Phages : condamnés cherchent sages

Un mot trop général comme "oiseau", "arbre" ou "véhicule" pose problème au lecteur. Quand il s'agit de "phage" on ne sait pas s'il s'agit d'un phage-gardien bénéfique ou d'un phage-vecteur inquiétant. La sagesse voudrait que les auteurs utilisent des mots "porteurs d'un vrai sens". Et pourtant ...

Emile Zola © Domaine public Emile Zola © Domaine public
Dans l'article précédent nous avons vu les éléments de cette hallucinante histoire : en 2018, en France, on laisse mourir, amputer, invalider des milliers de patients alors que la thérapie existe depuis 1917, a été au Vidal jusqu'en 1977, reste utilisée dans différents pays du monde, est pratiquée clandestinement en France, est maîtrisée par le Service de santé des Armées.

Les personnages de Kafka, les Ubu, les Arturo Ui sont convoqués pour éclairer cette folie collective de 40 ans.

Pour quitter cette folie il faut des sages. Où sont les sages de la France de 2018 qui vont faire ce qu'il faut pour arrêter le massacre ? 

La banalité du mal se nourrit de visions des choses ... 

Nous voyons ici trois problèmes de vision des choses, un prochain billet explorera cette question plus avant.

Phages qui soignent et phages qui font peur

Phages-gardiens versus phages-vecteurs © Christian Bois Phages-gardiens versus phages-vecteurs © Christian Bois

 

 

 

 

Les phages qui font peur ont la vedette.
On raconte aux étudiants l'histoire de l'inoffensive bactérie Vibrio qui, quand elle est lysogénisée par le phage CTX2, cause le choléra.
On emploie le même mot "phage" pour désigner deux dynamiques très différentes, celle du phage-vecteur et celle du phage-gardien : folie.
Le phage-gardien se contente d'être le prédateur naturel des bactéries pathogènes.
Le phage-gardien est un remède commensal : les humains le portent en eux depuis 3 millions d'années pour leur plus grand bien.
Le processus - une fois domestiqué en 1917 à l'Institut Pasteur - se nomme phagothérapie.

Quel sage va décider de la diffusion de l'information juste dans les lieux de science, dans l'enseignement, dans la prévention santé, etc. ?

Phage naturel et molécule artificielle

Phages naturels versus molécules artificielles © Christian Bois Phages naturels versus molécules artificielles © Christian Bois

 

 

 

 

Lorsque je me fais un bobo en bricolant, je lèche la coupure = réflexe archaïque efficace.
Je sème des phages-remèdes qui vont détruire les bactéries de mon bobo.
Réflexe dont la justesse est expliquée par la science de demain - référence ci-après.

Lorsqu'une multinationale veut breveter le vivant, on crie - à juste titre - au scandale.
Lorsque l'ANSM confond de manière ... confondante les phages naturels avec des molécules de synthèses, c'est un scandale.

Quel sage va dire "ça suffit !" ?
Oui, ça suffit de bloquer l'existence de la phagothérapie artisanale et locale par des histoires d'industrie de la molécule de synthèse ! 

Une amnistie indispensable

Amnistie © Christian Bois Amnistie © Christian Bois

 

 

 

 

 

Quarante années à priver de phagothérapie les patients atteints par les bactéries multirésistantes.
Quarante années de massacre mais il faut tourner la page.
Il faut reconnaître que l'on s'est trompé lourdement.
Il faut accepter que l'on a laisser jouer la banalité du mal.
Il faut amnistier les responsables pour pouvoir passer à autre chose : sauver les patients comme on le faisait avant 1978.

Quel sage va aider à déclencher cela ?

Conclure ?

Sidération ! Le lecteur est sidéré lorsqu'il prend connaissance de ces informations.
La sidération est l'ennemie de la pensée, de la décision, de l'action.

Quel sage peut ne pas être sidéré et lancer le processus de sortie de cette folie ?  

Références

Pouvoir thérapeutique des phages oraux Jinfeng Wang, Yuan Gao and Fangqing Zhao Institut des Sciences de la vie Pékin 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.