Gauche homard et gauche caviar : Débat pour en sortir !

La gauche homard est à l’écologie ce que la gauche caviar est au socialisme : plus qu’une hypocrisie, un mensonge !

Gauche homard et gauche caviar : Débat pour en sortir !

La gauche homard est à l’écologie ce que la gauche caviar est au socialisme : plus qu’une hypocrisie, un mensonge !

Perspective : En ce 20 juillet 2019 il y a à noter, en région parisienne, la réussite de la convergence des luttes entre les Gilets jaunes et des militants des quartiers populaires (Adama Traoré) contre l'autoritarisme policier et gouvernemental.

Gauche homard (juillet 2019) et Gauche caviar d'avant ont un point commun : d'ordinaire ceux d'en-haut ne manquent pas de souligner avec mépris que les « gens qui ne sont rien » « coûtent un pognon de dingue » !

- Premier niveau de critique et de débat

On voit aussi qu’il y a aussi une forme d’INDECENCE - pas toujours bien perçue comme telle de tous et toutes - à mettre en lien avec une INCONSCIENCE qui prend sa source dans la sur-possession de biens et la richesse matérielle : monnaie, appartements, accès gratuit à du luxe, etc.

Si la misère est évidemment à combattre tout comme - à gauche - le déclassement social et tous les processus de désaffiliation il faut bien reconnaître que la SURPOSSESSION manifestement excessive est aussi nuisible à une bonne conscience de la vie en commun, au maintien nécessaire de la « cohésion sociale » et donc au refus de trop grandes inégalités sociales fruit de 40 ans de libéralisme économique laissé aux puissants et aux riches .

Che Guevara le disait jadis à propos de l’entretien (ou non) de la conscience de classe par trop de confort matériel ! Un équilibre est à défendre ici entre le « pas assez » et le « trop » d’une « République de l’apparat » (cf texte « Ni République de l’apparat ni moine-soldat »)

- Second niveau de critique et de débat

sur 

http://amitie-entre-les-peuples.org/Gauche-homard-et-gauche-caviar-Debat-pour-en-sortir

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.