christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1677 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mai 2018

FETE A MACRON le 5 MAI : Quid du lien avec les quartiers populaires?

FETE A MACRON le 5 MAI : Quid du lien avec les quartiers populaires?

christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

FETE A MACRON le 5 MAI : Quid du lien avec les quartiers populaires?

D’aucuns ont pu observer ce lendemain du 5 mai 2018 (grande fête à Macron) que les habitants des quartiers populaires étaient relativement absents de cette grande manifestation. Difficile à dire. Est-ce que cela se repère aisément un habitant des quartiers populaires ? Faut-il beaucoup de Noirs et d’ Arabes ? De quel type (car ils sont extrêmement divers) ?  Faut-il un grand nombre de femmes voilées ? Oups ! Sans doute pour partie mais pas absolument. Admettons néanmoins que les « quartiers populaires » soient restés relativement hors de la manifestation. Bien que l’on puisse faire erreur, cela pose la question des liens entre espaces territoriaux et sociaux.

http://amitie-entre-les-peuples.org/5-mai-Le-lien-avec-les-quartiers-populaires-Christian-DELARUE

XX

Les « quartiers populaires » ne concernent pas que les familles immigrées ou issues de l’immigration.

Les quartiers populaires sont divers : multicolores (blancs et non blancs) et multi-ethniques (soit avec une diversité culturelle et d’origine). Il ne faut donc ni accepter la racialisation externe (venant du FN ou de la droite), ni celle interne, en réaction. C’est Michel Kokoref qui exprimait cette tendance ainsi : « Tout se passe comme si la racialisation « par le haut » s’inversait dans un processus d’ethnicisation « par le bas ». Cependant, on ne saurait pour autant "ethniciser les rapports sociaux" dans les "quartiers de relégation" comme le disait jadis Jean-Marie DELARUE. Il s'y pose certes le problème des discriminations cumulées sans doute plus fortement qu'ailleurs. 

Mes connaissance sur ce sujet sont certes anciennes mais s'y ajoute les propositions récentes de M Borloo (1). Comme militant antiraciste et engagé jadis sur cette question spatiale, sociale et culturelle (je travaillais alors aux HLM ), je me suis très longtemps appuyé sur cette question sur l’ouvrage désormais ancien - 1991 - de Jean-Marie DELARUE « Banlieues en difficultés : la relégation » ( 1) . J’y ai ajouté plus tard Michel Kokoreff (invité à Rennes par Michèle Fougeron présidente du MRAP 35) sur la subjectivité active et les liens sociaux dans ces QP. On a tendance - moi aussi parfois - à oublier cet aspect.

XX

Classisme au plan territorial et social.

Les QP concentrent les phénomènes d’exclusion et ceux du mal-vivre des grands ensembles. Deux aspects donc.

Les quartiers évoquent au plan SPATIAL un milieu urbain assez dégradé et des logements peu spacieux (HLM) à franchement insalubres fort différents des lotissements des classes plus aisées (sans parler de l’habitat du 1% d’en-haut).

Au plan SOCIO-ECONOMIQUE la population des QP concerne les classes sociales modestes et pauvres soit les plus dominées au plan économique et social (2), qu’ils s’agissent des nationaux ou de simples résidents, d’ athées ou de croyants, de métropolitains ou de « domiens » (issus des DOM-TOM) ou de migrants ACP, etc.

Que ce soit en termes d'espace territorial ou en termes de populations subissant plus fortement le chômage (à deux chiffres ici), c'est à eux que le FN et le MEDEF pensent à propos d'"assistanat". Il y a une alliance objective entre l'extrême-droite et une fraction du patronat pour limiter les investissements et les aides dans les quartiers délaissés de la République.

XX


République, services publics et quartiers populaires

La République, l'intérêt général et le bien commun valent pour tous au plan des territoires comme au plan des différentes couches ou classes sociales. Il en va de notre modèle social que de faire un tel effort. Ce qui suppose de combattre le "développement inégal et combiné du capitalisme" ou pour le dire plus simplement le "mal développement" tant au plan territorial que social. C'est sur ce plan que l'implantation diffuse des services publics à son importance. Or il se trouve que la démarche actuelle est à l'inverse en réduction du maillage territorial. Cela se voit dans plusieurs secteurs.

XX

Sexisme et racisme 

On trouve, en plus de la forte domination économique et sociale et du mal-habitat, un grand nombre de victimes du sexisme et du racisme, victimes que l’on retrouve certes aussi au sein des « classes moyennes » (je n’aime guère cette expression mais la stratification socio-économique existe véritablement du fait du rapport social de solvabilité face aux marchés, surtout quand les services publics sont rabougris) et même au-dessus encore (au sein des classes dominantes). Ces deux formes d’oppression sont endogènes et exogènes ce qui signifie qu’elles sont intra-espace communautaire et extra-espace communautaire. Il y a cumul.

S’agissant du racisme, - qui est mon propos - l’accent est souvent mis par les acteurs (de mobilisation intra-espace communautaire) contre le « racisme d’Etat » (interpellation policière au faciès) et le silence est souvent fait contre les intégrismes religieux, notamment celui musulman.

Il importe de défendre ici un antiracisme universaliste, sans campisme, sans populisme, sans communautarisme. Ce qui suppose de combattre tout autant l'antisémitisme que l'islamophobie. Le tout sans accepter les intégrismes religieux.

XX

Quels liens ? Marcher ensemble ou marcher séparément ?

Les « quartiers populaires » interviennent publiquement via divers organes de représentation avec lesquels nous pouvons être partiellement en désaccord. Soit nous arrivons - c’est fonction des discours tenus, des compromis possibles - à marcher ensemble soit nous marchons séparément contre un ennemi commun : le capitalisme financier par exemple avec ses déclinaisons variables qui frappent différemment les fractions du peuple-classe multicolore.

Christian DELARUE

1) Plan Borloo pour les quartiers : le décryptage du Bondy Blog - Bondy Blog

https://www.bondyblog.fr/reportages/cest-chaud/plan-borloo-pour-les-quartiers-le-decryptage-du-bondy-blog/

Thomas Kirszbaum : "On a atteint un point critique dans la désolidarisation vis-à-vis des quartiers" - Bondy Blog

https://www.bondyblog.fr/reportages/au-pouvoir/thomas-kirszbaum-atteint-un-point-critique-dans-la-desolidarisation-vis-vis-des-quartiers-populaires/

XXX

« La force des quartiers populaires : de l’indifférence à l’engagement » - Christian DELARUE - BELLACIAO


http://www.bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=48866

Plan du livre « Banlieues en difficultés : la relégation » de Jean-Marie DELARUE -Ed Syros Ten 1991

1- Des habitants tenus en lisière


2 - Les politiques publiques et les quartiers


3 - Quelle stratégie ? Citoyenneté plus trilogie du 4.


4 - L’urbain, le social, l’économique.


5 - Cultiver la ressemblance, cultiver la différence.


6 - Jalons pour la mise en oeuvre


7 - Les réalisateurs

2) On trouve aussi des pauvres et des couches sociales modestes en habitat peu confortable en milieu rural. N’oublions pas au passage les agriculteurs pauvres . Il n’y a pas que les gros agriculteurs défendus par la FNSEA .

Concernant le BB :

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl