MAUX ?

Petits et gros mots du sexe.

http://www.dazibaoueb.com/article.php?art=30592


Les mots du sexe sont entre respect et domination mais aussi entre maux et jouissance. La chose est complexe et il ne suffit pas de dire avec Albert Camus : "Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde". Car San Antonio, qui s'y connaît dans son rayon, sans être un modèle à suivre, explique : "On n'urine que dans un hôpital ; partout ailleurs on pisse". Voilà qui donne, un peu, le ton !

Au-delà de la justesse (ou non) du propos il faut comprendre que les usages des mots sont variables surtout en fonction du contexte. Il existe grosso modo trois niveaux de langage : les mots crus, les mots savants et les mots d'enfants. A chaque mot son contexte. On ne dit pas le même mot à sa chérie dans l'intimité que devant ses enfants ou dans un séminaire sur la santé des adolescents. On peut quasiment en toute occasion "appeler une chatte..." une chatte (1) car les mœurs ont beaucoup évolué en l'espace de quelques décennies (2) ; mais il n'empêche que les convenances sociales perdurent.

Certains mots peuvent tout à la fois être excitants ou répugnants selon le contexte et la personne qui le prononce. Par ailleurs, on ne s'exprime pas pareillement à son médecin, ses enfants ou son (sa) compagne. Il existe, pour ce que j'en sais, des codes très strictes dans certains couples : l'usage des mots vulgaires et même très crus est tout à fait permis en privé, dans le cadre amoureux intime, mais strictement interdit hors de ce cadre, dès sortie de la chambre. Dans d'autres couples,  ce sera l'inverse : tel homme qui injurie sa femme devant ses ami(e)s se fera tout timide dans l'intimité. Enfin il y ceux qui sont dans l'excès constant : soit que des mots châtiés en toutes circonstances, soit que des mots vulgaires et obscènes à toute heure de la journée.

Ici remarquons que l'excès pudibond sera féminin et que l'excès injurieux sera masculin. L'entre-deux en équilibration est à penser comme une recherche qui vise à introduire le jeu sexuel ludique en faisant reculer la domination au profit de l'amour. Le jeu amoureux combinera tendresse amoureuse et transgression verbale selon la tonalité voulue pour l'excitation réciproque. Car ne l'oublions surtout pas, l'amour c'est "faire attention à", "prendre soin de"...  y compris dans le partage intime.

Christian Delarue

1) "Appeler une chatte..." est le titre du livre de Florence Montreynaud (Ed Calman-lévy 2004). Composer plus de 300 pages sur le sujet, il faut assurément avoir accumulé un certains nombre de lectures anciennes "orientées" en plus de ce que l'époque actuelle permet de retenir. L'imagination est inépuisable. Une prolixité stupéfiante ! (Ce que ma compagne remarque ici)
2) Du temps de mes propres parents les mots du sexe faisait si peur que l'éducation sexuelle en était entravée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.