Nous sommes Mila - MS21

Nous sommes Mila - MS21

Nous sommes Mila - MS21

img-0295

Le 19 janvier dernier, Mila, une jeune lycéenne de 16 ans a eu à subir sur internet des insultes à caractère homophobe, ainsi que des menaces de viol et des menaces de mort. Quel « crime » avait-elle donc commis ?

Victime de discrimination et d'insultes en raison de son orientation sexuelle, elle avait posté une vidéo  où elle s'en prenait violemment à toutes les religions et particulièrement à l'islam  : « Je déteste la religion, le Coran il n’y a que de la haine là-dedans. […] Votre religion, c’est de la merde, votre Dieu, je lui mets un doigt dans le trou du cul… ». Mila a dû être déscolarisée pour la protéger. Sur internet le débat s'est enflammé, et le CFCM (Conseil Français du Culte Musulman), par la voix de son délégué général, Abdallah Zekri s'est exprimé avec finesse... : « Qui sème le vent récolte la tempête », « Elle l’a cherché, elle assume ».

Le MS21 tient à exprimer son soutien à Mila et sa condamnation la plus ferme de toutes les odieuses pressions et menaces criminelles qui ont été exercées à son égard. Le MS21 dénonce la volonté de certains groupes religieux de vouloir rétablir subrepticement un délit d'un autre âge, reliquat du fanatisme le plus obscurantiste : le délit de blasphème (aboli en France en 1881). Aujourd'hui, comme ce délit d'offense à Dieu est caduc dans une société sécularisée et laïque, certains tentent d'en faire une « offense à la sensibilité des croyants ».

Nous tenons à rappeler ici les principes fondamentaux de notre droit qui préservent à la fois et la liberté d'expression et le respect des personnes physiques. La critique d'une religion, d'une divinité, d'une conviction est possible sans restrictions, même avec la plus grande virulence. En revanche, l'appel à la haine, à la violence, à la discrimination envers les personnes ou des groupes de personnes est puni par la loi.

Nous sommes effarés, hélas, une fois de plus, par l'absence de réactions  ou pire, totalement inappropriées, de la gauche. Ainsi, Ségolène Royal, commentant l'affaire a dit :" Critiquer une religion, ça n'empêche pas d'avoir du respect, de l'éducation, de la connaissance, d'être intelligent par rapport à ce qu'on dit. Certainement pas d'ériger une adolescente qui manque de respect comme le parangon de la liberté d'expression, sûrement pas."  Il n'y a pas eu de parole claire de soutien à Mila au nom du combat contre l « islamophobie » confondu malencontreusement même par madame la Ministre de la justice avec le racisme anti-musulman.

Face à cette vacuité, l'extrême-droite se régale et fait de Mila son héroïne. Tout cela, alors que d'après un sondage Ifop réalisé pour le documentaire « Nous, Français musulmans », 81 % d’entre eux disent n’avoir « aucun problème à discuter avec des gens qui ne partagent pas les mêmes valeurs » qu’eux, et 62 % déclarent qu’« on peut faire de l’humour sur tous les sujets, y compris la religion » !

Le MS21 dénoncera toujours les compromissions douteuses d'une partie de la gauche avec les idéologies communautaristes. C'est pourquoi nous étions « Charlie », nous sommes « Mila » et demain nous serons plein d' « autres » pour défendre les libertés fondamentales, la laïcité, si malmenées dans notre pays actuellement (quelles que soient par ailleurs nos opinions personnelles sur « Charlie », « Mila »...). 

 

Source :

http://ms21.over-blog.com/2020/02/nous-sommes-mila.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.