Ce qui est réprimé par le fascisme

Ce qui est réprimé par le fascisme, le crypto-fascisme et le néo-fascisme

Ce qui est réprimé par le fascisme, le crypto-fascisme et le néo-fascisme

Contre l’autoritarisme et pour la liberté des peuples et fractions de peuples.

Voyons, comme militant antiraciste et antifasciste, sans entrer ici dans le débat des historiens sur les contours du fascismes, des fascismes, ce qui est réprimé par le fascisme ou par des Etats ou régimes autoritaires proches du fascisme quoique de nature différente, à composante religieuse ou non (1).

 

I - Les luttes SOCIALES sont réprimées ou très fortement encadrèes :

Ces trois pratiques sociales sont connues pour exprimer des modes de résistance des travailleurs ou des peuples.
1 - Les manifestations de rue sont interdites ou très encadrèes, sauf celles en faveur du régime (Marche sur Rome de Mussolini en Italie ou Marche sur Varsovie de Pilsudski en Pologne)
2 - Le syndicalisme de lutte des travailleurs et travailleuses sans considération d’origine est lui aussi réprimé surtout si de facture internationaliste ou anarchiste ou marxiste ou se réclamant de la Charte d’Amiens (1906), mais pas le syndicalisme « maison », de négociation corporatiste ou intra-communautaire
3 - Les grèves sont interdites ou très limitées.

En complément on a souvent : 
 Le communautarisme d’entreprise ou celui de la nation comme englobant survalorisé afin d’effacer la conflictualité interne. 
 Le racisme est aussi fréquent contre des cibles variables 
 Les volontés de colonialisme et d’empire sont courantes 
 La police et la justice sont aux ordres des puissants

 

II - Les luttes POLITIQUES sont aussi réduites et réprimées :

1 - Les partis politiques d’opposition sont interdits ou bâillonnés
2 - La liberté de la presse n’existe pas et le journalisme critique est refusé, 
3 - Les méthodes de fort discrédit d’opposant-e (humiliation) laisse place à enlèvements, emprisonnements voire éliminations.
4 - La corruption n’est pas combattue
5 - Les politiques de clans sont soutenues car la division et le favoritisme servent d’appui

 

III - Divers mouvements d’EMANCIPATION issus souvent de la modernité sont interdits ou bridés

Les thématiques interdites peuvent varier mais il y a souvent cumul.

Une liste est proposée et à préciser (outre la répression du syndicalisme déjà évoquée) :

1 - La défense de l’athéisme ou d’une autre religion que celle dominante : pas de droit possible pour le blasphème,

2 - La défense de la laïcité est repoussée,

3 - La défense du droit des femmes en termes d’égalité et de liberté est refusée par préférence pour une forme de patriarcat (sur fond de capitalo-patriarcat, ou de patriarcat maintenu sous certains régimes dégénérés post-révolution socialiste , ou hyperpatriarcat des intégristes religieux sexoséparatistes et sexyphobiques)

4 - La défense du droit des homosexuels, des lesbiennes, des transsexuel-les, des LGBTQI est aussi refusée,

5 - La défense de moeurs plus libres : interdiction du nudisme dans la plupart des dictatures à composante religieuse et police du vêtement surtout contre les femmes.

6 - La défense du cosmopolitisme, notamment celui par en-bas, déplait aux nationalismes autoritaires,

7 - La défense du droit à la vie des animaux est réprimée (mouvements contre la souffrance animale par exemple).

8 - La défense de la paix partout dans le monde est contestée (mouvements contre le nucléaire militaire par exemple).

9 - Les mouvements écologistes sont récupérés quand c’est possible, réprimés lorsqu’ils sont trop contestataires.

Christian DELARUE

MRAP

Le livre de ma jeunesse antiraciste et antifasciste est « Les fascismes » d’Henri Michel (1907-1986) au PUF Que-sais-je ? (1977 puis 1983) qui me fut utile pour le « fond commun » du fascisme et la diversité des fascismes. Il cite, par exemple, Mustapha Kémal pour la Turquie mais évidemment pas (l’auteur est mort en 1986) le régime actuel du président Erdoğan.

ELEMENTS DE FASCISME pour FCBK

Je pointe que des grandes lignes connues : 4 CONTRE et 4 POUR

I - Des REJETS:

- L’idéologie des Lumières, laquelle peut être attaquée de droite (retour à l’ordre ancien religieux, patriarcale et occidental) ou de gauche mais évidemment pas pour les mêmes raisons.

- La démocratie représentative, laquelle est pareillement critiquée de droite ou de gauche : De droite pour plus de gouvernance ultra-autoritaire afin d’appliquer un Etat providence pour les riches (moins de libéralisme politique, plus de libéralisme économique), de gauche pour accroitre une démocratie non achevée, à l’instar de la République pareillement inachevée.

- Le rejet de l’individu au profit du groupe, de la société, du peuple au sens ethno-racial, culturel, religieux, et historique, soit le contraire des libéraux ici qui posent l’individu, la société comme le peuple sont des entités sans contenu. Il existe une synthèse reconnaissant la société et les droits humains et même aujourd’hui des droits plus étendus (nature, animaux)

- Le refus du socialisme marxiste internationaliste et du libéralisme économique de la droite au profit d’un « socialisme national » hiérarchisé

II - Ses AFFIRMATIONS :

- Un nationalisme purificateur de son identité donc raciste et xénophobe

- Un nationalisme offensif prêt à de nouvelles conquêtes (fond impérialiste)

- Un nationalisme étatiste, avec un Etat fort donc une police forte et une justice « qui suit »

- Une société inégale, hiérarchisés sans soutien des faibles. On trouve un gout marqué pour la violence, la domination virile qui donne matière à la formation de groupes para-militaires mais aussi au rejet des homosexuel, des lesbiennes, et des êtres sensibles et tendres.

XX

1) Sur les dictatures proches du fascisme, à composante militaire et religieuse intégriste, de Salazar au Portugal, de Franco en Espagne, des colonels en Grèce lire le livre de Francine et André DEMiCHEL (PUF 1973)

http://amitie-entre-les-peuples.org/Les-dictatures-europeennes-A-F?var_mode=calcul

Source

http://amitie-entre-les-peuples.org/Ce-qui-est-reprime-par-le-fascisme-Christian-DELARUE

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.