christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1679 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 sept. 2012

Le racisme de classe : un produit du néolibéralisme venu d'en-haut.

christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le racisme de classe : un produit du néolibéralisme venu d'en-haut.

http://www.dazibaoueb.com/article.php?art=30654

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article2696

Qu' est-ce que le racisme de classe d'abord ? Le  racisme de classe stigmatise les pauvres à des fins de d'élimination. sont Les pauvres sont des fainéants, des voleurs, des voyous. Et s’ils en sont là, c’est bien de leur faute ! En plus ils sont sales et ivrognes. Ils sont désignés comme parasites et assistés.

Le racisme de classe n'est pas que le seul fait des riches. Des membres des classes moyennes qui ont peur de la désaffiliation sociale, du déclassement social peuvent s'y adonner.Ce qui amène à dire que le racisme de classe n'est qu'un aspect du classisme.

- Le racisme de classe n'est qu'un aspect du classisme .

Le classisme montre lui un écart entre les très riches et le peuple-classe. Le classisme - fait de la classe dominante (1) - est nuisible aux couches modestes mais aussi aux classes moyennes notamment par la haine des fonctionnaires alors que le racisme de classe porte contre le lumpenprolétariat, qui vivent avec de très faibles budget voire avec l'aumone.

- Racisme de classe et classisme plus général ont une fonction sociale différente

Au moment ou les riches sont en train d'accroitre leur prédation financière par une exorbitante accumulation d'argent le racisme de classe opère un détournement du regard vers le tout-en-bas au lieu de la porter vers en-haut. Or, le classisme - lutte de la classe dominante - lui ne vise pas que les plus pauvres. C'est un point critique essentiel. Il faut pour cette classe dominante rabaisser aussi les classes moyennes pour s'enrichir. Evidemment le discours n'est pas exprimé ainsi.

Le racisme de classe est aussi - en plus d'un détournement du regard -  une opération de division du peuple-classe . Et sa réponse, si elle est de type caritative et compassionnelle, entérine aussi cette division au lieu de l'effacer.

- Quelle évolution des mentalités ?

Là ou les chrétiens de droite et du centre se contentaient d'une charité qui certes ne changeait pas la donne (demande aux classes moyennes mais pas aux riches de payer pour les pauvres) la droite néolibérale est venu elle en pleine crise économique proposer un darwinisme social d'exclusion et de laisser mourir. Cette philosophie spencérienne de lutte pour la vie - on l'a souvent dit- se combine parfaitement avec le néolibéralisme.

Passant du plan économique au plan politique on a vu sous la présidence de Sarkozy l'apologie de l'argent, l'apologie des entrepreneurs et sur le versant critique la stigmatisation des assistés recevant les minimas sociaux. Cette critique de l'assistanat ne visait nullement le renflouement des banques comme attendu mais les plus démunis. Le racisme de classe est en ce sens venu d'en-haut. Mais il est le produit du néolibéralisme.

- Que faire ?

S'attaquer à la cause économique, à la cause politique et idéologique : La pauvreté économique est le produit de la crise économique, le produit de l'affirmation du néolibéralisme comme seule politique possible. Il faut combattre le néolibéralisme à tous les niveaux : plan mondial, continental (Union européenne) et national.

L'austérité doit aller contre les très riches qui se sont engraissés sur le dos des travailleurs pendant deux décennies , des riches par ailleurs bénéficiaires de nombreuses niches fiscales. Le niveau de vie des couches modestes doit s'améliorer. Celui des classes moyennes doit être maintenu. Il faut donc peser contre le gouvernement Hollande pour qu'il ne cède pas face aux lobbies des riches.

Au plan institutionnel, le néolibéralisme casse les cadres statutaires d'emploi, fragilise les classes moyennes et permet la précarité et l'exclusion . Il faut donc maintenir et renforcer les cadres statutaires qui empêchent la désafiliation et qui donne une base à l'épanouissement humain.

En fin au plan de la stratégie politique, il importe aussi de tendre à la convergence des visions de lutte au sein du peuple-classe contre l'oligarchie et la classe dominante. Il ne faut pas demander à la classe moyenne de payer pour les pauvres. Il faut construire un Etat social qui soit la "chose" du peuple classe. Car il devrait être acqui que la bourgeoisie et sa composante "finance" n'en veut pas de cet Etat social. Elle veut le vendre pour s'enrichir.

Christian DELARUE

1) CLASSISME & PRIVILEGES : Le 4 aout contre la "haine de classe". Ce texte ne dit rien du racisme de classe.
http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/040812/classisme-privileges-le-4-aout-contre-la-haine-de-classe

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan