Assises d'ATTAC à Marseille

ASSISES d' ATTAC à Marseille (février 2019)

Assise@CD © CD Assise@CD © CD

 

Quelques amendements porteurs de termes nouveaux (ou non) furent débattus tout au long du week-end.

- Economie décarbonée,

- Décroissance économique socialement soutenable,

- Mise sous contrôle citoyen des banques,

- Services publics et biens communs

- Démocratie dans l'entreprise et ailleurs

- Perspective de l'écosocialisme (voir ci-dessous)

- Alternative systèmique

- Racialisation, racisation.

- Désobéissance à l'UE

La discussion sur des amendements au projet d'orientation est nécessairement brève. En une minute il apparait difficile de défendre complètement une notion complexe et sa problématique mais c'est à travers la multiplicité des interventions que l'on avance. 

Les débats furent donc riches à l'Université Aix-Marseille pour ces Assises d'ATTAC

En arrière plan la dynamique des Gilets jaunes pour la justice sociale, territoriale et fiscale était évidente. L'enjeu démocratique fut mis en lien avec ces thèmes, plus la justice climatique et celui de l'intervention des classes populaires pour l'alternative systémique.

Pour plusieurs thèmes, ils doivent être poursuivis

Christian DELARUE

Ecosocialisme (2005) : citation M Lowy : "Une réorganisation d’ensemble du mode de production et de consommation est nécéssaire, fondée sur des critères extérieurs au marché capitaliste : les besoins réels de la population (pas nécéssairement « solvables ») et la sauvegarde de l’environnement. En d’autres termes, une économie de transition au socialisme, « re-encastrée » (comme dirait Karl Polanyi) dans l’environnement social et naturel, parce que fondée sur le choix démocratique des priorités et des investissements par la population elle-même - et non par les « lois du marché » ou par un politburo omniscient. En d’autres termes, une planification démocratique locale, nationale, et, tôt ou tard, internationale, définissant : 1) quels produits devront être subventionnés ou même distribués gratuitement ; 2) quelles options énérgétiques devront être poursuivies, même si elles ne sont pas, dans un prémier temps, les plus « rentables ; 3) comment réorganiser le système des transports, en fonction de critères sociaux et écologiques ; 4) quelles mesures prendre pour réparer, le plus vite possible, les gigantesques dégats environmentaux laissés » en héritage " par le capitalisme. Et ainsi de suite..."

http://amitie-entre-les-peuples.org/QU-EST-CE-QUE-L-ECOSOCIALISME

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.