Risque de cancer dû aux prothèses mammaires : mais que nous cache-t-on ?

La Food and Drug Administration (agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux) a identifié pour la première fois un lien entre implants mammaires et développement de cancer du sein en 2011. À cette époque, la FDA ne connaissait que peu de cas, et il n'était pas possible de déterminer quels facteurs augmentaient le risque.

Risque de cancer dû aux prothèses mammaires : mais que nous cache-t-on ?

Qu'est-ce que le lymphome anaplasique à grandes cellules associé aux implants mammaires (LAGC-AIM) ? Est-il un cancer ?

Le lymphome associé aux implants mammaires (LAGC-AIM / BIA-ALCL) n'est pas un cancer du sein : c'est un type de lymphome non hodgkinien, soit un cancer du système immunitaire. Dans la plupart des cas, le LAGC-AIM se trouve dans le tissu cicatriciel et le liquide près de l'implant, mais dans certains cas, il peut se propager dans tout le corps. Le risque qu'un individu développe le LAGC-AIM est considéré comme faible. Cependant, ce cancer est grave et peut entraîner la mort, surtout s'il n'est pas traité rapidement. Chez la plupart des patients, il est traité avec succès par chirurgie pour retirer l'implant et le tissu cicatriciel environnant, et chez certains patients, également par traitement par chimiothérapie et radiothérapie.

Quels sont les symptômes du lymphome associé aux prothèses mammaires ?

Les principaux symptômes du LAGC-AIM sont des gonflements persistants et la présence d'une masse ou d'une douleur dans la zone de l'implant mammaire. Ces symptômes peuvent survenir bien après la guérison de l'incision chirurgicale, souvent des années après la pose de l'implant. Lors de l'évaluation par un chirurgien esthétique, des signes de collecte de liquide autour de l'implant mammaire sont souvent observés. Certains patients ont indiqué la présence d'une bosse sous la peau ou d'une contracture capsulaire (capsule cicatricielle épaisse et visible autour de l'implant).

La texture de la surface de la coque de l'implant mammaire, lisse ou texturée, augmente-t-elle le risque pour une femme de développer le LAGC-AIM ?

Un nombre croissant de preuves a été évalué, y compris les nouveaux rapports sur les dispositifs médicaux des États-Unis et du monde entier sur le nombre total de cas LAGC-AIM. Il s'agit notamment de décès supplémentaires récemment signalés à la FDA et dans la littérature scientifique. En conséquence, nous pouvons déterminer que :

  • Tous les patients qui ont des implants mammaires ou qui envisagent de les obtenir doivent être conscients du risque de LAGC-AIM.
  • Le risque de LAGC-AIM est plus élevé pour les implants à surface texturée que pour les implants à surface lisse.
  • Certains autres produits mammaires texturés, en particulier certains expanseurs de tissus texturés, ne doivent pas être utilisés, et nous avons émis de nouvelles recommandations pour les patientes qui utilisent ou ont utilisé ce type de produit.

Si une personne envisage des implants mammaires, que devrait-elle faire ?

Il y a plusieurs choses importantes à considérer avant de décider de subir une chirurgie d'implant mammaire. Cette liste est disponible auprès de la FDA pour vous aider à être pleinement informé si vous envisagez une augmentation mammaire, une reconstruction avec un implant ou la révision (remplacement) d'un implant que vous avez déjà pu avoir. Plus important encore, vous et votre chirurgien devez discuter de vos objectifs et attentes concernant la pose d'implants mammaires, les avantages et les risques, la nécessité de surveiller votre implant pour les complications aussi longtemps que vous en avez, et le retrait ou le remplacement éventuel.

Quels-sont les conseils des professionnels en chirurgie esthétique ?

