PETIT COVID, UN CONTE D'AUJOURD'HUI

Lorsque Petit Covid arriva en France en janvier 2020, il vit tout d’abord :

  • Le Ministère des Solidarités et de la Santé,
  • La Direction Générale de la Santé,
  • L’agence nationale Santé Publique France,
  • La Haute Autorité de Santé, organisme public,
  • Les 26 Agences Régionales de Santé, établissements publics,
  • L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, établissement public,
  • L’Alliance Nationale pour les Sciences de la Vie et de la Santé, groupe de concertation publique,
  • L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé, établissement public,
  • Le Haut Conseil de la Santé Publique, groupe de travail,
  • Le Comité Scientifique, 12 experts.

« Bon sang, se dit-il, qu’est-ce que ces gens-là doivent payer comme impôts. Je ferais peut-être mieux de rebrousser chemin devant une telle organisation. »

Il entendit proclamer qu’ici, les masques étaient inutiles. Cà le rassura finalement, et il décida de poursuivre sa progression. Il vit que non seulement il n’y avait pas de masques, mais qu’il n’y avait pas non plus de tests, pas suffisamment de respirateurs, pas de gants, pas de blouses, et que les couturières se mobilisaient sans qu’il pût voir la moindre agence ou le moindre comité qui les coordonnât. Inquiet, il se demandait où pouvait bien être le piège, lorsqu’apparut le Coordinateur de la Stratégie Nationale de Déconfinement. « C’en est trop, se dit-il, je ne reste pas un mois de plus ici, je n’y comprends rien, je m’arrache … ». Et l’épidémie se termina. Les habitants redevinrent libres et heureux, et eurent beaucoup d’impôts.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.