christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1744 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 mars 2014

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Désir, plaisir et socialité.

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Désir, plaisir et socialité. 

Effets du désir, recherche du plaisir :

DEUX CONCEPTIONS, PAS UNE SEULE !

Il existe deux conceptions en présence sur les effets du désir et la recherche du plaisir ; l’une optimiste, à la suite de Reich, Fritz Perls, Bettelheim, voit le désir et le plaisir comme une capacité, comme une dynamique pour le développement. ; l’autre pessimiste défend, avec Freud, le désir comme fondé sur le manque et volontiers possessif et destructeur.

XX

LE PLAISIR COMME LIANT ENTRE DESIR ET SOCIALITE

Il est intéressant de mieux saisir la conjonction indissociable allant du désir à la socialité via le plaisir.

Voici ce qu’écrit Max Pagès dans «  Le  travail amoureux » (Dunod) au chapitre « Plaisir et socialité ».(p 34)

- REGARD SUR NOS CAPACITES !

La première est une conception optimiste de l’homme, conçu comme un être capable dès l’origine, défini non par le manque mais par la capacité, capable à tous les stades d’initiative, de développement, de relation à lui-même, aux autres et au monde. L’initiative et la spontanéité humaines sont valorisées car elles conduisent au développement de la relation. Inversement, ce qui les bride, les canalise ou les limite structurellement, c’est-à-dire la répression sociale, est un obstacle au développement et à la relation.

- CONTACT ET OUVERTURE !

C’est l’hypothèse que les forces instinctuelles les plus profondes et les plus primitives de l’homme sont positives, que leur mise en jeu conduit au développement et à la relation humaine. Plus précisément c’est l’hypothèse que le désir et le plaisir sexuel, dans leur diverses manifestations, sont dès l’origine des expériences sociales. Désir, plaisir et socialité sont donnés ensemble comme un donné indissociable. Le désir, plus que désir de possession d’un objet identifiable aux objets matériels, est désir d’identité et de réalisation des potentialités internes. Il met en contact avec autrui dont il attend confirmation, il appelle l’expérience de l’altérité et y introduit. Le désir est ouverture à soi-même et aux autres. Il est tourné vers l’avenir et non vers le passé, vers les autres et non vers soi.

- PLAISIR PARTAGE, MOTEUR DU CHANGEMENT!

Le plaisir partagé est le fondement de toute expérience sociale, l’origine du langage. Il permet la découverte de soi-même et des autres, le développement par l’apparition de désir nouveaux. Il est le moteur du changement.

Plus loin Max Pagès écrit : C’est par l’expérience du plaisir partagé que passe nécessairement le rétablissement de la socialité, la réduction des formes possessives et destructrices du désir, des conduites perverses, névrotiques ou psychotiques. L’auteur ne les nie donc pas. Mais elles sont rapportées aux conditions qui les ont crée et qui les maintiennent en permanence. Il écrit : Ce sont les conditions sociales, les interdits et les contraintes empêchant le plaisir partagé, qui sont à l’origine des conduites névrotiques, psychotiques et perverses.

leojog

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello
Journal — Terrorisme
Tuerie à la préfecture de police : « J’ai eu l’impression qu’il était possédé par le diable »
Mickaël Harpon se considérait comme frappé par une triple peine : handicapé, agent (administratif et non policier) et musulman. À l’issue d’une nuit folle où il s’imagine dialoguer avec Allah, l’informaticien de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris va tuer quatre collègues.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Discrimination des femmes : la Défenseure des droits met un carton rouge à l’Olympique lyonnais
Dans une décision dont Mediacités révèle la teneur, l’autorité indépendante, saisie par une ancienne joueuse, reproche à l’OL de ne pas respecter « les principes fondamentaux de non-discrimination fondés sur le sexe » et « la protection de l’intérêt supérieur des jeunes filles mineures ». Tout le football français est concerné.
par Justin Boche (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Les « bonnes » victimes et les « mauvaises »
Elles en ont de la chance, ces consœurs qui savent reconnaître « les bonnes victimes » des « mauvaises victimes ». Les « vraies victimes » des « fausses victimes ». Les « justes combats » des « mauvais combats ». Elles ont de la chance ou un test ou une poudre magique. Moi, je n’ai pas ça en magasin.
par eth-85
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel