Une petite nouvelle d'On n'est pas couché

Laurent Ruquier et Cathérine Barma se sont offerts, pour cette énième saison d'On n'est pas couché", la sulfureuse Christine Angot, auteur du non moins intimiste roman,l'Inceste . Ne recherchaient-ils (Ruquier et Barma) pas le buzz permanent, unique façon d'exister, c'est à dire de vendre ou de faire vendre, dans l'empire médiatique? En tout cas, c'est fait, ils l'auront encore, leur sacré buzz.

La Angot nationale a encore pété les plombs. Jupiter merci, cette fois-ci, le pauvre François Fillon et la pudique Pénélope n'y sont pour rien. Selon L'Express, la chroniqueuse aurait orageusement quitté le Plateau d'On n'est pas Couché, lors de l'enregistrement du talk-show jeudi soir. Qui donc a énervé notre Christine?  Ce matin, la coupable s'est elle-même dénoncée au micro d’Elisabeth Martichoux sur RTL. Il s'agit l’ancienne secrétaire nationale adjointe d’EELV, Sandrine Rousseau. "Il s’est passé un violent clash, une violente altercation avec Christine Angot sur le plateau parce que la parole est quelque chose de compliquée"  a lâché Sandrine Rousseau

La genèse du Malaise-colérique d'Angot : un violent clash qui l'a opposée à Sandrine Rousseau, venue présenter livre Parler publié chez Flammarion, dans lequel elle raconte une agression sexuelle dont elle aurait été victime de la part de l'élu écologiste, Denis Baupin. Au cours de l'échange, Sandrine Rousseau a expliqué son envie, celui "de donner aux femmes des outils pour se faire entendre". Ce qui agaça terriblement Christine Angot qui lança d'un ton sévère à l'invitée: "Je vous interdis de dire ce que vous dites!...Vous ne pouvez pas parler au nom de toutes les femmes, vous auriez dû dire 'je'. On ne peut parler que de son viol." Ce qui provoqua la seule réaction tolérée du public dans ce genre d'émissions: les huées. Vexée par le son du public, la chroniqueuse gifla sa paperasse qui partit en éventail et son verre, et annonça à tous: "Je quitte le plateau".

Bonne nouvelle! Christine Angot quitte le plateau d'On n'est pas couché.

Post-scriptum:

- Au nom de quoi l'auteure d'Inceste interdit à l'auteure de Parler de dire ce qu'elle croit utile ou intéressant? Est-ce une critique, un argument d'interdire ? La chroniqueuse est-elle là pour "autoriser" et "interdire", oubien pour critiquer, c'est à dire "être capable de discernement, passer au tamis" et non chez un Commissaire?

- Angot, croit-elle que, c'est parce que son invité aurait utilisé le "je" que cela engagerait moins les femmes?  Angot veut-elle régenter l'expression de chacun de ses invités?

"Quand je vous parle de moije vous parle de vous. Comment ne le sentez-vous pas ? Ah ! Insensé qui crois que je ne suis pas toi." faisait savoir Victor Hugo.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.