Pour leurs confrères :

  • Immédiatement cesser d'utiliser (implanter) les implants mammaires et les extenseurs de tissus répertoriés dans la communication de sécurité de la FDA du 24 juillet 2019, et travaillez avec votre établissement pour retourner l'inventaire existant.
  • L'ablation systématique de ces types ou d'autres types d'implants mammaires chez les patientes qui ne présentent aucun symptôme n'est en revanche pas recommandée.
  • Informer vos patients qui possèdent des implants et les extenseurs de tissus répertoriés dans la communication de sécurité de la FDA du 24 juillet 2019 sur les risques de conséquences graves pour la santé, y compris le potentiel de développement de LAGC-AIM.
  • Avant l'implantation de tout implant mammaire, fournissez à vos patientes l'étiquetage du patient du fabricant, ainsi que tout autre matériel pédagogique, et discutez des avantages et des risques des différents types d'implants.
  • Envisagez la possibilité de LAGC-AIM lors du traitement d'un patient présentant des modifications péri-implantaires tardives. Dans certains cas, les patientes présentaient un sérome, une masse, un durcissement adjacent à l'implant mammaire. Si vous avez un patient suspecté de LAGC-AIM, référez le cas du patient à des experts familiers avec le diagnostic et le traitement de LAGC-AIM.
  • Recueillir du liquide de sérome frais et des portions représentatives de la capsule et envoyer des tests de pathologie pour exclure LAGC-AIM. L'évaluation diagnostique doit inclure une évaluation cytologique du liquide ou de la masse du sérome avec des frottis colorés de Wright Giemsa et des tests d'immunohistochimie / cytométrie en flux de blocs de marqueurs de différenciation (CD30) et de lymphome anaplasique kinase (ALK).
  • Élaborer un plan de traitement personnalisé en coordination avec des experts familiers avec le diagnostic et le traitement de LAGC-AIM. Tenez compte des directives de pratique clinique actuelles, telles que celles de la Plastic Surgery Foundation ou du National Comprehensive Cancer Network (NCCN) lorsque vous choisissez votre approche thérapeutique.

Pour les patients :

  • Ne pas paniquer : moins de 10 cas de décès par LAGC-AIM connus en France depuis près de 10 ans que cette pathologie est connue.
  • Si vous ne présentez aucun symptôme, nous ne recommandons pas le retrait des implants et des extenseurs de tissus répertoriés dans la communication de sécurité de la FDA du 24 juillet 2019, ou d'autres types d'implants mammaires en raison de préoccupations liées au risque de développer LAGC-AIM.
  • Prenez connaissance des symptômes du LAGC-AIM, principalement les gonflements persistants, la présence d'une masse ou de la douleur à proximité de l'implant mammaire et surveillez la zone autour de vos implants mammaires pour tout changement.
  • Si vous ressentez l'un de ces symptômes ou d'autres changements, parlez à votre professionnel de la santé de la nécessité d'une évaluation plus approfondie. L'évaluation du LAGC-AIM implique généralement un examen physique, une imagerie et / ou une évaluation du liquide ou des tissus autour de l'implant mammaire. Il est important de subir une évaluation pour diagnostiquer le LAGC-AIM, car un diagnostic confirmé de LAGC-AIM peut changer le type d'opération à effectuer.
  • Les patients avec un LAGC-AIM confirmé devraient subir un retrait d'implant avec retrait de la capsule cicatricielle environnante, ce qui est une opération plus étendue que le retrait de l'implant seul.
  • Comme pour tout appareil implanté, il est bon de garder une trace du fabricant de l'appareil et du nom du modèle d'implant. Vous avez peut-être reçu ces informations sur une carte d'appareil patient de votre chirurgien. Si vous souhaitez obtenir le nom du fabricant et le modèle de vos implants, envisagez de demander à votre chirurgien ou d'obtenir le dossier de votre chirurgie (notes opératoires) auprès de l'établissement où elle a été réalisée.
  • Comprenez que la plupart des cas de LAGC-AIM surviennent des années après la pose de l'implant mammaire et présentent des symptômes ou des changements autour de l'implant mammaire. Parlez à votre chirurgien de votre risque de développer LAGC-AIM.
  • Si vous envisagez des implants mammaires, veuillez consulter ces recommandations importantes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.