Mila - Macron : La vulgarité n'est pas là où on pense.

Mila - Macron : La vulgarité n'est pas là où on pense.

Mila - Macron : La vulgarité n'est pas là où on pense.

 

Voltaire, « Lettre à d’Alembert » (12/11/1757)

« Fanatiques papistes et fanatiques calvinistes  sont tous pétris de la même merde détrempée de sang corrompu. »

I

Erich Fromm aide nous à penser !

Le blasphème de Mila que je qualifie de réactionnel et de circonstance  serait jugé bénin par Erich Fromm (s'opposant lui à "la passion de détruire" et autorisant une agressivité défensive, bien mesurée) . Mila avec son blasphème et tout ce que cette jeune adolescente de 16 ans a du subir (dans un pays ou le blasphème n'existe pas) est, pour moi, assurément à défendre sans l'ombre d'un doute (contrairement à Maud Assila plus dans le doute) mais certainement pas Macron et ses nombreux mépris de classe - liste exhaustive vue sur Mediapart - qui semblent satisfaire son bloc d'en-haut, dominant et néolibéral. On ne saurait oublier cela, au moment ou certains défenseurs de la laïcité occupe le terrain du "blasphème de Mila" - ce qu'il faut faire (je répète) - mais en ayant "oublié" la "question sociale" autrement décisive de décembre 2019-janvier et février 2020 (contre la retraite à points). 

fromm@cd fromm@cd

 II

L'idéologie macroniste détruit la République pour tous et toutes.

La République présuppose des acteurs en capacité de défendre et développer sous le signe de la civilisation et de la pleine solidarité Etat social, Etat démocratique et Etat de droit. On y rajoutera de nos jours un quatrième Etat protecteur de l'environnement. La laïcité est bien sûr un élément important -le quatrième pilier après liberté, égalité, fraternité -, mais ce n'est pas elle qui va assurer une bonne retraite aux travailleurs et travailleuses post 60 ans.

L'idéologie macroniste est une apologie très néolibérale pour le "premier de cordée" et la "star-up nation", un ensemble "doctrinal" flou diffusé (en 2017) par les grands appareils d'influence idéologique.  Ce néolibéralisme est destructrice des appuis sociaux et mécanismes de solidarité de l'Etat social (1). 

III

Une horreur pour le peuple-classe !

Voyons en quoi le marcronisme est une horreur, tout comme jadis une écrivaine pointa "l'horreur économique".

1 - D'abord des "éléments de langage" pour une action sans esprit, sans humanité, des termes pleinement issus de la "boite à outil" du petit monde turbo-capitaliste financiarisé : efficacité, rentabilité, performance, compétition, gain de productivité, flux tendu, méritocratie, sélection, élimination des "bras cassés" (Spencer), etc

2 - Ensuite, "Start-up nation" : Ce rapprochement sémantique entre Nation et Start-Up opère une dénaturation coupable d'ignorer ce qu'est une communauté politique. Sa faute gravissisme tient dans le fait de prendre la nation, soit une vaste collectivité humaine en principe placée sous le signe de la citoyenneté et de l'égalité, pour une petite entreprise capitaliste soumise elle au principe hiérarchique (obéissance) et concurrentiel (lutte pour la vie). Macron instrumentalise par ce biais les humains comme de simples moyens, et il les réifie sous le signe de la rentabilité, de la performance. On a là les racines de son mépris de classe, de son "racisme" contre les faibles, les perdants, les lents, les improductifs.

Une large fraction du peuple-classe juge : Trop d'élitisme de classe , trop de politique pour le 1% ! Le 10% d'en-haut peut s'en accommoder . Quid des autres !

peuple-classe peuple social peuple-classe peuple social

 

3 - Enfin son élitisme sur les "premiers de cordée" : Décidément, il est temps de voir qu'être manager ou banquier ou un "premier de cordée" (terme générique de ce nouvel élitisme de Macron) ne fait pas de vous, bien au contraire, une femme ou un homme politique serviteur de l'intérêt général, promoteur des droits pour tous et toutes via de nécessaires services publics. C'est pour cela que les services publics sont cassés ou dénaturés. Que les droits ne sont en pleine usage que chez les riches. Les autres, les 90% d'en-bas n'ont que les miettes des propriétaires des entreprises, des moyens de production.

On a là, avec Macron, la barbarie en costume de modernité, mais certainement pas la civilisation qui respecte le petit peuple et les orientations du développement durable. Le spencérisme , sorte de darwinisme social, est incompatible avec la civilisation. C'est que la civilisation, comme "culture de paix" (Roland Nivet) passe par la "Raison solidaire" (Jean Ziegler 1983) et cette solidarité suppose une "main gauche de l'Etat" (Bourdieu) qui fait si cruellement défaut depuis la "thatchérisation du monde" (1) qui n'est autre qu'un "trajet vers sa ploutocratisation".

On comprendra que les grands actionnaires soient défendus et les fonctionnaires attaqués . Le statut du fonctionnaire n'est pas un privilège pour des travailleurs et travailleuses du public mais un outil, hors boite à outil managériale du néolibéralisme, pour défendre Etat de droit, Etat social et Etat démocratique. 

CQFD : Le marcronisme est bien une horreur !

Christian Delarue

1) LA THATCHERISATION DU MONDE et L'EXTRÊME-DROITE ECONOMIQUE : UN TRAJET VERS LA PLOUTOCRATISATION - Christian DELARUE - 7 janvier 2020 

http://amitie-entre-les-peuples.org/La-thatcherisation-du-monde-et-l-extreme-droite-economique

ploutocratisation © cd ploutocratisation © cd

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.