Réponse à Elisabeth Lévy disant: "Blanquer, c'est l'anti-Najat, et tant mieux !"...

Quand la fachosphère et ses amis soutiennent les "réformes" éducatives.

Parfois le hasard nous mène où nous n'aimons pas aller.

La lecture du Figaro, quotidien qui héberge de belles "plumes" défendant des idées que je ne partage pas, m'a invité à découvrir l'entretien donné par Elisabeth Lévy (Causeur, magazine n'assumant pas son "extrèmedroitisme", alors que...) à Alexandre Devecchio. Si le coeur vous en dit, et que vous n'êtes pas rebutés a priori par l'absence d'expertise totale de Madame Lévy en matière de politique éducative, car la dame est d'une rare incompétence en la matière, je ne résiste pas au "plaisir" de vous en indiquer le lien. C'est ci-dessous:

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/09/09/31003-20170909ARTFIG00091-elisabeth-levy-blanquer-c-est-l-anti-najat-et-tant-mieux.php

Je ne vais pas perdre un temps précieux à contredire toutes les erreurs (mensonges?) de Madame Lévy. Ses propos en sont truffés. J'ai mieux et plus utile à faire.

Quelques mots simplement, au sujet du titre, reprenant les mots d'Elisabeth Lévy:

«Blanquer, c'est l'anti-Najat ! Et tant mieux !»

Passons sur le fait que Monsieur Blanquer ne soit pas du tout l'anti-Najat - c'est beaucoup plus subtil que cela mais Causeur, en général, ne se pique pas de subtilité - je remarque qu'une fois de plus les hommes sont nommés quand les femmes sont prénommés. Madame Vallaud-Belkacem - c'est son nom Madame Lévy; je vous l'apprends peut-être - est ainsi une fois encore infantilisée, confinée dans son "statut" de petite fille dont on voudrait effacer le nom de jeune fille - Belkacem - et d'épouse - Vallaud.

En plus, "Belkacem"... Evidemment, la fachosphère grimace...

Passons aussi sur le fait que Madame Lévy ait cru bon, une fois de plus, de surligner le sourire de l'ancienne excellente Ministre de l'Education Nationale. Décidément, je commence à croire que certaines jalousies ont peine à trouver un remède.

Passons enfin sur le fait que Madame Lévy confonde Agathe et Julia Cagé - certes soeurs et jumelles mais quand même! Quand on exige la rigueur à l'école, on commence par l'appliquer à soi-même! - dont le patronyme est par ailleurs écorché. "Gagé" au lieu de "Cagé". Je serai bienveillant...

Une fois tout cela dit, il ne reste strictement rien à se mettre sous la dent. Car ce qu'affirme Madame Elisabeth Lévy - prénom et nom chez moi - n'est que le copié-collé de propos entendus chez celles et ceux persuadés qu'il existait une école parfaite, qui n'oubliait personne, qui n'innovait pas, qui ne pratiquait pas la pédagogie - car Madame Lévy est persuadé que les "pédagos" sont une secte malfaisante -, qui faisait redoubler les élèves pour qu'ils progressent et qui autorisait, divine époque, les châtiments corporels.

Bref, Madame Lévy ne nous apprend rien, n'apporte rien à un sujet - l'Ecole - qui mérite mieux qu'un tel bavardage insignifiant.

Au-delà de tout ce qui n'est, somme toute, que médiocrité et incompétence, une question me vient à l'esprit:

quelle signification donner à la multiplication des soutiens apportés aux "réformes" de Monsieur Blanquer?

Car il ne s'agit pas de soutiens "innocents". La liste est intéressante:

Causeur;

SOS Education;

Espérances banlieues; (Je vous invite à lire l’enquête de l'excellent site Questions de classe(s) en cliquant sur les liens ci-dessous):

l’épisode 1 : Derrière la com d’Espérance banlieues... chronologie

l’épisode 2 : géographie... politique...

l’épisode 3 : le financement

l’épisode 4 : la laïcité

Institut Montaigne...

Et quelques personnalités médiatiques, dont la liste est elle aussi signifiante:

Eric Zemmour;

Alain Finkielkraut;

Natacha Polony (avec des nuances)...

Tout ce que les réactionnaires comptent de réseaux et de "stars" du moment.

Avec un tel attelage, passéiste, anti pédagogue pathologique, prisonnier volontaire d'idées ayant toutes fait la preuve de leur inefficacité - sauf pour les meilleurs élèves, à 95% héritiers dynastiques et auxquels je n'adresse aucun reproche! - l'Ecole ne parviendra JAMAIS à respecter sa promesse républicaine résumée en quatre mots sublimes:

"Liberté - Egalité - Fraternité - Laïcité"!

Ne vous en déplaise, Madame Lévy, cette devise-là était respectée par celle que vous appelez "Najat". Ce qu'elle serait en droit de ne pas vous permettre...

Ne vous en déplaise, Madame Lévy, vous semblez oublier une évidence que je vous rappelle pour conclure:

celles et ceux qui ont fait échouer si souvent l'Ecole, ce sont les mêmes qui sont aujourd'hui aux affaires et qui l'étaient déjà il y a quelques années, au désespoir des enseignants, élèves et parents:

ils avaient noms Sarkozy, Fillon, Chatel et pour Directeur Général de l'Enseignement Scolaire un certain...

Devinez...

Christophe Chartreux

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.