6 Mars : La récupération de trop !

COMMUNIQUE                                                                                                                                                              Paris, Le 2 mars 2015

 

Objet : réaction à l’Appel à un « meeting contre l’islamophobie et le climat de guerre sécuritaire » (6 mars 2015,  Bourse du Travail à Paris (*)

 

La récupération de trop !

 

On ne peut que s’indigner d’apprendre que des associations militant activement contre la laïcité et contre l’émancipation des femmes prétendent manifester leur solidarité avec les morts de Charlie Hebdo, de l’hyper-Cacher et des policiers qui les défendaient, en dénonçant « l’islamophobie » et le “climat de guerre sécuritaire ».

 

Parmi ces associations nombre d’entre elles ont dévoyé la notion de liberté en exigeant sous des prétextes religieux , le «  droit » pour les femmes et même les petites filles de respecter des  prescriptions vestimentaires qui stigmatisent leur corps et développent une véritable ségrégation sexuelle en opposition avec la loi commune républicaine.

 

Choisir la semaine du 8 mars pour organiser un tel meeting, alors que se déroulent dans le monde et en France de multiples manifestations en faveur du droit des femmes est une véritable provocation lorsque l’on sait que c’est au nom des religions, toutes les religions, et des traditions que les droits des femmes sont le plus souvent  bafoués dans le monde.

 

 

Premières associations signataires :

 

AFRICA 93

ATALANTE Vidéos Féministes

Réseau Féministes « Ruptures »

Conseil International des Femmes

Du Côté des Femmes 

EGALE

Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir 

Femmes Solidaires 

Forum Femmes méditerranée 

LAÏCITÉ LIBERTÉ 

Le collectif des Femmes sans voile d’Aubervilliers 

Les efFRONTé-e-s

Libres Mariannes 

Ligue du Droit International des Femmes 

Regards de Femmes 

Réussir l’Egalité Femmes- Hommes 

SOS Sexisme.

 

Contact : Annie Sugier 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.