Pour une masculinité non prédatrice

Pour une masculinité non prédatrice - Femmes prises entre deux feux d'un masculin prédateur.

Pour une masculinité non prédatrice

Les femmes attirantes - avec décolleté comme à Six Fours cet été 2020 ou avec mini-jupe et talons hauts ailleurs ou en string seins nus sur certaines plages et autre diversité des apparences légères en été - sont prises entre deux feux et c'est cela qu'il faut comprendre pour aller vers plus d'égalité dans la reconnaissance maintenue des différences des apparences sexuées (pas de totalitarisme d'une sorte de ressemblance unisexe imposée à tous et toutes mais pas plus non plus de différenciation sexuée obligée), pour aller aussi vers une masculinité hétérosexuelle non prédatrice, toujours à promouvoir .  

Il s'agirait pour les hommes hétérosexuels de perdre la composante "toxique"(1) et violente du virilisme, du moins si on distingue encore "masculinité autoritaire et violente" à la Trump, Dutertre, Bolsonaro et autres Chefs d'Etat diffusant une conception dure voire violente des rapports aux femmes, aux personnes de couleurs, et plus largement aux personnes en générales et aux animaux sensibles et "masculinité inclusive" (qui ne voient pas les rapports humains que sous l'angle de l'hétérosexualité, qui évoluent sur la question de la souffrance animale, etc : champ vaste d'évolution des mentalités).

 © @cd © @cd

 

Entre deux feux

Reprenons le thème de ce billet portant sur les "Femmes prises entre deux feux d'un masculin prédateur" avec :

- côté "surmoi" d'interdiction, de type rigide et répressif, des sexyphobes , souvent certes des intégristes religieux musulmans mais pas tourjours loin de là et c'est à dire et répéter aux interprétations généralisatrices contre l'islam et les musulmans (racisme venant d'une page Facebook pro-chrétienne et anti-islam ), sexyphobes qui exigent l'interdit des tenues féminines séduisantes et plus généralement le camouflage de certaines parties du corps féminin

et à, l'opposé,

- du côté "çà" de domination, libéré sans entrave, les machos qui prennent sein ou fesse sans aucun souci de considération de l'autre .

L'autre est alors pur objet sexuel ! Il ne s'agit pas de refuser en soi tout regard désirant et objectivant porté sur le corps des femmes (ou des hommes) mais de savoir assurément y mettre des limites à ne pas franchir : limites verbales (se taire), limites comportementales (garder ses mains dans ses poches ). 

 

Equilibration

Les personnes équilibrées pratiquent elles - ce que j'ai nommé jadis - le "double regard" (2): elles voient très bien l'aspect sexué qui plait ou déplait (selon les tendances de la personne) - pas de position hypocrite ici - mais elles respectent d'abord et avant tout la dignité de la personne au-delà de son apparence plaisante ou déplaisante. Ce respect n'est donc pas nécessairement issu d'un défaut d'attirance sexuée (attirance hérosexuelle dominante assumée) mais d'une volonté de se situer dans une masculinité non prédatrice, respectueuse.

 

Hybris - Némesis

Le scrupulum est le petit caillou dans la chaussure qui gêne la marche. Il symbolise la némésis (la limite à poser) contre l'hybris (la démesure de la liberté devenant prédation et domination). La manifestation de la contradiction interne n'est pas qu'individuelle car elle est aussi sociale, avec des forces sociales de némesis devant s'opposer aux forces sociales d'hybris de tout champs.

De façon moins centrée sur l'individu (et ses pouvoirs d'agir de façon responsable) et plus en regard de ce qui est structure sociale ou système social on avancera que les dérives du surmoi relèvent souvent d'une tendance à vouloir comme avant, de façon réactionnaire, un hyperpatriarcat de type intégriste religieux à surmoralisation autoritaire et forte des hommes (et des mères aussi) alors que les dérives du çà et d'un monde infra-moral (démoralisation du monde comme inverse d'un monde surmoralisé) s'apparentent plus au déploiement du capitalo-patriarcat.

En Europe la détermination structurelle des habitus est de type capitalo-patriarcale car la culture hyperpatriarcale n'est qu'une subculture sans détermination forte sauf certaines zones. Mais chaque été on remarque néanmoins une sexyphobie maladive et prédatrice qui justifie qu'on s'en préoccupe. D'autant que pour les sexyphobes, comme pour les autres, il y a toujours présent la justification de la violence dite réactionnelle par l'attitude ou le comportement de l'autre : "elle la cherché" avec sa tenue ! C'est là qu'interviennent les insultes de type "pute" ou "salope" proférées dans un autre sens que celui évoqué sur ce blog (3) il y a peu.

Christian DELARUE

Gr cultures et société d'Attac

1) Selon Amanda Marcotte (Slate), «la masculinité toxique est un modèle spécifique de la virilité, orienté vers la domination et le contrôle. C’est une virilité qui perçoit les femmes et personnes LGBT comme inférieures, qui conçoit le sexe comme un acte non pas d’affection mais de domination, et qui valorise la violence comme seule façon de s’imposer dans le monde.»

Il y a de la transgression dans la sexualité qui n'est pas qu'affection. Ce serait même selon André Comte-Spongille (cf c-dessous 4)la spécificité des humains sur les animaux 

 2) La théorie du « double regard » de Christian Delarue - Amitié entre les peuples

http://amitie-entre-les-peuples.org/La-theorie-du-double-regard-de-C

3)SALOPE, quand je veux 

https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/020820/salope-quand-je-veux

4) LA BESTIALITÉ EN EROTISME EST LE PROPRE DE L'HUMAIN qui n’est pas une bête - ACS

http://krismondial.blogg.org/la-bestialite-en-erotisme-est-le-propre-de-l-humain-qui-n-est-pas-une--a186195468

 La spécificité des humains c’est l’érotisme

 André COMTE-SPONVILLE donne les 4 ECARTS de l’érotisme

 Erotisme, c'est

 1 - Autre chose que faire un enfant (on peut combiner mais c'est différent)

 2 - Autre chose que la jouissance orgasmique rapide (de type masturbatoire)

 3 - Autre chose aussi que la conformité à la rectitude morale puisqu'il y a dans l'érotisme un gout excitant de transgression avec son langage.Autre chose aussi, dit-il, que la banalisation du sexe chaque jour puisque chez les humains on se cache pour s'y adonner, à la différence des animaux qui copulent comme ils mangent !

 4 - Autre chose aussi que la sublimation et l’élévation de l’amourcar il y a "la bête en nous" qui prend le dessus et écarte momentanément les principes moraux. L’animal n’est pas bestial. Il agit et copule sans se cacher.

 Christian DELARUE

 Voir et écouter :

 Sexualité et philosophie laïque • André COMTE-SPONVILLE • Conférence/Interview - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=iPOciT7aIAU

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.