Charles Edouard
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 oct. 2021

LES MACHINATIONS DE JACQUES DUPUYDAUBY

Le franco-espagnol, ancien allié de Bolloré, contre qui il a perdu un procès à l'issue duquel il a été condamné à 3 ans et 9 mois de prison, a brillé par sa malhonnêteté en tentant de mettre en cause Ali Bongo Ondimba et Jean Pierre Oyiba, dans une ténébreuse affaire montée de toute pièces.

Charles Edouard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Qui a dit que le Gabon n'était pas indépendant et qu'il n'avait pas le droit pour des besoins de son développement de choisir des amis qu'il croit sûrs ? Pourquoi alors le fait qu'il ait opté pour la diversification de ses relations doit fâcher certains de ses partenaires, surtout lorsqu'il pense ne rien attendre d'eux ? Qui aurait envie de perdre ou d'être dupé par quelqu'un avec qui il s'est pourtant juré d'échanger d'égal à égal ? L'on comprend alors aisément que le Gabon soit aujourd'hui plus qu'hier, mû par l'idée de profiter de ses rapports avec autrui. 
Cela devrait-il constituer les germes de la colère viscérales qu'entretiennent  des adeptes nostalgiques de la Françafrique ? 
Honte à ceux qui, comme Jacques DupuyDauby, croyant de ce fait atteindre psychologiquement leurs adversaires devenus qu'ils accusent de tous les noms d'oiseau, à tort et à travers. Pourquoi, si ce qu'ils relatent contre certaines autorités gabonaises avec lesquelles ils tiennent à en découdre, frustrés qu'ils sont par leurs décisions, avoir attendu si longtemps avant de le faire ou de se prononcer sur le sujet quand on sait que celui-ci touche à quelque chose d'hyper-sensible, les fameux biens mal-acquis ?
Voici qu'aujourd'hui, ce DupuyDauby étale au grand jour ce qu'il considère comme un scandale, mais qui, aux yeux des Gabonais, paraît n'être que le fruit d'une rancœur plutôt nourrie contre son ex-ami Vincent Bolloré pour l'avoir privé de réaliser l'une de ses lucratives aventures: la gestion du port en eau profonde d'Owendo cédé par les autorités gabonaise à la société Bolloré. Depuis, il n'a point décoléré, se servant de médias européens, français en particulier, dont...pour, par l'exposition de faux documents scannés, tenter de salir l'image des anciens responsables de l' OPRAG. Les deux personnalités qu'il accuse d'avoir augmenté de 49% au lieu de 30% le capital de l'OPRAG. Ce qui est archifaux puisqu'il est une vérité qui fait état d'un principe qui veut depuis une décision gouvernementale datant de 1996 que toute société parapublique gabonaise que l'on tient à redresser consente d'accorder jusqu'à 49% de ses actions aux actionnaires privés. Que viennent alors Ali Bongo Ondimba et Jean- Pierre Oyiba chercher dans cette affaire ? Mieux, Jacques DupuyDauby peut-il, arguments et preuves à l'appui, nous démontrer que le président de la République qu'il incrimine à tort et pour qui les avocats prennent fait et cause à raison d'ailleurs, a signé des documents ? Bien au contraire, c'est en l'observant et l'identifiant comme un simple facilitateur de son ancien ami Bolloré et un vil escroc que les dirigeants de l'OPRAG d'antan avaient décidé de dénoncer la convention par laquelle il tentait, se présentant comme chef d'entreprise, d'être lié à l'Office dont les responsables avaient découvert la supercherie et su qu'il n'était qu'un pseudo- chef d'entreprise. Traînant autant de bourdes, comment ce Franco- Espagnol peut- il de grâce se permettre de s'ériger en donneur de leçons, lui, qui devait plutôt en recevoir de ceux qu'il veut visiblement nuire. Peut- être est-il à la solde de nostalgiques Françafricains qui semblent voir la terre défiler sous leurs pieds, surtout depuis qu'ils remarquent que les choix stratégiques du Gabon sont de plus en plus portés sur des Etats autres que la France avec qui le pays développe des relations fructueuses. 
 Il a cru avoir lancé un pavé dans la mare, il n'en n'est rien puisque ses mensonges ont finalement fait l'effet d'un pétard mouillé. Depuis longtemps, qu'attendait- il pour faire cette sortie honteuse s'il était convaincu de la véracité de ses propos ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky