont effectivement assez « majeurs » pour avoir supporté un trajet que beaucoup d’adultes ici ne seraient pas capables d’effectuer , 

Mais arrivés dans notre pays et notre société , ce savoir faire concernant la  gestion de la vie en temps de crise , n’est pas opérant au quotidien ( heureusement..)…en tous cas il doit etre appris une autre façon de vivre…il faut le temps de la découvrir de la comprendre . 

 

Mais surtout la quasi totalité de ces jeunes considèrent que le droit à l’éducation, pour lequel nous nous sommes battus , et en temps que citoyen  ,et en temps que valeur occidentale  ,ne leur a pas été octroyé…

 Et ils viennent avant tout chercher cet outil indispensable pour avancer et sortir de la misère et de la minorité permanente qui sera leur lot sans cela… 

Et rien que cela…  quelque soit l’âge au fond, devrait etre un motif suffisant …!

 

 C’est un réflexe extrêmement positif au fond de vouloir apprendre, connaitre des choses, avoir accès au savoir…et au savoir faire…cela devrait meme etre le critère fondamental s’il doit y en avoir un… car c’est une démarche courageuse et positive .

 

Souvent ils fuient aussi , ils fuient des tas de choses, pas uniquement matérielles, pas uniquement politiques, ils fuient des choses insoutenables pour des raisons diverses…et ils veulent finir de se construire correctement… 

Ils viennent parce qu’ils partagent avec nous cette certitude que l’éducation est un des principaux outils de réduction des inégalités, ils croient dans un modèle occidental humaniste (qui est peut etre déjà mort (???).). ils portent en eux un véritable espoir et c’est une richesse .

 

Et nous les aidons parce que nous aussi nous y croyons… parce que c’est une des définitions du mot « progrès humain » pour un certain nombre d’entre nous…

 

Ils viennent de pays parfois « mineurs » au sens où même les adultes sont traités comme des « enfants »…en tous cas quand il est question d’autre chose que de travailler et avoir des enfants … Des pays où on donne de l’argent de poche en guise de salaire,

où on ne fait pas confiance aux citoyens , et on les traite comme des gens à qui il faut expliquer pour qui voter… des pays où on maintient des populations entières hors de leurs droits simplement en leur faisant peur …

 

Alors qu’un jeune ait 16 ans 3/4 ou 18 ans et demi au fond n’est pas le fond du problème , et il faut arrêter de mettre toute cette énergie dans des procèdures absconses et kafkaïennes .

 

Il est jeune, il est en construction, il veut etre bien construit, il est motivé pour travailler pour s’adapter et il a les capacités pour… y compris venir travailler dans des emplois pour lesquels on n’arrive plus à recruter en France… (et dont la disparition peut etre grave pour notre pays au sens où elle nous rendra dépendants de prédateurs internationaux qui n’attendent que le déclin de nos savoir faire…)

 

 Bref, ils sont là, et ils sont utiles , et ce à très court terme . 

Soit on arrête de les bloquer , et on joue le jeu en tant  que « conforme à nos idéaux, » et alors ils viendront effectivement revivifier le tissu professionnel de ce pays…

 Soit après leur formation ils constatent que l’adaptation pérenne à notre mode de vie n’est pas possible ou n’est pas leur souhait véritable , et ils repartiront avec une richesse nouvelle sous la forme de ce savoir faire  ,et aussi d’un échange culturel  qui est également un atout pour  le maintien de nos valeurs.

Et dans aucun de ces cas il n’y aura un échec…

 

Bref, il est difficile de comprendre en quoi on serait perdants …ou meme menacés par ces jeunes . 

 

Le cout de cet accueil est dérisoire si on le compare à celui que peut avoir la disparition de certains corps de métier . Il est aussi dérisoire  ,si on mesure la force de motivation qu’ils peuvent incarner quand ils intègrent une classe…redonnant sens au mot école .Il est dérisoire face à l’optimisme que cela représente  dans une société qui vieillit entre autres .

 

La minorité est souvent liée à la notion d’irresponsabilité .

