La critique anti-fétichiste ou la dialectique réification / déification

 

La critique anti-fétichiste mobilise de façon dialectique les catégories de réification et de déification
Les décroissants auraient avantage, me semble-t-il, à exploiter la théorie critique anti-fétichiste de Marx et pas que pour la marchandise et l'économie. Elle me parait être appropriée pour les grands dispositifs technologiques ou ceux juridico-technocratiques qui surplombent les humains. Il y a là un volet anthropologique critique à exploiter, me semble-t-il.

Les humains peuvent cesser d'adorer les 4X4 (mais on le fait tous pour autre chose : moto pour moi) et les scientifiques cesser de s'agenouiller devant de grands projets totalement démesurés pour les humains (G Azam). Le démesuré nous écrase (S Weil).
Au travers l'analyse des thèses de Feuerbach, Marx avait pris la critique de la religion comme "critique de toute critique". Ce qui en annonçait d'autres. Mais le marxisme a assez peu exploité le fil critique anti-fétichiste qui mobilise de façon dialectique les catégories de réification (rabaissement comme chose) et de déification (élévation comme une personne - sacralisation) . Un processus se combine à l'autre.
Comme exception on citera des auteurs comme Jean-Marie Vincent (qui parlait de dispositif abstrait en surplomb) , Antoine Artous (2006) et Alain Bihr. Ce dernier a donné récemment une intervention "La critique du fétichisme économique, fil rouge du Capital" qui mérite le détour (25 pages)
http://actuelmarx.u-paris10.fr/cm5/com/M15_Philo_Bihr.pdf
Christian Delarue

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.