 Et cette notion est parfois synonyme de passivité…

 On peut se demander si lorsque des populations entières sont maintenues dans un état de « docilité » soit du fait de l’histoire coloniale, soit du fait du pouvoir d’une religion, ou d’une caste qui profite de l’ignorance entretenue pour avoir une main d’oeuvre bon marché ou un électorat manipulable , si il n’y a pas  ,là aussi  ,un réflexe de bonne santé et d’énergie à vouloir sortir de ce cercle vicieux de la part de ces jeunes…qui ont des désirs et des projets 

 

 Ils viennent donc pour pouvoir apprendre à sortir de cet état d’immaturité entretenue…de résignation….et effectivement nous pouvons les aider pour les mêmes raisons que nous avons mis en place un système éducatif accessible à tous pour notre société ..

 Comme peut on refuser une motivation de ce genre? au nom de quoi vraiment ?

 

 

Alors à coté de cela il y a la question d’avoir un état civil… qui est effectivement une nécessité.  

 

Sauf qu’une proportion non négligeable d’enfants dans le monde ne sont pas déclarés à la naissance et donc n’existent pas juridiquement parlant .et nous le savons. 

Et pour un certain nombre de jeunes  ,pas forcément consciemment  ,l’entreprise c’est aussi d »’exister »

 

Alors comment cela se passe t il ? 

il faut reconstituer les choses, il faut faire en sorte que les parents reconnaissent l’enfant même plus tard… en espérant qu’ils soient en vie…et parfois cela a un cout prohibitif …..

 il faut en quelque sorte prouver son existence…

et bien évidemment cela ne se fait pas dans la plus grande des rigueurs dans des populations pour qui tout cela est abstrait  ,et qui vont avoir des éléments assez approximatifs pour déterminer une date de naissance .

Et là se joue un jeu parfois extrêmement pervers, visant donc à mettre en doute les documents fournis .. à en demander d’autres ( qui risquent de contredire certains éléments ) et derrière cette demande de « papiers » s’ouvre un boulevard pour les professionnels de la corruption  qui savent à quel point ce document est une pièce fondamentale…et dont la célérité ou la lenteur, la précision ou l’approximation, peuvent éventuellement se monnayer…

 

 Comment faire obstacle à cet édifice qui depuis le passeur jusqu’au fonctionnaire d’état civil va pouvoir  faire payer très cher cette recherche d’éducation et de mieux etre…

 

 Si l’état français prenait directement en charge toutes les procédures de ce genre, n’y aurait il pas un moindre risque de dérives.. ?

Si l’état acceptait de scolariser des jeunes qui ont ce désir  ,sans etre trop intransigeant sur des problèmes de dates de naissance  ,n’y aurait il pas à la fois une suppression du business des passeurs et du business des papiers… 

Avec sans doute effectivement la demande de pouvoir à terme reconstituer un état civil correct…

 

Avec peut etre à terme une contrepartie sous forme d’emplois transitoires dans des entreprises publiques pour éventuellement participer au financement de ces prises en charge ? ( je rêve je sais cela soulèverait d’autres problèmes )

 

Peut etre cette proposition est elle critiquable  ,mais on pourrait imaginer une sorte de circulation d’étudiants de type Erasmus qui serait officiellement possible avec à la fin  et même au milieu la possibilité de rester ou de repartir , en ayant fait une belle expérience ?

 

 La circulation des marchandises est une chose , mais celle des humains est celle qui  compte. 

Pendant des siècles la circulation des marchandises a toujours été accompagnée par des hommes  ,qui échangeaient des biens , des richesses ,mais aussi des idées, des coutumes  ,des valeurs non sonnantes et trébuchantes et c’est ainsi que nos civilisations se sont nourries . ( parfois en oubliant que ce que nous avions ainsi intégré nous venait d’une lointaine culture étrangère et notre langue en porte les traces  )

 

 Mais  aussi  surtout elles peuvent mourir de la disparition de ces échanges . et ces échanges ne peuvent etre portés que par des personnes , qui nous surprennent , nous épatent ou nous agacent… mais aussi nous renseignent sur ce que nous sommes et ce que nous valons….

 

La forteresse Europe sera une prison où régresseront ses citoyens  ,si nous oublions cela… comme un enfant trop protégé peut perdre la notion du langage et de la réalité…

 La confrontation à l’Autre est une nécessité … et en plus ces « Autres » là viennent nous dire que nous avons ( avions ?) quelque chose de bien à partager. Derrière l’accueil des migrants il est question de bien autre chose que d’argent . 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.